Une étape à franchir pour Paris ... ( Analyse tactique C1)
La joie des madrilènes et le désarroi de Verrati après le but de Marcelo @YahooSport

Une étape à franchir pour Paris ... ( Analyse tactique C1)

Un match à enjeux pour les hommes de Unay Emery et pour lui même. Un véritable test s’annonçaient pour eux face au double tenant du titre.

antoine-bohuon
Antoine Bohuon

La rencontre des parisiens.

Le match commence sur un rythme élevé, lors des 5 premières minutes les parisiens sont en bloc bas et subissent les offensives madrilènes. Les joueurs parisiens utilisent un jeu rapide et direct et cherche en priorité Neymar. Vers le quart d'heure de jeu les débats s'équilibrent, ils tiennent pour la première fois 1 minute de possession (16'-17'). Toutefois la tendance à systématiquement chercher Neymar se confirme. Ce qui est assez symptomatique de l'état de l'équipe qui ne peut d'éployer son jeu comme elle en a l'habitude en Ligue 1. La demi heure de jeu est un premier tournant du match. En 3 minutes la rencontre s'anime tout d'abord Lo celso et Verrati qui ne se comprennent oblige Lo celso a faire faute juste avant la surface de réparation (24'). Ensuite à la 27è minutes Verrati récupère un bon ballon au dans le camp merengue et délivre une passe à Neymar qui s'en mêle les pinceaux et ne peux pas ajuster correctement. Dans la foulée Marcelo entame un contre super sonique afin de trouver Ronaldo qui bute sur Aréola en duel. Première Parade décisive pour lui. Dans les minutes qui suivent les parisiens ont pris conscience de l'alerte et se crée de bonne session de jeu, celui-ci n'est plus accès sur Neymar. Cela est récompensé à la 32' grâce à Rabiot à la réception d'un bon centre de Mbappé au premier poteau vers Cavani qui intelligemment laisse filer pour Neymar qui lui remet en retrait pour Rabiot. Ce but permet au parisiens d'être plus haut sur le terrain et manque de peu de faire le break par l'intermédiaire de Cavani (37'). Aréola continue sursa lancée impériale et défensivement le PSG est bien en place. Mais c'était sans compter sur l'intelligence de jeu des merengues qui profite d'un corner joué rapidement à deux pour obtenir un penalty dans une défense trop laxiste pour le coup (43'). Pénalty transformé par Cristiano Ronaldo (44'). Le PSG a fait une bonne première mi temps, ils ont toutefois au départ trop souvent cherché Neymar. Et le manque d'expérience au milieu de terrain et en défense se fait ressentir,nous mettons ici le doigt à un facteur déterminant pour la suite de la rencontre.

La seconde mi-temps comme avait commencé la première les joueurs de Zidane sont haut et les parisiens se sentant oppressés sont obliger de dégager et/ou de prendre des risques à la relance. Les passes « laser » entre le milieu et l'attaque madrilène font terriblement mal aux parisiens. Toutefois ce sont eux qui se crée de plus franches occasions bien emmené par Rabiot. Les parisiens tentent progressivement de remettre le pieds sur le ballon mais l'unité observé au début de la rencontre n'y est plus. Lo celso perd beaucoup de ballon et les ailiers ne font plus le replis défensif. Minutes après minutes les madrilènes accentuent leur pression. C'est alors l'heure du premier changement parisien Cavani sort et entré de Meunier. Nous reviendrons sur les choix tactiques de Unay Emery dans une seconde partie. A 10 min de la fin la possession est assez équilibré 49%-51% et les parisiens semblent tenir ce qui serai un bon point au Bernabeu. C'était sans compter sur les nouveaux entrants madrilènes( Asensio et Vazques) qui vont dynamiser leur attaque et faire le plus grand mal à la défense parisienne, Asensio une première fois délivre un centre pour Ronaldo dévié par Aréola mais le portugais bien agile marque du dos (83'). Le coup de grâce est donné par l'homme de la rencontre , Marcelo auteur d'un double une-deux dans le milieu puis la défense du PSG. Une nouvelle fois Asensio au centre et cette fois ci Marcelo reprend de volée pour crucifier les parisiens. 80 bonnes minutes de leurs parts tout même mais dépassés sur la fin, à noter aussi des entrants qui n'ont pas été à la hauteur ainsi qu'un manque d'expérience.

Les choix de Emery.

