Saison 2015 : Focus sur Giant-Alpecin

Forte d'une quarantaine de succès en 2014, l'ex-Giant-Shimano -devenue Giant-Alpecin- possède une impressionnante armada de sprinteurs. Marcel Kittel et John Degenlkob seront les 2 chefs de file de l'équipe.

Saison 2015 : Focus sur Giant-Alpecin
Marcel Kittel, nouveau roi du sprint ? (source photo : bild.de)

L'exercice 2014 a été faste pour Giant-Shimano. Le fait de posséder un sprinteur comme Marcel Kittel pourrait expliquer les 41 succès engrangés. Mais Giant-Alpecin possède d'autres finisseurs, comme John Degenlkob (10 victoires), Luka Mezgec (6) où encore Nikias Arndt (1). L'équipe néerlandaise s'est imposée sur les 3 Grands Tours (11 victoires d'étapes), ce qui n'est pas monnaie courante dans le milieu. La formation dirigée par Iwan Spekenbrink fait office d'exemple dans la gestion de ses coureurs. Cette panoplie de spécialistes des arrivées massives fait des envieux dans le peloton. Encore faut-il de l'organisation ! John Degenkolb d'un côté, Marcel Kittel de l'autre, avec chacun son programme de course, ses objectifs et ses équipiers. L'un n'empiêtre pas sur l'autre, même si Marcel Kittel prend un peu plus de place, étant "LE" leader de l'équipe. La cohésion d'équipe semble parfaite, au point que l'allemand a annoncé sa présence sur Paris-Roubaix pour épauler John Degenlkob. Une saison 2015 qui s'annonce prometteuse pour Giant-Alpecin, avec l'explosion tant attendue de Warren Barguil, un des grands espoirs du cyclisme tricolore. 

Le(s) leader(s) : 

* Marcel Kittel (Allemagne), 26 ans 

Après une saison 2013 au plus haut niveau (16 succès), Marcel Kittel a prouvé qu'il était devenu l'un des meilleurs sprinteurs du monde en 2014. L'allemand a récidivé sur le Tour de France, en remportant 4 victoires d'étapes, comme en 2013. Mais le coureur de 26 ans ne s'est pas contenté de la grande boucle, puisqu'il est allé rafler 2 bouquets sur le Giro après seulement 3 étapes, avant d'abandonner le lendemain, fiévreux. Le natif d'Arnstadt sera de nouveau de la partie sur le Tour en 2015, mais ne s'alignera pas sur Milan-San-Remo. L'allemand admet de lui-même que la course "convient mieux à John Degenlkob". La cohésion d'équipe est une nouvelle fois à souligner, d'autant que le learder de Giant viendra donner un coup de main à son compatriote sur Gand-Wevelgem et Paris-Roubaix. 

  • Objectif(s) : 

- Victoire(s) d'étape(s) sur les Grands tours 

*John Degenkolb (Allemagne), 26 ans 

 

Révélé sur les routes du Tour de l'Avenir en 2010 (2 étapes + le classement par point), John Degenlkob collectionne les victoires années après années. Le chasseur d'étape s'est révélé avant son équipier Marcel Kittel, en remportant notamment 5 victoires d'étapes sur la Vuelta 2012. L'allemand s'est vu dépassé dans la hiérarchie de son équipe par son compatriote en 2013, après une saison moins prolifique (6 succès contre 12 en 2012) ponctuée néanmoins d'une victoire sur le Tour d'Italie. L'originaire de Gera a confirmé en 2014 qu'il fallait compter sur lui lors des arrivées massives, avec notamment 4 nouvelles victoires d'étapes sur la Vuelta. Le coureur de Giant a également prouvé qu'il pouvait réussir sur les courses d'un jour : victoire sur Paris-Tours 2013, victoire à Gand-Wevelgem en 2014, et surtout 2e de Paris-Roubaix 2014 ! Considéré comme le meilleur "grimpeur" des sprinteurs, John Degenlkob possède une palète complète pour ajouter de nouveaux succès dans son escarcelle.  

