NWSL : ce qu'il faut retenir

Le 31 août s'est achevée la première saison de la National Women's Soccer League (NWSL) avec la victoire deux buts à zero du Portland Thorns FC face aux Western New-York Flash. L'occasion de faire le point sur les parcours des 8 équipes qui se sont affrontées cette saison et sur ce qui nous attend pour les saisons à venir.

NWSL : ce qu'il faut retenir
Les 8 équipes du championnat de NWSL nous ont livré du beau spectacle tout au long de la saison

PORTLAND THORNS, UN STATUT DE FAVORI ASSUMÉ

Dès que les compositions des équipes sont sorties en début de saison, tous les regards se sont tournés vers l'équipe des Portland Thorns, avec des noms tels que Christine Sinclair, Alex Morgan, Tobin Heath, Rachel Buehler ou encore Karina LeBlanc.
L'équipe a d'abord longtemps lutté pour la première place avec le Sky Blue FC. A partir de son match face au Seattle Reign FC le 25 mai où Portland avait finalement arraché la victoire dans la difficulté 1-0, un pénalty inscrit par Christine Sinclair suite à une action litigieuse qui n'aurait surement pas mérité que l'arbitre le signale.
S'en est suivi ensuite une période de matchs compliqués, où malgré quelques bons réultats, l'équipe a éprouvé des difficultés à développer son jeu.

 

En terminant 3e de la saison régulière, Portland s'est qualifié pour les Playoffs où elles ont affronté le FC Kansas City, le battant sur le score de 3-2. Un match dans lequel les Thorns se sont montrées combatives, surmontant un retard de 2 buts.
En finale elles sont parvenues à se montrer beaucoup plus efficaces que leur adversaire, New-York, en les battant sur le score de 2-0.
Portland est donc parvenu à assumé son statut de favori du début de championnat, en remportant la première saison de NWSL, au terme d'une saison maitrisée.

Joueuses clés :
- Karina LeBlanc : la gardienne des Thorns s'est montré décisive sauvant à de nombreuses reprises son équipe par des arrêts importants. Quand une équipe ne parvient pas à remporter un match, l'important est de ne pas le perdre, et le moins que l'on puisse dire c'est que Karina LeBlanc a rempli à merveille son rôle de dernier rempart.
Des performances qui pourraient lui permettre de devenir enfin la gardienne numéro 1 de son pays, le Canada.

- Tobin Heath : la milieu de terrain n'a disputé que 8 rencontres durant cete saison mais elle n'est pas passée inaperçue. Ecopant tout d'abord de quatre cartons jaunes sur ses quatre premiers matchs.
Mais elle s'est aussi montrée décisive durant les deux derniers matchs de son équipe, inscrivant tout d'abord le but du 2-1 en demi-finale face à Kansas City, remettant son équipe sur de bons rails.
Puis c'est elle qui ouvre le score en finale d'un sublime coup franc, permettant aux Thorns de se diriger vers la victoire finale.

 



WESTERN NEW-YORK FLASH, CHAMPION DE LA SAISON RÉGULIÈRE

Après un début de saison compliqué avec 1 point de pris en 3 matchs, les Western New-York Flash ont par la suite réussi à mettre leur jeu en place. Enchainant 9 matchs sans défaites avec de nouveau 1 seul point de pris entre le 4 et le 11 juillet, avant de reprendre sa marche en avant.
Les résultats réguliers des Flash ont permis à l'équipe de combler au fil de la saison son retard sur les équipes de tête (Sky Blue FC et Portland Thorns FC), avant finalement de prendre l'ascendant sur celles-ci et sur le FC Kansas City grâce à sa différence de buts.
New-York est en effet l'équipe qui a affiché la meilleure attaque, inscrivant 36 buts, mais aussi la meilleure défense, encaissant 20 buts sur toute la saison.
Terminant sa saison régulière avec 38 points au compteur, tout comme le FC Kansas City et les Portland Thorns, le club a donc pu compter sur sa différence de buts pour remporter le titre de champion de la saison régulière. Se qualifiant donc par la même occasion pour les Playoffs, où elles ont retrouvé le Sky Blue FC.
Equipe que les Flash ont affronté à quatre reprises durant la saison, signant trois victoires pour une défaite.
La demi-finale n'a pas dérogé à la règle et a vu une nouvelle fois New-York prendre le dessus sur le club du New-Jersey, 2-0.

