L'équipe Direct Énergie se précise pour le Tour de France

Alors que le Critérium du Dauphiné est en train de rythmer l'actualité du cyclisme depuis dimanche dernier, on en a appris un peu plus sur les coureurs qui prendront part au prochain Tour de France avec le maillot de la formation Direct Énergie.

L'équipe Direct Énergie se précise pour le Tour de France
L'équipe Direct Énergie seprécise pour le Tour de France, Photo : site officiel de la team Direct Energie : Bernaudeau : « J’ai douze noms »

Ce mardi, Jesus Herrada a remporté la 2e étape du Dauphiné au terme d'une journée marquée par une échappée comprenant notamment Lilian Calmejane, le remuant coureur de Direct Énergie. Âgé de seulement 23 ans et passé professionnel récemment, le natif d'Albi ne prendra pas part au prochain Tour de France. En effet, dans une interview publiée sur le site officiel de l'équipe, l'historique manager général de cette formation, Jean-René Beranaudeau, a annoncé une pré-sélection de douze coureurs, qui sera réduite à neuf pour la Grande Boucle.

Sicard et Coquard en leaders

Sauf blessure, ils sont quoi qu'il arrive quatre à avoir d'ores et déjà leur place de garantie. Placé dans le Top 15 lors des deux dernières Vuelta, Romain Sicard endossera pour la première fois de sa carrière la responsabilité de leader au classement général sur le Tour de France. Il profite là du départ de Pierre Roland à l'intersaison, et aura certainement l'ambition de faire aussi bien que sur les routes espagnoles. L'autre leader, mais pour les sprints, sera l'inévitable Bryan Coquard. Plus discret que Bouhanni et Démare, le natif de Saint-Nazaire a beaucoup gagné, mais pas encore sur une très grosse épreuve, contrairement à ses deux compatriotes. Ce sera l'occasion pour lui de rétablir la balance et remporter une victoire sur la plus grande course du monde.

Aux côtés de ces deux leaders, les deux autres coureurs déjà garantis d'une place sont sans surprise Thomas Voeckler et Sylvain Chavanel. Malgré le poids des années, les deux hommes sont les deux coureurs français les plus expérimentés du peloton, et possèdent encore les capacités pour faire de grandes choses. Toujours très offensifs, ils sont capables d'aller chercher une victoire d'étape, mais ils peuvent également être des coéquipiers de luxe pour Sicard en montagne si le Basque connaît des difficultés.

Gène et Jeandesboz quasi indispensables

Ils sont donc encore huit à être à la lutte pour cinq places : Tony Hurel, Yohan Gène, Fabrice Jeandesboz, Antoine Duchesne, Bryan Naulleau, Perrig Quemeneur, Angelo Tulik et Adrien Petit. Le choix sera effectué en fonction de la recherche voulue par le manager de la formation. Renforcer la sécurité en montagne ? Offrir un train d'ampleur à Coquard ? Ajouter des baroudeurs pour prendre encore plus d'échappées ? En premier lieu, Yohan Gène devrait sans doute être retenu, comme lors des cinq dernières années.

En ce qui concerne les sprints, il a toujours été une aide cruciale dont s'est rarement passée l'équipe durant les cinq années Europcar. Capable de suivre les meilleurs en haute montagne pendant très longtemps, Fabrice Jeandesboz a l'occasion de retrouver la première fois la Grande Boucle depuis ses participations avec Saur-Sojasun en 2011 et 2012. Il dispose en effet d'un profil de véritable grimpeur plutôt rare dans cette équipe, et il pourrait être l'appui principal de Sicard.

Un choix compliqué pour les équipiers

Trois places sont donc encore disponibles, et là l'étau se resserre. Coéquipier modèle, Perrig Quemeneur part sans doute avec une longueur d'avance, notamment au vu de ses participations convaincantes sur les deux derniers Tours. Antoine Duchesne s'est quant à lui beaucoup montré tout au long du début de saison, faisant preuve d'une belle capacité à répéter les efforts. Malgré tout, il est compliqué de déterminer qui prendra le départ au Mont Saint-Michel. En effet, à l'exception de Tony Hurel, tous les autres ont déjà connu le Tour de France dans des rôles d'équipiers. Selon la forme du moment, le choix sera arrêté même si les neuf noms doivent être déjà dans un coin de la tête de Jean-René Bernaudeau.

Quoi qu'il en soit, les objectifs raisonnables pour cette équipe seraient d'accrocher un Top 15 au général et une victoire d'étape. Comparé aux écuries World Tour, il manque du personnel, notamment en haute montagne, et Coquard n'a pas encore réussi à se mettre au plus haut niveau lors des sprints. Mais que ce soit sous les appellations Europcar, Bouygues Telecom ou encore Brioches La Boulangère, la formation de Jean-René Bernaudeau nous a toujours sorti des résultats exceptionnels. Encore une fois, ils ne seront pas forcément attendus, mais il y a de quoi faire de belles surprises.

Maxime Cazenave, pour Vavel France