Saison 2015 : Focus sur Astana

Touchée par de multiples affaires de dopages ces derniers mois, Astana compte bien faire oublier toutes ces histoires. L'équipe sera de nouveau construite autour de Nibali, vainqueur du Tour de France 2014.

Saison 2015 : Focus sur Astana
Nibali doublera-t-il la mise en 2015 ? (source photo : Lemonde.fr)

La formation kazakhe est en plein tourment. Ces dernières semaines, des cas de dopages se sont succédés en son sein les uns après les autres. Ilya Davideno, Victor Okishev, Artur Fedosseyev ont été les 3 premiers cas avérés. Ceux-ci appartenaient à l'équipe réserve d'Astana. Vincenzo Nibali a même reconnu ne connaître aucun de ces coureurs. Le problème a persisté, touchant l'équipe première cette fois. Les frères Iglinsky (Valentin et Maxim) ont été contrôlés positifs à l'EPO. De quoi commencer la saison dans un contexte plus que difficile, la licence World Tour ayant été attribuée au dernier moment. Sans compter que le début de saison n'est pas une spécialité chez Astana, sa première victoire intervenant seulement en mars en 2014 (2 étapes du Tour de Langwaki par André Guardini). S'ils veulent faire oublier les histoires récentes, les protégés d'Alexandre Vinokourov devront faire mieux que leur 21 victoires de l'an passé.

Le leader : Vincenzo Nibali (Italie), 30 ans 

L'une des grandes surprises de l'année 2014, c'est bien la victoire de Vincenzo Nibali sur le Tour de France. Le grand public imaginait déjà un duel Froome/Contador, et personne n'aurait osé mettre un centime sur l'italien. Et pourtant : en-dessous de ses adversaires un mois plus tôt dans le Dauphiné, Nibali a écrasé le Tour lors de la première semaine dans l'étape des pavés. Il a ensuite profité des abandons de Froome et Contador sur chute. Cela n'empêche que le requin de messine a écrasé la concurrence, avec en prime 4 victoires d'étapes. Le rendez-vous en 2015 est déjà donné, puisque Nibali sera présent sur la grande boucle pour défendre sa couronne, avec le statut de tenant du titre, faisant l'impasse sur le Giro.  Son programme se voit même allégé, puisque l'italien passera de 45 à 30 jours de course, sans pour autant manquer d'ambition. L'italien tentera de décrocher une victoire pour la première fois dans Liège-Bastogne-Liège. 

  • Objectif(s):
  • - Gagner le Tour de France

- Gagner Liège-Bastogne-Liège

L'espoir : Fabio Aru (Italie), 24 ans 

Après un Giro 2013 convainquant - où il a parfaitement rempli son rôle d'équipier pour Nibali - Fabio Aru s'est envolé de ses propres ailes cette année. Parti pour être de nouveau équipier, de Michele Scarponi cette-fois, l'italien a profité de la mauvaise forme de son leader. Au final, le transalpin a accroché le premier podium de sa carrière sur les routes italiennes. Il a remis le couvert en atteignant la 5ème place de la Vuelta. La carte était plus relevée, avec la présence de Contador, Froome, Valverde et Rodriguez. Cela ne l'a pas empêché de s'affirmer et de remporter 2 étapes. Il a mis un point d'honneur a bien finir la saison, finissant 9ème du Tour de Lombardie. Aru a franchi un cap en 2014 en se mêlant aux cadors. La révelation italienne sera le chef de file de sa formation sur le Giro, avant de peut-être se mettre au service de Nibali sur le Tour de France... 

  • Objectif(s) :
  • - Podium sur le Giro 

- Top 10 Tour de Lombardie 

L'équipier de luxe : Jakob Fulglsang (Danemark), 29 ans 

Il a joué un rôle important dans le sacre de Nibali sur le Tour l'été dernier. Jakob Fuglsang n'a jamais quitté son leader d'un cheveu durant les 3 semaines. A commencer par l'étape des pavés qui a fait tant de dégâts. Le danois a surpris par son aisance sur les pavés, au point de finir l'étape en compagnie de son leader et de pointer son nez à la 2ème place du général. Une lourde chute l'a empêché de se montrer à son meilleur niveau en montagne. Mais l'ancien protégé de Bjarn Riss était toujours l'un des derniers équipiers à épauler Nibali dans les ascensions. Leader d'Astana sur le Tour 2013 (7e place), le coureur du nord a réalisé une saison complète (5e de Paris-Nice, 7e du Tour de Romandie, 10e du Dauphiné Libéré) et a montré qu'il pouvait assumer des responsabilités. 

