Tour de France 2014 : Une année bleue ?

Cette 101è édition du Tour de France semble être prometteuse pour le bataillon imposant des coureurs français. Avec un parcours varié et plutôt avantageux pour les attaquants, les cyclistes tricolores pourraient se montrer aux avants-postes à de nombreuses reprises.

Tour de France 2014 : Une année bleue ?
©Montage Florian Beaux/VAVEL France

Avec pas moins de 44 coureurs tricolores sur la ligne de départ à Leeds ce samedi, soit 22% du peloton, le cyclisme français peut légitimement avoir des ambitions.

Certaines équipes ont même un effectif totalement tricolore telles que la FDJ.fr ou l'équipe invitée Bretagne-Séché.

Des outsiders pour le général

La France peut se targuer d'avoir un total de quatre coureurs ayant l'ambition de finir le Tour dans le top 10 au général.

L'équipe AG2R La Mondiale mise ainsi sur deux coureurs. Tout d'abord sur l'expérimenté Jean-Christophe Péraud qui a notamment fini 9è en 2011 et qui a du abandonner l'an passé alors qu'il était dans le top 10 à quelques étapes de la fin du Tour. Cette année quatrième de Tirreno-Adriatico et vainqueur du Critérium International, il a vécu un printemps faste. Toutefois il a semblé être en retrait lors du Dauphiné et du contre-la-monte du Championnat de France. Toutefois il présente désormais un autre profil qu'à ses débuts avec un tempérament plus offensif, lui qui était plutôt présenté comme un suiveur. A 37 ans, l'ancien vice-champion olympique de VTT à Pékin est une des valeurs sûres du cyclisme français depuis plusieurs saisons.

En cas de défaillance, il pourra ainsi être supplée par le jeune Romain Bardet 23 ans et qui fait sa place petit à petit dans le peloton mondial. Plutôt à son avantage dans les classiques comme à Liège-Bastogne-Liège qu'il a conclu à la 10è place, il semble désormais se concentrer sur les épreuves à étapes. Quinzième l'an passé en étant proche des grands leaders, il aura désormais cette expérience manquante des courses d'une semaine. Quatrième du Tour de Catalogne et cinquième du Dauphiné en montrant un tempérament offensif, il aura l'avantage de ne pas avoir de pancarte au moment d'aborder la haute montagne. La présence d'un seul contre-la-montre lui est aussi avantageux tout comme la première semaine avec des ascensions sèches comme il les aiment.

Du côté de l'équipe Europcar, les objectifs sont moins clairs. Avec la présence parmi ses rangs de Pierre Rolland, excellent quatrième du Giro, on ne connait pas la capacité à enchainer du coureur de 27 ans. La troisième semaine étant particulièrement intense, l'enchainement des étapes difficiles semble compromettre toute tentative de bon classement général. Toutefois il pourra changer d'objectif et viser le maillot du meilleur grimpeur comme il l'avait fait l'an passé. Il avait toutefois échouer en ne finissant que 3è derrière le Colombien Nairo Quintana et Christopher Froome.

L'autre principale tête d'affiche tricolore pour le classement général est Thibaut Pinot. Vainqueur d'une étape et 10è du général en 2012 à seulement 22 ans, il est devenu rapidement l'un des chouchous du public français. Victime d'une angine et en manque de motivation, il est contraint à l'abandon l'an passé. Il a désormais soif de revanche et le parcours proposé cette année pourrait lui être favorable. Sauf problème de santé comme cela est régulièrement le cas pour lui, il devrait se retrouver avec les meilleurs lorsque la route va s'élever.

Une nouvelle génération de sprinteurs

Depuis Jimmy Casper et sa victoire lors de la première étape de l'édition 2006, la France n'a plus connu la joie de voir l'un de ses coureurs lever les bras lors d'un sprint massif. L'an dernier Nacer Bouhanni avait émis les prémisces de ce renouveau en arborant son maillot de champion de France sur les routes du Tour mais il avait été victime d'une gastro-entérite puis d'une chute qui l'avaient contraint à l'abandon à l'issue de la cinquième étape.

Cette année le nouveau champion de France se mêlera également aux arrivées massives puisque Arnaud Démare sera de la partie. Vainqueur du championnat de France le week-end dernier, il devrait être l'un des adversaires les plus sérieux de Mark Cavendish. A peine âgé de 22 ans, il n'a participé qu'à un grand Tour lors du Giro en 2012 qu'il n'avait pas pu finir. Emmené par un train qui lui sera dédié (William Bonnet et Michael Delage notamment comme poissons-pilotes), il aura ainsi toutes ses chances de rivaliser avec les meilleurs et pourquoi pas de se mêler à lutte pour le maillot vert de meilleur sprinteur.

L'équipe Europcar a également fait le choix d'emmener un de ses jeunes talents sur le Tour avec Bryan Coquard. Le vendéen de 22 ans qui a fait ses premiers exploits de cycliste sur la piste en devenant vice-champion olympique de l'omnium à Londres est un véritable métronome du sprint. Pas dôté d'un gabarit imposant comme ses principaux adversaires, il parvient à se faufiler parmis les fous furieux sprinteurs pour ensuite déclencher une vive accélération dont il a le secret. Lui qui parvient à passer les bosses, il pourrait profiter de son gabarit et de certaines étapes casse-patte pour montrer de quoi il est capable et pourquoi pas de créer une immense surprise.

Lui est en revanche dans l'ombre de ses coureurs, Adrien Petit de l'équipe nordiste Cofidis n'a pas encore le CV de ses petits camarades de jeu. On se souvient de son démarrage tonitruant lors des Championnats du Monde espoir en 2011 où il avait mené Arnaud Démare vers la victoire. Lui avait pris la seconde place et était ainsi annoncé comme l'un des futurs très bons sprinteurs du peloton professionnel. Il a quelque peu déçu pour ses débuts professionnels en ne remportant pas la moindre course et il n'a ainsi pas pris part l'an passé au Tour. En revanche il était présent au Tour d'Espagne et a réussi à remporter le Tro Bro Leon au cours du printemps ce qui a convaincu les directeurs sportifs de Cofidis de l'emmener sur la Grande Boucle. Avec des étapes dédiées aux baroudeurs, il pourrait en tirer profit en partant dans des échappées et sa pointe de vitesse serait donc un atout majeur.

Les "anciens" en forme

On a pu le remarquer lors de la semaine des Championnats de France, les anciens du peloton sont présents et auront donc leur mot à dire au cours des trois semaines. Champion de France du contre-la-montre pour la sixième fois de sa carrière, Sylvain Chavanel sera l'un des favoris de l'étape qui se conclue à Arenberg lui qui brille souvent sur les pavés.

Thomas Voeckler a tout aussi montré qu'il serait l'un des attaquants en vue pour le Tour en réalisant une échappée longue de 230km ! Avec une saison gâchée pour les blessures, il devrait profiter de son état de fraicheur pour briller notamment en troisième semaine avec pourquoi pas à la clé une victoire d'étape de prestige ou la volonté de remporter le maillot à pois comme lors de l'édition 2012.

A 35 ans, John Gadret, non prolongé par AG2R La Mondiale, s'est vu proposé un nouveau challenge en étant le coéquipier de luxe d'Alejandro Valverde pour le Tour pour l'équipe Movistar. Lui qui fut 3è du Giro en 2011, il sera d'une aide précieuse lorsque la haute montagne apparaitra. Après un bon Dauphiné conclue à la 15è place, on devrait souvent le retrouver en tête du groupe des leaders pour protéger Valverde qui se présente comme un outsider redoutable.