Championnats du Monde de Cyclisme 2014 - Cocorico le titre pour Pauline Ferrand-Prevot

Les Championnats du Monde de Cyclisme sur route se déroulent du 21 au 28 septembre en Espagne à Ponferrada. Chaque jour, VAVEL France vous propose de revenir sur la journée écoulée. Aujourd'hui on met le cap sur l'avant-dernière journée de course marquée par le titre de Pauline Ferrand-Prévot dans la course Elite Dames.

Championnats du Monde de Cyclisme 2014 - Cocorico le titre pour Pauline Ferrand-Prevot
Le podium final : Paulien Ferrand-Prévot croque sa médaille d'or. (Photo L'Equipe)

Un parcours de 127 kilomètres était au programme de la course Élite Femmes aux Mondiaux de Ponferrada. Quadruple tenante du titre et archi-favorite de l’épreuve, Marianne Vos avait l’occasion de remporter un cinquième titre inédit. Mais ce samedi, la reine a chuté face à la jeunesse de Pauline Ferrand-Prévot. La Française s’impose d’un boyau face à l’Allemande Lisa Brennauer déjà titrée dans le contre-la-montre individuel.

Une course marquée par la pluie

À l’image de l’épreuve Junior de vendredi, la course Élite Femme a mis du temps à se décanter. Après une chute en tout début de course, la pluie s’installe sur le tracé de Ponferrada. Le sceptre d’une course indécise se profile lentement. Quelques filles tentent de partir à l’image d’Alison Powers des Etats-Unis mais en vain, la pluie continue à semer le troupe dans le peloton et oblige les pilotes à une plus grande vigilance.

Tout s’est joué dans la dernière partie de la course

Si les concurrentes se sont montrées attentives c’est peut-être pour mieux appréhender la dernière partie de l’épreuve ou tout doit encore se jouer. C’est une Italienne qui est la première à dynamiser la course en attaquant dans la dernière montée du circuit Espagnol. Rosella Ratto place son effort et crée un premier écrémage, résultat : un groupe d’une quinzaine de filles prennent la roue de l’Italienne. Mais son effort est trop loin de la ligne d’arrivée et vingt kilomètres restent au compteur, soit un peu plus d’un tour.  Un peloton d’une bonne vingtaine de filles est désormais lancé dans le dernier tour dont deux Françaises : Audrey Cordon et Pauline Ferrand-Prévot. Comme depuis le début des épreuves en ligne tout va se jouer dans le dernière bosse où une sélection de quelques coureuses est censé se produire. À l’amorce de cette ultime ascension, un petit comité se jette dedans, peu avant le sommet quatre filles tentent de durcir la course : Emma Johansson la Suédoise, Elizabeth Armitstead la Britannique, l’Italienne Elisa Longo-Borghini et enfin la reine Marianne Vos.

La neutralisation des filles de tête a favorisé le retour du peloton

Les quatre filles s’échappent au sommet de l’ultime bosse, dès lors une cassure se crée avec le reste du peloton où y figure Pauline Ferrand-Prévot. La Rémoise, tente de revenir mais butte sur l’Italienne Giorgia Bronzini qui ne prend aucun relais du fait de la présence de sa coéquipière Longo-Borghini à l’avant. Le groupe Vos compte 200 mètres d’avance sur le peloton, l’identité de la future Championne du Monde semble figurer parmi ces quatre filles. Pourtant l’entente n’est plus cordiale, les filles ne s’entendent plus ce qui profite à un petit peloton de revenir sur le quatuor. Le marquage entre les filles de tête est saisissant, les Allemandes reviennent sur  le quatuor dans le lot se trouve Pauline Ferrand-Prévot. Un sprint en petit comité se profile et à 200 mètres de l’arrivée la Rémoise en profite pour produire son effort à droite de la route. Elle mène le sprint jusqu’au bout et parvient à contenir le retour de la Suédoise Emma Johansson qui vient mourir à un demi boyau de la Française. Cela faisait dix-neuf ans que la Marseillaise n’avait plus retenti dans cette épreuve, voilà la malédiction brisée. A vingt-deux ans, Pauline Ferrand-Prévot la polyvalente change totalement de statut et rentre dans une nouvelle dimension.

Une autre épreuve avait lieu ce samedi, en début de matinée. L’Allemand Jonas Bokeloh s’empare du titre de Champion du Monde Junior. Il devance le Russe Alexander Kulikovskiy et le Néerlandais Peter Lenderink.

Demain place à l’ultime épreuve de ces Mondiaux avec la course en ligne Élite Hommes. Dans une course ouverte, la France nourrit de grandes ambitions à travers l’intermédiaire de deux hommes : Nacer Bouhanni et surtout Tony Gallopin. On aura un œil à Peter Sagan, Fabian Cancellara, Simon Gerrans ou encore Vincenzo Nibali qui peut nous refaire un coup à la Sheffield.