Greipel, Greipel, Greipel !

Cette 15ème étape du Tour de France aura marqué la domination du gorille de Rostock, André Greipel (Lotto-Soudal), vainqueur au sprint pour la troisième fois déjà devant John Degenkolb (Giant-Alpecin). Christophe Laporte (Cofidis), premier français, termine 7ème. Froome reste logiquement en jaune.

Greipel, Greipel, Greipel !
Greipel au sprint devant Degenkolb (France Info © Reuters/Benoit Teissier)

Une étape pour sprinters

Cent quatre vingt trois kilomètres au programme de cette 15ème étape entre Mende et Valence cochée par tous les sprinters rescapés des Pyrénées. Dernière occasion pour eux de s'exprimer avant Paris. Une étape de transition à plus de 45 km/h de moyenne qui n'aura pas été la bienvenue pour de nombreux coureurs épuisés après les Pyrénées ou meurtris par les chutes. On a ainsi rapidement vu un groupe d'une vingtaine de coureurs dont Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale), Jérémy Roy (FDJ) blessés ou Mark Cavendish (Etixx-Quick Step) et Arnaud Démarre (FDJ) pour les principaux sprinters, former le gruppetto. Comme souvent, l'échappée a été longue à se mettre en place avec d'abord un groupe de vingt sept coureurs. Finalement, neuf d'entre eux parviennent à prendre l'échappée du jour. Peter Sagan (Tinkoff-Saxo), le champion du monde Michal Kwiatkowski (Etixx-Quick Step) ou Thibaut Pinot (FDJ) sont dans ce groupe. Ce dernier fût volontaire après avoir complètement manqué son début de tour et laissé la victoire à Cummings la veille, mais sans doute trop impatient dans une étape qui n'était pas taillée pour lui avec un dernier col de deuxième catégorie à 56,5 kilomètres de l'arrivée.

Greipel plus fort

Le peloton ne laissait pas plus de 3 minutes d'avance aux neuf audacieux, sous l'impulsion des équipes Europcar et Katusha, respectivement pour Bryan Coquard et Alexander Kristoff. À près de 40 kilomètres de l'arrivée, l'échappée est reprise malgré la tentative de Trentin (Etixx-Quick Step) et Hesjedal (Cannondale-Garmin) de réécrire un scénario tout tracé. Cette échappée a permis à Sagan de consolider son maillot vert en remportant aisément le sprint intermédiaire et à Thibaut Pinaut de prendre quelques points en haut des cols, en vue peut-être de grandes offensives dans les Alpes pour ce maillot à pois. L’échappée et les quelques fuyards des derniers kilomètres repris, les sprinters n'avaient plus qu'à finir le travail de leurs équipiers. Les allemands gagnant toujours à la fin, Greipel (Lotto-Soudal), supérieur sur les arrivées plates sur ce Tour et bien emmené par son équipe qui a eu la malice de placer Lars Bak dans l'échappée, et Degenkolb (Giant-Alpecin) finissent aux deux premières places.

Un bidon sur un caméraman

Kristoff termine lui troisième. Sagan après son échappée et un ennui mécanique alors que les équipes de sprinters accéléraient, termine quatrième. Toujours placé mais jamais gagnant sur ce Tour. Coquard, après avoir été déséquilibré au sprint par Sagan, termine à une décevante quinzième place au vu du travail de ses équipiers. Gêné lors du dépannage par un cameraman, un membre du staff Tinkoff-Saxo a lancé un bidon sur celui-ci, ce qui entraînera par la suite la mise hors course pour la 16ème étape du directeur de l'équipe, le britannique Sean Yates. Sur ce Tour 2015, lorsque ce n'est pas les chutes ou la chaleur, un événement vient toujours pimenter la course alors que les principaux favoris ont passé une journée plutôt tranquille. Aucun maillot n'a changé d'épaules, Froome garde les maillots jaune et à pois, Sagan reste en vert et Quintana en blanc.