Le jeune talent : 

Miguel Angel Lopez (Colombie), 20 ans

Il n'a que 20 ans, mais il est déjà considéré comme la relève du cyclisme sud-américain. Miguel Angel Lopez fait parti de la nouvelle génération colombienne. Comme un symbole, le petit grimpeur ailé a remporté le Tour de l'Avenir en 2014, succédant à Nairo Quintana. Celui qu'on surnomme "Superman" - pour avoir résisté à des voleurs voulant lui prendre son vélo - garde la tête sur les épaules. Issu d'une famille paysane, le natif de Pesca (2600 m d'altitude !) semble tout posséder dans sa panoplie. A l'aise dès que la route s'élève, le colombien sait s'exprimer aussi en contre-la-montre. Comparé à Nairo Quintana pour son parcours (vainqueur du Tour de l'Avenir, comme Quintana), son gabarit et ses qualités de "grimpeur/rouleur", le nouveau coureur d'Astana fixe déjà l'attention de tous les observateurs du peloton. Celui qui a attiré les convoitises de plusieurs formations cet hiver a choisi Astana pour faire ses premiers pas en Europe.

Les recrues : 

*Lars Boom (Pays-Bas), 29 ans

Avec Lars Boom, Astana se dôte d'un adepte des classiques du nord. Paradoxe, le coureur de 29 ans n'a que pour référence une 6e place à Paris-Roubaix en 2012. le néerlandais a rectifié le tir en 2014, remportant la 5e étape du Tour de France, qui comportait des pavés. Le géant batave a écrasé tous ses adversaires, un par un, finissant seul sur la ligne. Sa 2e place sur le dernier Eneco Tour, connu pour ses étapes aux allures de classiques, prouve que le hollandais est une valeur sûre. L'ancien de chez Belkin vient renforcer le secteur des coureurs de classiques chez Astana, dont les résultats ont été décevants en 2014. Lars Boom pourrait même faire parti des 9 retenus pour le Tour 2015, car celui-ci comporte des pavés, comme l'année précédente. Un atout de choix pour Vincenzo Nibali. 

* Rein Taaramäe (Estonie), 27 ans 

Arrivé en provenance de Cofidis - chez qui il a passé toute sa carrière - Rein Taaramäe quitte le navire. Le natif de Tartu doit passer une nouvelle étape. Et il a choisi Astana pour se relancer. Le plus jeune coureur inscrit au classement UCI (à 17 ans seulement) était promis à un bel avenir. Présenté comme un futur grand, l'estonien peine à confirmer ces dires. A l'aise dans les contre-la-montre (3 fois champion d'Estonie du c.l.m.) mais aussi en montagne, le coureur de 27 ans est capable du pire comme du meilleur. Son manque de régularité est criant de vérité : 11e du Tour et 4e de Paris-Nice en 2011, les saisons suivantes ont été déceptions sur déceptions. Sa 2e place sur le Tour de Turquie en 2014 ne suffit pas à satisfaire ses ambitions. Le 88e du Tour 2014 tourne la page française et ouvre celle Kazakhe, dans le but d'épauler Nibali et Aru sur les grands tours. L'ancien leader de Cofidis aura tout à prouver à sa nouvelle formation.

*Dario Cataldo (Italien), 29 ans 

Après 2 saisons quasi-blanches chez Sky, Dario Cataldo a décidé de changer d'air. L'équipier de luxe de Christopher Froome (sur le Tour) où encore Bradley Wiggins (sur le Giro) avait une marche de manoeuvre très réduite dans son ancienne formation. Son statut ne changera pas dans sa nouvelle équipe. Les choses sont claires, Alexandre Vinokourov a embauché le transalpin comme lieutenant de Nibali et Fabio Aru en montagne. Mais l'ancien de chez Quick-Step sera un coureur protégé sur certaines courses. 12e du Giro en 2011 et 2012, l'ancien champion d'Italie du contre-la-montre représente un renfort important, et vient s'ajouter la petite colonie italienne d'Astana. 

Les arrivées : Lars Boom (Belkin), Luis Leon Sanchez (Caja Rural), Davide Malacarne (Europcar), Diego Rosa (Androni Giocattoli), Rein Taaramäe (Cofidis), Laurens De Vreese (Wanty Groupe Gobert), Miguel Angel Lopez, Dario Cataldo (Sky), Maxat Ayazbayev (Astana Continental), Bakhtiyar Kozhatayev (Astana Continental)

Les départs : Dimitriy Muravyev (retraite), Jacopo Guarnieri (Katusha), Valentin Iglinsky (suspension), Maxim Iglinsky (suspension), Evan Huffman (Team Smartstop), Janez Brajkovic (UnitedHealthcare), Francesco Gavazzi (Neri Sottoli), Enrico Gasparotto (Wanty-Groupe Gobert), Frédéric Kessiakoff (retraite)