LES FICHES PRATIQUES LIGUE 1 2013-2014

La saison 2013-2014 risque d’être l’une des plus hétéroclites de ces dernières années, rien ne vaut quelques rappels qui ne vous feront pas grand mal pour votre culture G ainsi que pour votre lecture footballistique de notre passionnant championnat. Large tour d'horizon des 4 "gros" de notre Ligue 1.

LES FICHES PRATIQUES LIGUE 1 2013-2014
LES FICHES PRATIQUES LIGUE 1 2013-2014

LECON 1 : Protectionnisme, formation et mondialisation pour une saison sous tension.

Chers lecteurs et lectrices, rien ne vaut avant chaque leçon une bonne piqûre de rappels!

Notions économiques et sociales revisitées à la sauce football telle une fiche révision pour le bac série « Ligue 1 2013-2014 »

  • Protectionnisme : miser sur des recrues « made in France », le plus souvent qualifiées afin de conjuguer rentabilité sur le terrain et cohésion quasi immédiate. Elle risque de porter ses fruits

             EX : L’OLYMPIQUE DE MARSEILLE

  • Formation : Dans une politique de recrutement austère, ce terme invite à une intégration très rapide des jeunes pousses issues du centre de formation, afin de réaliser la triple combinaison suivante : résultats sur le terrain – dépenses limitées- recettes. Cette politique a déjà fait recette chez certains clubs.

            EX : L’OLYMPIQUE LYONNAIS 2012-2013 (3e Place)

  • Mondialisation : Politique sportive sans limite : on recrute la crème de la crème au prix fort et peu importe le site de fabrication de la marchandise

            EX : PARIS SAINT GERMAIN – AS MONACO

Ce thème invite cependant à une problématique :

Si il y en a une, Quelle est la politique de recrutement la plus avantageuse pour tous les acteurs du football ?

I/ LE PROTECTIONNISME MARSEILLAIS, UNE SOUPAPE POUR LE FOOTBALL FRANCAIS

     

       a) Une recrue confirmée pour une doublette offensive en EDF

    Il convient de rappeler que l’OM a effectué une saison 2012-2013 relevant de l’onirisme. Une 2e place synonyme de qualification directe pour la ligue des champions, malgré des statistiques invitant à croire à un parcours de 10e du championnat : différence de buts de +6 et 42 buts inscrits, faisant de la formation phocéenne la 14e attaque du championnat. Mais les 21 victoires (dont 18 soldées par un but d’écart) et les 36 buts encaissés (4e défense du précédent exercice) ont suffi au bonheur des troupes d’Elie Baup. Les 25 millions ainsi que la renégociation des droits TV ont permis à Marseille de recruter intelligemment. Trois recrues majeures dans le secteur offensif : Dimitri Payet, désireux de quitter Lille et de jouer la Ligue des Champions avec en ligne de mire l’équipe de France. Ajoutons au réunionnais l’ex-Guingampais Gianelli Imbula, annoncé comme le futur crack de la ligue 1 et duquel nous pourrions dire qu’il combine les qualités d’un Vieira et d’un Makélélé : gros volume de jeu, capacité de récupération des ballons impressionnante, grande projection vers l’avant sans oublier une technique de passe propice à éliminer plusieurs lignes. La dernière recrue offensive nous vient de Tunisie, en la personne de Saber Khalifa, qui a sauvé Evian TG de la rélegation quasiment à lui tout seul et qui sera intéressant à voir évoluer dans un club ou le mot « pression » constitue la rengaine quotidienne. Avec Payet, l’OM compte avec Valbuena les deux meilleurs passeurs du précédent exercice (12 passes chacun). Gignac, qui risque d’être le numéro 9 titulaire pour la saison sera pourvu de ballons et pourrait avec adresse et précision faire mieux que le précédent championnat où il a inscrit 13 unités. Les deux ont de fortes chances d’être du voyage au Brésil si la France se qualifie. D’autant plus que lors du match amical contre la Belgique, Payet et Valbuena étaient titulaires dans le quatuor d’attaque aligné par Deschamps, en compagnie de Ribéry et Benzema. Entre un recrutement alliant valeurs sûres de la ligue 1 (Payet et Khlifa) et promesses d’avenir (Imbula), l’OM s’offre les moyens de ses ambitions pour briguer une nouvelle place sur le podium et ainsi jouer le rôle du poil à gratter face aux cylindrées que sont Paris et Monaco. En plus du contingent français déjà présent dans l’effectif (Mandanda, Valbuena, Gignac), l’OM ne fait qu’affirmer sa position protectionniste et se porte peut être sans le vouloir, comme l’étendard d’un « Made In France » qui risque fort d’être agréable à voir, notamment dans un domaine offensif qui n’a pas été la plus grande force olympienne la saison dernière.