 

Face à Portland en finale, New-York n'est pas parvenu à trouver la faille, se procurant un grand nombre d'occasions mais ne parvenant pas à faire preuve d'efficacité. Le club s'inclinant sur le score de 2 buts à 0 et terminant sa saison en tant que vice champion de cette première saison de NWSL, mais Champion de la saison régulière.

Joueuses clés :
- Abby Wambach : le ballon d'Or 2012 a assumé son statut en inscrivant 11 buts cette saison. Elle a également servi ses coéquipières à 8 reprises.
Wambach a montré sa capacité à être précise, en cadrant 40 de ses 64 tirs.

- Carli Lloyd : Avec 8 buts au compteur cette saison, la n° 10 de la sélection américaine a su surtout se montrer décisive quand son équipe en avait besoin.
Nottament en demi-finale où elle inscrit les 2 buts de son équipe. Carli Lloyd s'est également distinguée cette saison par le grand nombre de fautes commises. En effet, avec 35 fautes c'est elle qui en totalise le plus grand nombre.
Elle fait nottament partie des cinq joueuses qui ont écopé de 4 cartons jaunes durant la saison régulière.

 



FC KANSAS CITY, LES INDIVIDUALITÉS SALUÉES

Durant toute la saison le FC Kansas City s'est distingué par son jeu fluide et par une saison homogène tout comme l'équipe qu'elle forme.
Celle-ci a longtemps cru qu'elle remporterait le titre de Champion de la saison régulière, avant de craquer lors de ses derniers matchs face aux Boston Breakers et aux Chicago Red Stars.
38, c'est tout de même le nombre de points acquis par Kansas City, le même que le champion de la saison régulière, New-York, mais une différence de buts moindre (12 pour le FCKC, contre 16 pour WNY).
Lors de la demi-finale, le FC Kansas City a fait face au Portland Thorns FC, et le moins que l'on puisse dire c'est que l'équipe a parfaitement débuté son match, dominant de
la tête et des épaules leur adversaire et leur avantage de 2-0 acquis dès la 24e minute en était l'illustration.

 

Par la suite, les joueuses de Portland ont pris petit à petit l'ascendant sur leur adversaire et sont parvenues à revenir au score puis à égalité, avant de l'emporter durant les prolongations.
Le FC Kansas City a donc cloturé sa saison sur cette défaite 3-2 en demi-finale mais s'est vu récompensé par sa saison en décrochant toutes les récompenses individuelles.
- Lauren Holiday : Meilleure joueuse MVP
- Becky Sauebrunn : Meilleure défenseure
- Nicole Barnhart : Meilleure gardienne
- Erika Tymrak : Meilleure rookie (recrue)
- Vlatko Andonovski : Meilleur entraîneur

Joueuses clés :
- Lauren Holiday (Cheney) : elle a tout d'abord remporté le titre de meilleure buteuse de la saison grâce à ses 12 réalisations. Elle a également remporté le titre de meilleure joueuse de la saison grâce à ses performances sur le terrain, ses buts mais aussi ses passes décisives, puisqu'elle est également la meilleure passeuse de la saison avec 9 passes au compteur.

- Erika Tymrak : l'une des révélations de cette première édition de NWSL. Pour sa première saison professionnelle, la jeune joueuse de 22 ans a inscrit 7 buts durant la saison régulière et a inscrit le premier but de son équipe en demi-finale. Elle a également à son compteur 4 passes décisives.
Pour sa très belle première saison, Erika Tymrak s'est vue récompensée du titre de meilleure rookie (recrue) et a connu sa première sélection avec l'équipe A des USA le 3 août 2013, en tant que titulaire.

 



SKY BLUE FC, LE COLLECTIF AVANT TOUT

Le Sky Blue FC a réalisé une saison en demi-teinte, après avoir parfaitement débuté sa saison, le club s'était affirmé comme un vainqueur potentiel de la NWSL, restant longtemps à la première place du classement, très souvent à la lutte avec les Portland Thorns.
Le club a signé de belles victoires, nottament le 1er juin où face aux Boston Breakers les joueuses du New-Jersey ont inscrit 5 buts (victoire 5-1) restant le plus grand nombre de buts inscrits par une équipe en un seul match cette saison.
On se souvient également de ce but magnifique de Lisa De Vanna qui a fait le tour du Monde. C'était lors de ce même match, un but inscrit sur un retourné, restant à coup sûr le plus beau but de la saison.
Puis le club a fini par lâcher petit à petit du terrain sur ses adversaires et les a vu revenir en fin de saison. Il faut dire que Sky Blue n'a pas été épargné par les blessures, voyant nottament Brittany Bock, Caitlin Foord, Lisa De Vanna ou encore Kelley O'Hara blessées pendant plusieurs rencontres.
Cette dernière, Kelley O'Hara, avait l'occasion de se retrouver de nouveau dans un rôle d'attaquante, comme à ses débuts, et à la différence de l'équipe nationale où elle occupe le poste d'arrière gauche.
Mais malheureusement blessée depuis le 25 mai elle n'a pu se distinguée durant la saison, exceptée 3 passes décisives à son compteur.