  • Objectif(s) : 
  • - Victoire(s) d'étape(s) sur les grands tours

- Paris-Roubaix

Le coureur protégé :

Luka Mezgec (Slovenie), 26 ans 

Il avait laissé entrevoir de belles promesses en 2013 avec pas moins de 16 Top 5 dans différentes épreuves. Luka Mezgec a ouvert son compteur sur le circuit principal lors du Tour de Pékin 2013. Le sprinteur a explosé en 2014, avec six victoires, dont 3 étapes du Tour de Catalogne, mais surtout la 21e étape du Tour d'Italie ! Barré par Kittel et Degenkolb, le slovène a tiré son épingle du jeu dès qu'il a pu jouer sa carte personnelle. La formation Giant lui donnera-t-elle plus de chance de s'exprimer en 2015 ? 

Les jeunes talents : 

* Tom Dumoulin (Pays-Bas), 24 ans 

Discret en 2013, Tom Dumoulin a confirmé les espoirs placés en lui en 2014. Le spécialiste du contre-la-montre s'est distingué dans l'effort solitaire, remportant ses 4 victoires sur ce terrain : Champion des Pays-Bas (c.l.m.), 3e étape du Tour du Bénélux, 2e étape du Critérium International, le prologue du Tour d'Alberta. Il a également fini 3e des championnats du monde du c.l.m., derrière Wiggins et Tony Martin. Le hollandais s'est aussi montré à l'aise sur les courses d'une semaine, terminant 5e du Tour de Suisse, et 2e du Tour de l'Alberta.  Limité en montagne, le neerlandais devra s'améliorer dans ce domaine s'il veut faire mieux que 33e du Tour de France. Son début de saison 2015 confirme sa montée en puissance, puisque Tom Dumoulin vient d'obtenir une belle 4e place sur le Tour Down Under

* Warren Barguil (France), 23 ans 

Le feuilleton n'aura pas duré très longtemps. Malgré sa déception de ne pas avoir été aligné sur le Tour en 2014, Warren Barguil a décidé de rester chez Giant. Ayant fait de son objectif la grande boucle, le français a finalement pris le départ de la Vuelta. Résultat convainquant, puisqu'il finit à une 8e place, malgré un plateau très relevé (Contador, Froome, Valverde, Rodriguez, ...). Révélé sur le Tour de l'Avenir 2012 - qu'il a remporté - le coureur de 23 ans rentre peu à peu dans la cour des grands. Vainqueur de 2 étapes sur la Vuelta 2013, le natif de Hennebont n'a pas levé les bras en 2014, mais a terminé dans le Top 10 du Tour de Catalogne (9e) et du Tour de Pékin (6e). Considéré comme un "futur crack", le tricolore devrait participer à sa première grande boucle cette année. L'édition 2015, qui ne contient qu'un seule chrono (domaine qu'il devra améliorer), convient parfaitement à ses qualités de grimpeur. Sa marge de manoeuvre reste toutefois limitée, puisque l'équipe sera entièrement dévouée à Marcel Kittel.

* Nikias Arndt (Allemagne), 23 ans 

Comme si cela ne suffisait pas, Giant possède un autre spécialiste des arrivées groupées. Lui aussi est allemand. Niklas Arndt fait parti de la nouvelle génération du sprint. Considéré pour le moment comme un "poisson-pilote", celui qui lance les sprints de Kittel ou Degenkolb ne connait pas encore le même succès que ses compatriotes : une victoire sur l'Artic Race en 2013, puis une autre sur le critérium du Dauphiné en 2014. A sa décharge, ses occasions de s'exprimer sont rares, Kittel et Degenkolb prenant énormément de place dans l'effectif. 3e à deux reprises sur le Tour du Qatar 2015, derrière Kristoff et Sagan, le coureur de 23 ans montre petit à petit à son équipe qu'il peut endosser plus de responsabilités.