Les Bleus frôlent la correction

Parler de match rassurant ou encourageant pour l’équipe de France serait un paradoxe. C’est pourtant les mots prononcés par Didier Deschamps à la fin de ce match face à une vaillante équipe de Belgique. Un discours qui n’est en réalité qu’illusion pour cacher les multiples problèmes dont souffrent les Bleus. Analyse.

Ce match amical face à la Belgique, une équipe européenne compétitive, avait pour but de prendre la température pour les matchs qualificatifs de la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Oui mais voilà le problème c’est que justement nous n’avons pas vu de but(s) durant cette rencontre… Une inefficacité chronique liée fatalement à la titularistaion de Karim Benzema qui est muet depuis 1155 minutes en Bleu. Une titularisation incompréhensible pour un attaquant de pointe dont la situation est inquiétante, et c’est un euphémisme…

Des Français dominés mais pas malheureux

Les Bleus ont eu chaud durant ce match à plusieurs reprises sur les nombreuses occasions des Diables rouges. Cela a tenu du miracle ou plutôt à la maladresse des attaquants belges incapables de trouver le cadre sur les actions les plus dangereuses. Romelu Lukaku, le premier qui a vu nombre de ses occasions devant le but s’envoler dans les tribunes du stade du Roi Baudoin. Kévin De Bruyne, Eden Hazard et Kévin Mirallas, en fin de match, aurait pu crucifier les Bleus un bon nombre de fois. L’équipe de France a pu heureusement s’appuyer sur un Hugo Lloris des grands soirs. Laurent Koscielny, bien qu’averti en fin de match, et Éric Abidal ont su également tenir la baraque en charnière centrale. Très solides en première période, les mauvais passes dans les derniers mètres des Diables rouges leur ont évité une contre-performance. Les défenseurs latéraux ont, en revanche, pesés bien moins lourds dans cette rencontre. Pire que ça ils ont même été invisibles dans les phases défensives. Gaël Clichy s’est fait totalement enfoncé par Kévin De Bruyne, le Belge n’a eu aucun mal à s’infiltrer dans ce couloir pour délivrer les plus grosses occasions du match. Bacary Sagna a en revanche su bloquer un peu plus le joyau belge, Eden Hazard. Cependant il a su se montré lors des phases offensives en créant des centres. Alors que Gaël Clichy, lui a été clairement inexistant sur ce point-là.

Benzema ou le « syndrome Anelka »

Presque 1 200 minutes que Karim Benzema n’a plus marqué de buts sous le maillot de l’équipe de France et sa titularisation, visiblement inéluctable, ne va pas arranger les critiques envers l’attaquant du Real Madrid… Si on devrait retenir les plus grosses occasions françaises on parlerait de : la frappe de Kondogbia sauvée par Van Buyten (31e), la belle combinaison entre Benzema et Ribéry qui a accouché d’une frappe totalement loupée de l’attaquant madrilène, mais surtout du face à face perdu par l’ancien Lyonnais avec Courtois (66e).

Avec 4 matches sans buts inscrits, la question du remaniement mérite d’être clairement traitée désormais. Au-delà de son manque d’efficacité Karim Benzema à la fâcheuse tendance à dézoner insatiablement et à revenir à un poste de milieu offensif qui irait parfaitement avec son numéro chez les Bleus. Le numéro 10. Cette habitude de redescendre est née avec Nicolas Anelka qui ne faisait clairement pas le travail qu’on attend d’un attaquant de pointe. Marquer des buts. Si Didier Deschamps veut amener cette équipe de France à la Coupe du Monde il lui faudra sans doute remanier cette attaque pour créer l’alchimie parfaite avec les milieux. Il pourra s’appuyer, en tout cas, sur un duo Payet-Valbuena qui a jouit d’une belle cohésion avec Ribéry et les petits nouveaux comme Guilavogui et Kondogbia. Il faudrait apporter à cela un attaquant plus réaliste devant le but pour concrétiser les actions engrangées par ce milieu de terrain prometteur. André-Pierre Gignac, par exemple, aurait dû être testé durant ce match amical pour apporter une solution à cette attaque française qui ne fait plus peur à personne et à qui il faut vite trouver un (vrai) buteur.

Le prochain match face à la Géorgie sera décisif et on espère que Didier Deschamps saura trouver l’attaquant qui fera mouche.

«C'est un match de bon niveau. On aurait pu prendre des buts, on aurait pu en marquer. C'était plutôt intéressant pour un match de mois d'août. L'important, c'est la Géorgie en septembre».