 

Malgré cela le club est parvenu à terminer sa saison régulière à la quatrième place, se qualifiant ainsi pour les Playoffs où elles ont retrouvé leur bête noire de la saison, les Western New-York Flash. A cause d'un trop peu d'occasions et d'un doublé de Carli Lloyd, le Sky Blue FC a vu la finale leur échapper.
Durant cette première saison de NWSL, cette équipe s'est distinguée collectivement, montrant une grande générosité et homogénéité sur le terrain. Un collectif qui s'est mis durant toute cette saison au service des individualités et inversement.

Joueuses clés :
- Monica Ocampo : la joueuse décisive de la fin de saison, élue meilleure joueuse du mois d'août. Elle est la co-meilleure buteuse du club (en compagnie Sophie Schmidt)
avec 6 réalisations, mais a surtout marqué dans les moments importants comme le 6 juillet et le 3 août où face aux Washington Spirit, le Sky Blue FC se montre dominateur mais ne parvient pas à trouver la faille jusqu'à ce que Monica Ocampo surgisse et apporte la victoire à son équipe.

- Caitlin Foord : la plus jeune joueuse du championnat, du haut de ses 18 ans elle a montré une grande maturité sur le terrain, s'imposant dans sa défense et apportant
offensivement.
Malgré sa blessure en fin de saison, la jeune joueuse australienne a su se faire remarquer et a nottament été distinguée par une place dans le 11 type n° 2 de la NWSL, aux côtés de joueuses d'expérience telles que Rachel Buehler, Ali Krieger ou encore Megan Rapinoe.

 



BOSTON BREAKERS ET SA DOUBLETTE MAGIQUE

Les Boston Breakers ont réalisé une saison qui les a placés dans le milieu du tableau, de même que les Chicago Red Stars.
Portées par le trio Sydney Leroux, Lianne Sanderson et Heather O'Reilly, les joueuses de Boston ont enchaîné des résultats positifs comme négatifs.
Les Breakers sont parmis les 3 équipes les plus fair-plays de la saison, ayant commis peu de fautes et écopé de peu de cartons (10 cartons jaunes sur toute la saison), tout
comme les Washington Spirit (10 cartons jaunes) et un peu plus que le Sky Blue FC (6 cartons jaunes et 1 carton rouge).
Malgré des bons résultats comme face à Chicago le 4 mai, victoire 4-1 ; face à Washington le 27 juillet (victoire 5-2) ; ou encore face à Portland les 21 juillet et 7 août (des victoires 2-1) ; Boston a terminé sa saison à la 5e place, à 6 points de la dernière place qualificative pour les Playoffs.

 

Cette équipe a néanmoins montré une grande cohésion sur le terrain et a pu compter sur sa doublette magique (Sydney Leroux et Heather O'Reilly) et sur Lianne Sanderson pour entraîner leurs coéquipières au plus près du haut du tableau.

Joueuses clés :
- Sydney Leroux : L'attaquante des Breakers a assumé son rôle de principal atout offensif, en inscrivant près d'un tiers des buts de son équipe, soit 11 réalisations sur 35.
La jeune attaquante d'origine canadienne a également servi à 2 reprises ses coéquipières cette saison et a naturellement été nommée dans le 11 type de la NWSL, aux côtés d'Abby Wambach.

- Heather O'Reilly : Heather O'Reilly a également été une joueuses clé des Boston Breakers cette saison. En effet la Milieu de terrain américaine a inscrit 5 buts et servi à 7
reprises ses coéquipières.
Plus que ces réalisations, c'est la complicité, dans la vie comme sur le terrain, entre celle-ci et Sydney Leroux qui a marqué. Les deux joueuses se montrant solidaires et complémentaires, le duo apportant à leur équipe une vrai dynamique de groupe.

