Michael Rogers salue Bagnères-de-Luchon

La plus longue étape de ce Tour de France a souris à un Australien. Michael Rogers s'impose à Bagnères-de-Luchon après plus de six heures de course. On notera que la performance du jour est française : Thibaut Pinot s'empare du Maillot Blanc et pointe à la troisième place du classement général.

Michael Rogers salue Bagnères-de-Luchon
Michael Rogers salue Bagnères-de-Luchon

Il devait attaquer pour espérer revenir au classement général, il a profité de la défaillance de romain Bardet pour s’emparer du Maillot Blanc et attaquer Vincenzo  Nibali au sommet du Port de Balès. À l’arrivée, Thibaut Pinot est le grand gagnant de cette 16ème étape, devant Michael Rogers, l’Australien, parti dans l’échappée du jour l’emporte et prive Thomas Voeckler d’un troisième succès à Bagnères-de-Luchon.

Après un début d’étape rapide, la première échappée de la journée de 12 coureurs voit le jour, mais au bout d’une heure et demie de course, elle se fait rattraper. Là, le bon coup du jour prend forme pour composer ce qui est appelé la bonne échappée. Un « mini-peloton » composé de 21 coureurs voit le jour : Michal Kwiatkowski, Jan Bakelants , Cyril Gautier, Michael Rogers, Tony Gallopin, Greg Van Avermaet , Ion Izaguirre, José Serpa, Thomas Voeckler, Jens Keukeleire , Tom Jelte Slagter, Michael Albasini, Jérémy Roy, Matteo Montaguti, Kevin Reza, Sam Dumoulin, Anthony Delaplace, Vasil Kiriyenka, Florian Vachon, Bernard Eisel et Roger Kluge.  C’est un groupe relativement hétérogène composé de puncheurs, grimpeurs, rouleurs, chacun avait son mot à dire.

Si les premières difficultés de la journée ne posent pas de grandes difficultés aux coureurs échappées, il faut véritablement attendre le kilomètre 150 pour voir les coureurs se présenter au pied du col du Portet d’Aspet où Thomas Voeckler y passe en tête. Mais nous ne sommes pas encore dans le vif du sujet, le premier col Hors-Catégorie des Pyrénées arrive 30 kilomètres plus tard : le Port de Balès. Dans cette montée, un coureur ne peut pas gagner le Tour, mais en revanche il peut le perdre (Andy Schleck en 2010).  Le Port de Balès est révélateur et n’échappe pas à la règle. Un écrémage s’opère dans l’échappée, sur les 21 coureurs, seule la moitié arrive à suivre le tempo imposé par Vasil Kyrienka qui fait le gros du travail sur les premières rampes. Arrivent à s’accrocher : Michal Kwiatkowski, Thomas Voeckler, Cyril Gauthier, Tony Gallopin, Ion Izaguirre, José Serpa, Tom Jelte Slagter, Michael Rogers et, plus surprenant Greg Van Avermaet, un coureur de classiques. Derrière, la tête du peloton est emmenée par les Astana qui sont bien décidés à protéger le maillot jaune. Mais cela n’est pas du goût des Movistar qui prennent le relais et imposent un rythme soutenu. Richie Porte saute, tout comme Jurgen Van Den Broeck. Giovanni Visconti emmène le peloton Maillot Jaune et seul les 10 premiers du général parviennent à suivre le tempo. La formation Espagnole fait l’écrémage et certains coureurs peinent à suivre : Tejay Van Garderen lâche prise tout comme Bauke Mollema et Romain Bardet, trop limite dans la montée finale. C’est à ce moment que Thibaut Pinot en profite pour faire exploser le peloton Maillot Jaune, seul Vincenzo Nibali, Alejandro Valverde, John Gadret et Jean-Christophe Péraud arrivent à suivre le coureur Français. Il sent que le Maillot Blanc est en train de se jouer.

En tête de course, Thomas Voeckler est bien décidé à renouer avec la victoire à Bagnères-de-Luchon deux ans après sa dernière victoire en Haute-Garonne. Le coureur de la formation Europcar place une première attaque et voit revenir sur lui son coéquipier Cyril Gautier, Rogers et Serpa. C’est un quatuor en tête, Kyrienka lâche prise. L’équipe Europcar est bien représentée et le fait savoir Thomas Voeckler est imité par Cyril Gautier. Le Breton prend une légère avance, mais flanche et se fait reprendre par le groupe de trois. Au sommet, c’est José Spera le coureur Colombien de la formation Lampre-Merrida qui fait le sprint suivi de Voeckler et Rogers. Les trois hommes entament la descente qu’ils font à bloc, derrière eux Vasil Kyrienka est revenu sur Cyril Gautier. Les deux hommes collaborent et parviennent à revenir sur les hommes de devant, ce sera un final à cinq. A quatre kilomètres de l’arrivée, Cyril Gautier s’échappe, seul l’Australien Michael Rogers parvient à le suivre, le triple Champion du Monde du contre-la-montre est bien parti pour s’imposer sur le Tour.

L’étape pour Rogers, Pinot décroche Nibali

Dans le groupe Maillot Jaune, Arnold Jeanneson recolle et vient aider son coéquipier Thibaut Pinot dans la fin d’ascension du Port de Balès. Romain Bardet a complètement lâché prise. A 500 mètres de l’arrivée au sommet, Thibaut Pinot fait sauter Valverde, le coureur de la FDJ.fr emmène encore dans sa roue Vincenzo Nibali et Jean-Christophe Péraud. Après une nouvelle accélération du futur Maillot Blanc, il parvient à faire un léger écart sur Nibali, mais le groupe de leader se recompose dans la descente du Port de Balès. Devant, Rogers imprenable expose ses qualités de rouleur et s’impose à Bagnères-de-Luchon, derrière, Thomas Voeckler règle le sprint devant Kyrienka, Serpa, et Gautier. Suivent Van Avermaet et Kwiatkowski qui pointent à 40 secondes. Le groupe Maillot Jaune termine à 8 minutes 43 du vainqueur du jour. 

L’attaque de Pinot fait exploser Van Garderen qui laisse le champ libre aux français de monter sur le podium, d’autant plus que Valverde est limite et pourrait bien perdre sa seconde place. Ce soit Pinot est 3ème du général  à 29 secondes de l'Espagnol, Péraud 4ème à 1'31, Bardet 5ème à 2'03.