Paris-Roubaix : Tout est ouvert

La saison des classiques du Nord est lancée. Après Gand-Wevelgem il y a deux semaines et le Tour des Flandres la semaine dernière, place désormais à Paris-Roubaix ce dimanche. Depuis le début de semaine, la reconnaissance a commencé et les équipes posent tour à tour leurs roues sur les pavés. Cette année, l'Enfer du Nord apparaît relativement ouvert même si quelques favoris se dégagent.

Paris-Roubaix : Tout est ouvert
velonews.competitor.com

Dimanche, la classique du Nord la plus mythique s'élancera de Compiègne pour rallier Roubaix au terme d'un parcours de 253,5 km. Comme à l'accoutumée, les coureurs devront rivaliser d'adresse, redoubler de vigilance et ne pas jouer de malchance pour passer sans encombres les 52,7 km de secteurs pavés qui jalonnent le tracé et affronter les plus redoutables d'entre eux, à savoir la trouée d'Arenberg, Mons-en-Pévèle et le carrefour de l'Arbre.  La météo devrait être favorable au peloton et c'est donc vraisemblablement sur terrain sec que se déroulera l'affrontement.

Dès lors, qui est en mesure de l'emporter ? En l'absence des maîtres, Boonen et Cancellera, qui ont raflé à eux deux 7 victoires entre 2005 et 2014, les jeux sont ouverts. Malgré tout, quelques noms émergent, à l'instar de Niki Terpstra, vainqueur l'an dernier et déjà en grande forme en ce début de saison. Le Néerlandais s'est en effet classé 2ème de Gand-Wevelgem et du Tour des Flandres. L'autre homme fort à surveiller de près est naturellement Alexander Kristoff qui s'est imposé sur le Ronde dimanche dernier. Il sera entouré de spécialistes des pavés comme Luca Paolini (gagnant cette année de Gand-Wevelgem) et est mesure de réaliser le doublé. Quid de Bradley Wiggins, 9ème l'an dernier ? Ce Paris-Roubaix aura une saveur particulière pour le Britannique puisqu'il marquera la fin de sa carrière sur route. Mais l'envie sera-t-elle suffisante pour celui qui n'a plus connu de succès majeur depuis 2012 ? Plus qu'un prétendant sérieux à la victoire finale, Wiggins partira de Compiègne en outsider.

Il faudra aussi compter sur John Degenkolb, 2ème l'an dernier, ainsi que sur Peter Sagan et Lars Boom. Du côté français, Arnaud Démare apparaît comme la meilleure carte malgré ses déboires sur le Tour des Flandres la semaine passée. Le Picard affirme qu'il a les jambes pour le faire mais espère surtout que la malchance n'influera pas sur sa course. Comme chaque année, il faudra éviter les crevaisons pour espérer passer la ligne d'arrivée en premier sur le Vélodrome de Roubaix.