Bordeaux - Evian en finale de Coupe de France !

Les Girondins de Bordeaux se déplaçaient au Stade de l'Aube pour affronter Troyes. Les deux clubs étaient dans l'obligation de s'imposer pour sauver leurs saisons et redonner du baume au cœur des supporters. Troyes, qui a un pied en Ligue 2, pouvait rêver de Stade de France et d'une possible qualification en Europa League.

Bordeaux - Evian en finale de Coupe de France !
Crédit : Eurosport
Troyes
1 2
Bordeaux
Troyes: Dreyer - Colin, Brechet, Jarjat, N'Sakala (Yattara 88e) - Thiago (Camus 63e), Enza Yamissi, Faussurier (Darbion 76e), Marcos, Othon - Bahebeck.
Bordeaux: Carrasso - Mariano, Henrique, Sané, Trémoulinas - Plasil (Maurice-Belay 82e), Sertic, Saivet, Obraniak, Poko - Diabaté (Faubert 80e).
SCORE: 1-0 : Bahebeck (7e), 1-1 : Diabaté (40e), 1-2 : Bréchet CSC (63e)
ARBITRE: Tony CHAPRON. Avertissement : Planus (29e).
ÈVÉNEMENTS: Demi-finale de la Coupe de France 2012/2013 au Stade de l'Aube.

Pour la première fois depuis 1987, les Girondins de Bordeaux seront en finale de la Coupe de France grâce à cette courte mais finalement logique victoire 2-1 au Stade de l'Aube. Malgré l'ouverture du score de Bahebeck d'entrée de jeu (6'), l'égalisation de Diabaté (40') et le but CSC de Bréchet (63') auront suffit aux hommes de Francis Gillot.

Troyes nourrira des regrets
 
L'équipe de Jean-Marc Furlan va longtemps ressasser cette demi-finale. Alors qu'ils auraient pu faire le break suite à une tête de Jarjat qui a longé toute la ligne de but sans tromper Carrasso (24e), l'ESTAC avait surtout la possibilité d'égaliser sur un contre où Marcos, seul à bout portant, a vu sa frappe repoussée par un arrêt magnifique de Cédric Carrasso (73e). La soirée cauchemardesque atteint son paroxysme avec un Bréchet malheureux qui marque contre son camp sous la pression de Diabaté (1-2, 73e). Tout avait pourtant bien commencé, puisque les Troyiens ont rapidement mené au score grâce à un froid réalisme de Bahebeck (1-0, 6e), et ne semblait pas du tout inquiété...
 
Le réveil bordelais
 
Et comme un symbole, c'est Diabaté qui a sonné la révolte bordelaise. Très présent, et pesant énormément sur la défense, le géant buteur bordelais a longtemps été maladroit avant de parvenir finalement à égaliser sur un bon travail de Mariano (1-1, 40e). Sonnant le glas dans le stade, les locaux semblaient perdus et ont été asphyxié de la 40e à la 90e minute. Mais Bordeaux, peu efficace offensivement, a prouvé en une action ses lacunes offensives. Sertic qui arme une excellente frappe de loin, bute sur un Dreyer qui repousse dans les pieds de Faubert. Seul à 40 centimètres du but, le bordelais voit sa frappe s'écraser sur le poteau. Par bonheur pour lui, l'arbitre assistant l'a signalé, à tort, en position de hors-jeu. Sauvé. (87').
 
Deux villes connues pour leurs boissons s'opposeront en finale au Stade de France. Evian, tombeur de Lorient en demi-finale, affrontera donc Bordeaux, qui a réussi à se défaire de l'ESTAC. Bordeaux aura à coeur de sauver sa saison en faisant boire la tasse à Evian, et l'ETG voudra réchauffer le coeur des supporters en noyant les espoirs du FCGB. Le vendredi 31 mai, date qui approche à grand pas, est déjà dans toutes les têtes des supporters. L'une des deux équipes représentera la France en Europa League l'année prochaine. Le Portugal se frotte déjà les mains.