 



CHICAGO RED STARS, SPÉCIALISTE DES COME-BACK

Durant la saison les Chigaco Red Stars ont démontré qu'elles avaient beaucoup de mental et qu'il ne faut rien lâcher tant que l'arbitre n'a pas donné le coup de sifflet final. En effet, les Red Stars se sont affirmées comme les spécialistes des come-back.
Comme le 8 mai où Alyssa Mautz égalise à la 91e minute face au Sky Blue FC ; le 14 juillet où après avoir été menées 3-1 les Red Stars sont parvenues à arracher le match
nul face à Kansas City en marquant à la 90e et à la 95e ; ou encore le 28 juillet face à Portland en arrachant le 3-3 à la 86e minute.
Ces exemples et bien d'autres ont permis à Chicago de prendre des points dans des matchs qui semblaient parfois leur échapper.

 

Leur mental et leur collectif a permis aux Red Stars de terminer leur saison à la 6e place, à égalité de points avec les Boston Breakers (30 points) mais avec une différence
de buts négative (- 4).
Chicago a démontré tout au long de la saison un bel exemple de mental dans le football.

Joueuses clés :
- Lori Chalupny : la joueuse s'est affirmé comme le chef d'orchestre de son équipe, dirigeant le jeu et apportant offensivement en inscrivant 5 buts durant la saison.
La captaine des Red Stars a également servi à 3 reprises ses coéquipières. Lori Chalupny est la seule joueuse de Chicago à figurer dans le 11 type de la NWSL.

- Leslie Osborne : la co-capitaine de Chicago a inscit 10 des 37 buts de son équipe, faisant d'elle la meilleure buteuse, mais aussi la meilleure passeuse avec 9 réalisations.
Elle a formé avec Lori Chalupny le duo gagnant de leur équipe.

 



SEATTLE REIGN FC, UN AVANT ET UN APRÈS

Le Seattle Reign FC a connu deux parties de saison bien distinctes. Elles ont d'abord enregistré seulement 2 points en 11 journées. Leur première victoire a été signé le 26
juin face aux Boston Breakers, victoire 2 buts à 1.
Enchaintant par la suite 4 victoires, 1 nul et 1 défaite.
Les Reign ont ensuite connu un mois d'août tout aussi compliqué que leur début de saison en enchainant 4 victoires consécutives.
Le mieux du milieu de saison correspond à l'arrivée de Megan Rapinoe qui, associée à Jessica Fishlock, a su parfaitement diriger le jeu de Seattle et apporter offensivement
comme défensivement. Le tout en rééquilibrant le jeu de cette équipe.

 

Malgré la bonne série de résulats durant le mois de juillet, le Seattle Reign FC n'a pu combler son retard du début de saison et n'a donc pas pu se méler à la lutte pour la
qualification aux Playoffs.
L'équipe a du se contenter de se battre pour échapper à la dernière place du classement et montrer de belles performances sur le terrain.

Joueuses clés :
- Jessica Fishlock : le sosie capilaire de Megan Rapinoe a joué la quasi totalité des rencontres de son équipe et s'est affirmée comme l'un des principales atouts offensifs
de celle-ci. En effet, la milieu de terrain galloise a inscrit 4 buts pour le Seattle Reign FC. Elle a été distinguée en intégrant le 11 type de la NWSL.

- Megan Rapinoe : arrivée en milieu de saison en provenance de l'Olympique Lyonnais, la milieu de terrain américaine a de suite apporté beaucoup à son équipe. Tout d'abord en inscrivant 5 buts et a réalisé une passe décisive, et ce en seulement 11 rencontres disputées. Mais aussi en apportant son expérience et son Leadership.
On peut dire qu'il y a eu un avant et un après Megan Rapinoe pour Seattle cette saison.
Ses performances lui ont permis d'être nommée dans le 11 type n° 2 de la NWSL.

 



WASHINGTON SPIRIT, L'ESPRIT Y ÉTAIT PAS LES RÉSULTATS

Washinton a connu une saison plus que compliquée, saison qui avait pourtant plutôt bien commencée, avec 2 points pris sur les deux premières rencontres. D'abord contre
les Boston Breakers, puis contre les Western New-York Flash.
Les Spirit ont connu leur première victoire de la saison le 16 mai contre le Seattle Reign FC, vicoire 4-2.
S'en est suivi ensuite une série de 12 défaites et 1 nul. Avant de retrouver la victoire en toute fin de saison, contre les Chicago Red Stars le 7 août (1-0) et contre Seattle
3 jours plus tard (1-0). Un nul a enfin conclu leur saison bien compliqué, 1-1 contre Sky Blue.