Unay Emery est lui aussi est acteur majeur de cette rencontre, car le coach parisien a fait des choix forts. Nous allons passer en revue les différents choix du coach. Premièrement sur la composition : Areola - Dani Alves, Marquinhos (c), Kimpembe, Yuri - Lo Celso, Verratti, Rabiot - Mbappé, Cavani, Neymar. Plusieurs éléments sont à noter, Kimpembe titulaire plutôt que Thiago Silva ainsi que Yuri en défense ( ce dernier connaît sa première titularisation en C1). Quand au milieu la précence de Lo celso est surprenante quand tous les « spécialistes »nous annonçaient Diarra. Devant la question pouvait se poser de la présence ou non de Di maria en forme depuis janvier.

Les deux choix forts donc que sont Yuri et Lo celso. Ils répondent à plusieurs problématiques. Yuri a pour concurrent Kurzawa, qui n'est pas non plus le meilleur dans ce genre de rencontre. Quand à la présence de Lo celso elle s'explique par une concurrence certes plus expérimenté mais moins à la hauteur physiquement et techniquement. Lass Diarra n'a pas jouer de rencontre de top niveaux depuis quelques temps et Motta est constamment blessé. Le problème est la prestation de Lo celso hier soir, son premier fait d'armes si je puis dire arrive à la 24', où il est auteur d'une mauvaise relance vers Verrati et commet une faute au 18m. Il est l'auteur de la faute qui amène le pénalty (43'). Il perd beaucoup de ballon notamment dans des zones dangereuses ce qui expose les parisiens au but. Son duel direct avec Kroos et modric est nettement à l’avantage des merengues.

Les autres choix de Unay sont les changements le premier est opéré à la 65' : sortie de Cavani et entrer de Meunier, à ce moment 1 partout Emery constate que les replis défensif de mbappé sont inexistant. Il décide alors de faire monter Dani alves d'un cran et de mettre meunier à sa place. Si l'idée de départ se tient sur le terrain, alves apporte offensivement mais Meunier est au fraises défensivement pour preuves les deux buts encaissés en fin de rencontre viennent de son côté. Après le second but arrive la sortie de Lo celso et l'entrer de Draxler, changement intéressant mais fait 10 min trop tard, draxler n'a que 10 min pour s'exprimer, il sera transparent.

Il est certes facile d’imputer la défaite à l’entraîneur, nous ne mettrons pas l'entière responsabilité de la défaite sur Unay Emery mais toutefois après coup ses choix sont critiquable au vue de la rencontre. De plus la comparaison avec son homologue madrilène, peut nous laisser penser que certains choix on été fait à retardement dans une rencontre ou chaque minutes est précieuse.

Un trio aux abonnés absents.

Paris c'est aussi et surtout son attaque, envié sur tout le globe un trio à plus de 300M qui devait répondre présent à l'appel lors d'un grand événement comme celui de mercredi soir.

La « MCN », n'a été que trop peu en vue, hormis sur le but ou les trois touchent le ballon rare sont les offensives où ils se sont trouver. Ceci est peut être du au fait qu'ils ont peu jouer ensemble depuis le début de l'année.

Neymar, la vedette du PSG a été décevante, sa prestation devait lui permettre à lui aussi de franchir un cap. Dès le début de la rencontre il reçoit la grande majorité des ballons d'attaque mais est bousculé par les madrilènes ( 2 fautes subit dans les 5 premières minutes et un carton jaune écopé à la 13'). Neymar tente souvent d'utiliser sa technique et sa vitesse seul pour perforer la défense merengue. Quand il est au 20 m il cherche systématiquement à vouloir frapper ce qui l'oblige a faire une passe trop tard de le meilleur des cas ou de perdre la balle ex 27' et 70'. De plus la comparaison avec Ronaldo auteur d'un doublé ne lui ai pas à son avantage.

Mbappé et Cavani quand eux n'ont été que trop peux en vue le premier hormis sont bon centre pour le but il a été cadenasser par Marcelo et n'a fermé son coté pour empêcher les débordements du brésilien que de façon partielle. L’uruguayen lui n'a pas beaucoup été trouvé par ses partenaires. Il est à deux doigts d'offrir le break(37'), c'est son seul fait d'armes de la rencontre il n'arrivait pas à combiner avec ses coéquipiers, sorti à 65è et remplacé par meunier, choix fort de Unay Emery.

Si le PSG a été auteur de 80 bonnes minutes, on remarque que la marche pour devenir un grand d’Europe est encore loin. Les parisiens et Unay ont 3 semaines pour se préparer au mieux au match retour d'une importance capitale pour le projet européen parisien. On attendra au tournant cette équipe et une réaction collective et individuelle pour passer ce fameux cap.

VAVEL Logo