John Degenkolb le plus fort

Au terme d'un sprint parfaitement maîtrisé, le sprinteur allemand John Degenkolb est parvenu à remporter Paris-Tours, dernière classique de l'année.

John Degenkolb le plus fort
(www.sudouest.fr)

Il était le grand favori et il n'a pas déçu ! Après avoir accroché la Vattenfal Cyclassics et Paris-Bourges notamment. Le sprinteur allemand de la formation Argos-Shimano parvient à décrocher un nouveau bouquet. 

Une échappée matinale, comme toujours

Dernière classique de la saison, mais on ne change pas les habitudes. L'échappée matinale était composé cette fois-ci de quatre hommes, à savoir Yannick Martinez (La Pomme Marseille) Julien Duval (Roubaix-Lille Métropole), Aleksejs Saramontins (IAM) et Sebastian Lander (BMC). Après 75 kilomètres de courses, le quatuor dispose de plus de 10 min d'avance. Mais le peloton joue avec l'échappée, à la mi-course l'écart tombe aux alentours des 6 minutes, ça embraille derrière. 

La course s'emballe à partir des cinquante derniers kilomètres, notamment grâce aux Argos de Degenkolb, de la FDJ de Demare et des Europcar de Bryan Coquard. Puis la formation Oméga-Pharma Quick Step de Sylvain Chavanel embraille pour éliminer les différents sprinteurs, à l'avant les hommes de tête essayent de garder un écart stable. Rien n'y fait et les secondes s'égrènent en défaveur de l'échappée. Au pied de la première des trois dernières difficultés de la journée, la côte de Crochu, les attaques vont bon train dans le peloton, mais personne ne parvient à faire la différence. A l'avant, Julien Duval fait exploser le groupe, Lander craque, ils ne sont plus que 3 en tête. 

La bataille pour la victoire 

Il reste 23 kilomètres, l'échappée ne compte qu'une trentaine de secondes d'avance sur un peloton totalement fou ! Vanmarcke (Belkin), Lemoine (Sojasun), Sinkeldam (Argos) prennent la poudre d'escampette. Derrière, le sprinteur français de la Team Europcar Bryan Coquard est pris dans une chute, en compagnie de Romain Feillu (Vacansoleil), le coureur originaire de Loire-Atlantique parvient à repartir, mais il perdra du jus dans cette affaire. Il ne reste que 20 km et c'est le moment choisi par Saramontins pour s'extirper du groupe de tête, le Letton sentant le souffle du peloton revenir à ses trousses. Les efforts du coureur de la formation suisse IAM sont vains. Quelques kilomètres plus loin, il est rattrapé au pied de la côte de Beausoleil. Dans la bosse, Marco Marcato, le vainqueur de l'an dernier accélère et étire le peloton ! Dans sa roue notamment, l'Allemand John Degenkolb et Sep Vanmarcke encore là, à quelques longueurs un groupe avec notamment Chavanel, Demare revient. Un groupe se forme alors à 10 km de l'arrivée, comprenant Bol (Belkin), Vanmarcke (Belkin, Marcato (Vacansoleil), Chavanel (OPQS), Demare (FDJ), Morkov (Saxo-Tinkoff) et donc Degenkolb (Argos). Le peloton n'a néanmoins pas dit son dernier mot, à l'image des BMC qui sentent le groupe partir. Dans la côte de l'Epan, Greg Van Avermaet fait exploser le reste du paquet, déjà bien amoindri. Il rejoint alors le groupe de tête. On s'observe à l'avant et Jetse Bol (Belkin) tente sa chance en solitaire, le sprinteur néerlandais creuse rapidement un écart intéressant. 

Degenkolb tout en puissance

Bol entame les 5 derniers kilomètres avec environ 15 secondes d'avance, le coureur de la Belkin est impressionnant. Derrière ses coéquipiers font barrage pour empêcher le peloton de revenir, Roy Curvers (Argos) fait alors le ménage en poussant un des coureurs de la formation néerlandaise. Les trains Argos et FDJ se mettent en ordre de marche pour Degenkolb et Demare. L'écart diminue, à seulement 2km du but, Bol voit le peloton revenir à ses talons. Notamment à cause de l'énorme travail des équipiers de John Degenkolb, le sprinteur Allemand en quête d'une nouvelle victoire après Paris-Bourges jeudi. Arnaud Demare lui aussi veut la victoire et fait donc rouler certains coureurs de son équipe. Juste après la flamme rouge, Jetse Bol voit s'envoler la victoire, sprint massif ! Delage lance Demare aux 300 mètres, dans sa roue Degenkolb et Morkov, le sprinteur français lance de loin, de trop loin, Degenkolb déborde le Picard et vient s'imposer sur la ligne. Il devance Morkov, Arnaud Demare prend lui la 3ème place. 

Cette dernière course de la saison, marque aussi l'arrêt de la formation basque Euskatel-Euskadi qui quitte le peloton cycliste après quasiment 20 ans d'existence ! Nous signalerons également l'arrêt de la formation néerlandaise Vacansoleil. 

Le top 10 de la 107ème édition de Paris-Tours.

1-John Degenkolb (Argos-Shimano)

2-Michael Morkov (Saxo-Tinkoff)

3-Arnaud Demare (FDJ.fr)

4-Tyler Farrar (Garmin-Sharp)

5-Michael Van Staeyen (Topsport)

6-Heinrich Haussler (IAM)

7-Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale)

8-Jon Aberasturi (Euskatel-Euskadi)

9-Ioannis Tamaroudis (Euskatel-Euskadi)

10-Niki Terpstra (OPQS)