 

Saison difficile par le peu de victoire, seulement 3, par le grand nombre de défaites, 14, mais aussi par le peu de buts inscrits, seulement 16 pour 39 encaissés.
Les Spirit sont donc la plus mauvaise attaque et défense de cete première saison de NWSL.
Washington a donc vu tous ses espoirs de bien figurer dans ce championnat s'envoler très vite. Et a donc du se contenter de la lutte du bas de tableau.
Avec 4 points de retard sur le Seattle Reign FC, les Washington Spirit ont du se contenter de terminer leur saison à la dernière place du classement.

Joueuses clés :
- Ashlin Harris : comme toutes ses coéquipières, la gardienne américaine a connu une saison difficile. Elle a encaissé un grand nombre de buts mais a aussi réalisé de très beaux arrêts, sauvant à plusieurs reprises ses coéquipières d'une défaite ou d'un score défavorable encore plus large. Un travail de dernier rempart délicat mais tout de même réussi.

- Diana Matheson : la milieu de terrain canadienne a été l'atout offensif de Washington cette saison. En effet, Diana Matheson a inscrit la moitié des buts de son équipe, soit 8 réalisations. Elle a également réalisé 3 passes décisives.
Ses buts ont bien souvent été inscrits à des moments importants qui ont permis, comme les arrêts d'Ashlyn harris, de sortir son équipe de situations délicates.
Grâce à ses performances elle figure dans le 11 type de la NWSL.
 

 



La NWSL, vers une progression lente et régulière

Fin août Sunil Gulati, le Président de la fédération américaine de soccer a livré ses impressions sur cette première saison de NWSL.
Il a affirmé que la saison 2014 verra de nouveaux 8 équipes se disputer le titre, les 8 équipes déjà en place. En effet, celui-ci souhaite avant tout voir la NWSL prendre ses marques avant d'y voir une expansion, qu'il a qualifiée de lente et régulière.

 

Il a également confirmé que l'équipe de MLS les New-York Red Bulls était intéressée par le fait de coopérer ou fusionner avec le Sky Blue FC. Des discussions avaient été engagées dès la mi-saison.
Jérôme de Bontin le directeur général des Red Bulls a confié que la Red Bull Arena (le stade des New-York Red Bulls) pourrait accueillir les matchs à domicile du club de Sky Blue.
Si l'option de fusion est choisie, celle-ci pourrait être annoncée dès la fin de septembre 2013.
Les Portland Thorns sont pour l'instant la seule équipe de la NWSL a émaner d'un club masculin, en l'occurence le Portland Timbers FC.
Le fait de jouer dans un grand stade a permis aux coéquipières d'Alex Morgan d'évoluer devant plus de 13 000 spectateurs à plusieurs reprises.
L'objectif à venir dans ce domaine sera donc à long terme de voir toutes les équipes composant le championnat jouer à domicile devant autant de spectateurs, et ce peut être avec l'aide des équipes de MLS, par le biais de coopération ou de fusion.

 

Le point fort de cette première saison de NWSL a sans doute été sur la transmission des matchs qui a été totale. Même si la diffusion n'était pas toujours de qualité, due au peu de moyens, celle-ci a toujours été présente, que ce soit par le biais du site d'hébergement de vidéos Youtube ou par le biais de la télévision.
En effet, intéressée par l'engouement grandissant autour de ce championnat, la chaîne Fox Soccer a durant la saison pris la décision de diffuser certains matchs, en particulier les demi-finales et la finale.

 

D'un point de vu des compositions des équipes pour la saison à venir, certains clubs ont d'hors et déjà annoncé la prolongation de certaines joueuses comme Tiffany Cameron et Erika Tymrak au FC Kansas City ou Megan Rapinoe au Seattle Reign FC.
En attendant la saison 2014, certaines joueuses sont parties jouer en Europe, pour acquérir encore un plus d'expérience. C'est le cas d'Erika Tymrak (Kansas City) à Munich, d'Ali Krieger et Ashlyn Harris (Washington Spirit) à Tyresö ou d'Ashley Nick (Sky Blue) à Zorkiy.

 

Après les échecs des championnats américains précédents, la fédération américaine semble bien décidée à prendre son temps et à faire progresser du mieux possible la NWSL. Comme le dit si bien Sunil Gulati : "Je pense qu'avec le temps, l'expérience et les ressources supplémentaires, nous serons en mesure d'hausser la fréquentation, le niveau de jeu et la logistique".
Une chose est sure, c'est que cette première saison de la National Women's Soccer League est une réussite et que les saisons à venir s'annoncent prometteuses.