Bonne cuvée d'un soir

Peu en verve depuis plusieurs semaines, Bordeaux a repris des couleurs ce samedi soir en s'imposant avec la manière face à Montpellier (4-2), dans le cadre de la 32e journée.

Bonne cuvée d'un soir
Crédit photo : LFP
Bordeaux
4 2
Montpellier
Bordeaux: Carrasso, Mariano, Faubert,Sané, Trémoulinas, Plasil (c.), Sertic, Saivet, Obraniak, Maurice-Belay, Diabaté
Montpellier: Jourdren - Bedimo - Hilton - El Kaoutari - Congré - Stambouli - Belhanda - Cabella - Mounier - Charbonnier - Camara
SCORE: 1-0 : Sané (10e) / 2-0 : Diabaté (24e) / 3-0 : Plasil (26e) / 3-1 : Cabella (45e+1) / 4-1 : Saivet (54e) / 4-2 : Stambouli (90e+1)
ARBITRE: Benoit Millot (FRA)
ÈVÉNEMENTS: Ligue 1 - 32e journée - Stade Jacques Chaban-Delmas

Les Girondins de Bordeaux affichaient un visage des plus soporifiques ces dernières semaines, avec en point culminant la parodie de football qu’a été leur performance à Marseille la semaine dernière (défaite 0-1). Ce samedi soir, en revanche, les joueurs de Francis Gillot ont fait étalage de qualités chères à l’ancien entraîneur du FC Sochaux-Montbéliard, à savoir de l’envie et du jeu. Ces valeurs leur ont permis de construire une fort jolie victoire contre Montpellier (4-2), qui les fait revenir à sept longueurs du quatrième rang occupé par Lyon.

Après une tête de Faubert sur le poteau (6e), Lamine Sané a repris avec succès un corner frappé par Ludovic Obraniak pour sanctionner l’excellent début de partie des Aquitains (1-0, 10e). Un quart d’heure plus tard, Cheick Diabaté, dans un registre on ne peut plus inattendu au regard de ce à quoi il avait habitué les observateurs, a porté la marque à 2-0 (24e). A peine le temps de donner le coup d’envoi que Montpellier cède à nouveau sur une contre-attaque merveilleusement exécutée et finalisée par Jaroslav Plasil (3-0, 26e). Avant le repos, Rémy Cabella a réduit l’écart sur un exploit personnel (3-1, 45e+1), mais à la pause la supériorité girondine est incontestable

Au retour des vestiaires, c’est au tour d’Henri Saivet d’y aller de sa réalisation (4-1, 54e), donnant à ce succès bordelais des allures de correction. Dans le temps additionnel, les champions de France atténuent la douleur de cette claque en marquant par Benjamin Stambouli (4-2, 90e+1). On savait Montpellier en roue libre depuis l’annonce du départ de René Girard en fin de saison, on en a encore une fois eu la confirmation. Les Héraultais s’inclinent en effet pour la deuxième fois d’affilée, et signent un quatrième match sans victoire.