      b) Un nivellement par le haut des joueurs français de la ligue 1

      L'Olympique de Marseille tire vers le haut le football francais dans le sens très "francais" du terme. En ayant réussi à jouer des coudes avec l'ogre parisien la saison dernière, le club aux neuf championnats a pu obtenir une deuxième place et ainsi disputer la Ligue des Champions cette saison. Ce qui a permis et permettra encore dans un avenir proche d'attirer des "tops joueurs francais". En effet, le club phocéen possède un avantage que les cylindrées monégasques et parisiennes ne peuvent pas offrir assurément à ce type de joueur: du temps de jeu au prix d'un effectif globalement restreint sur le plan quantitatif et qualitatif. Dimitri Payet l'a bien compris, lui qui est en pleine bourre (3 buts en 2 matchs de ligue 1). Idem pour Valbuena qui aurait pu jouer le rôle de doublure se contentant des miettes au Barca mais qui a préféré rester à l'OM où il est l'un des hommes de base du projet de jeu marseillais. Même son de cloche pour Gignac, qui s'est accroché à sa place d'avant centre titulaire et à son confortable salaire (aux alentours de 300 000 euros mensuels) pour rester cantonné au gazon du Vélodrome,avec 2 buts en 2 matchs à la clé. Et Thauvin qui fait des appels du pied incessants à Labrune pour quitter un club qu'il n'a même pas encore connu (le LOSC), aimerait bien lui aussi le comprendre. Car le Mondial est en ligne de mire à la fin de cet exercice 2013-2014. Tout les agents ressortent triomphants dans le cas marseillais: les direigeants qui avec un recrutement "Low Cost" ont réussi à accrocher une qualification directe pour la C1 et les millions d'euros qui s'en suivent. D'où un recrutement ciblé, équilibré et intelligent qui en a découlé pour le plus grand bonheur des supporters de Massilia qui, avec un Vélodrome dont les travaux touchent à leur fin, (nouvelle toiture)) se font de plus en plus bruyants. Tous les ingrédients sont donc réunis pour offrir aussi du plaisir à nous, simples amateurs de football et de beau jeu car le Marseille "version Elie Baup 2.0" semble être plus armé pour offrir du spectacle offensif avec un recrutement qui s'est principalment axé sur ce secteur. Espérons que l'effectif phocéen troquera son jeu austère basé sur un bloc défensif bas et solide (mais diaboliquement efficace) contre une idée de jeu plus ambitieuse et flamboyante, car l'attaque marseillaise ne manque pas de matière cette année, quitte à encaisser un peu plus de buts.

II/ LA FORMATION RHODANIENNE, INTERESSANTE SUR LE LONG TERME MAIS INCERTAINE POUR LA SAISON A VENIR.

   

       a) Des pousses prometteuses   

      La plus réputée d’entre elles se nomme Clément Grenier. En effet, le jeune lyonnais a déjà pris les clés du jeu lyonnais avec en point d’orgue le brassard de capitaine contre Nice lors de la 1ere journée de championnat. Il a déjà joué le rôle du sauveur lors du 3e tour préliminaire de qualification à la prochaine Ligue Des Champions. Face aux Grashoppers Zurich, formation jugée bien inférieure à Lyon, il a dû endosser le costume de Zorro pour éviter aux troupes de Rémi Garde de connaître une désastreuse déconvenue, quand on sait ce que représente cette compétition pour JMA, qui prétendait même que son équipe allait l’a remportée d’ici peu. Passeur décisif sur l’unique but du match aller à Gerland dans lequel les suisses ont touché les montants à deux reprises, il a inscrit le but de la qualification à Zurich pour deux victoires étriquées (1-0 ; 0-1). Pour la grande rentrée sur la scéne nationale, il a offert un caviar à Lacazette et inscrit un but de la tête sur un centre d’un Gourcuff rageur. Passeur décisif à Sochaux. Affaire à suivre.

     Autre pur produit du centre de formation lyonnais : Lacazette. Le guadeloupéen a une grosse carte à jouer cette saison : entre un Lisandro parti vers les cieux du Golfe et un Bafé Gomis indésirable, si bien qu’il est traité comme du bétail, la place à la pointe de l’attaque se libère et un boulevard est ouvert. Lui n’a jamais caché sa préférence de jouer comme un véritable avant-centre,  l’occasion est très belle, surtout lorsque l’on sait que Lyon n’a pas l’intention d’acheter de grand attaquant d’ici au 31 Août (Lisandro et Gomis, ça pèse dans la masse salariale du club !). Il ne s’est pas fait prier en inscrivant un doublé pour sa première sortie dans ce championnat. Il a récidivé à Sochaux. Il en est déja au même total que la saison dérnière avec 3 buts. A confirmer sur la durée.

     Il faudra aussi jeter un œil sur Benzia et Ghezzal, le premier finaliste de l’euro des moins de 20 ans avec l’Equipe de France, qui avaient laissé entrevoir de belles promesses pour l’avenir, notamment Rachid Ghezzal, frère de l’international Abdelkader. Sans oublier Farès Bahlouli qui fait des rentrées régulières au cours des matchs. Benzia qui a été le maillon essentiel d'une attaque lyonnaise en confiance à Bonal. Auteur d'une prestation de haute facture, avec un but et une passe décisive sur le 3e but de Gourcuff.

Umtiti et Sarr, auréolés du titre de champion du monde des U20, seront à suivre. Le premier s’est imposé comme titulaire à part entière, avec 26 matchs en ligue 1 et 6 en Europa League la saison dernière. Le second est encore un jeune espoir pétri de talent mais qui devra trouver sa place dans l’effectif lyonnais.

       b) Quatre compétitions, des pertes effectives et peu de renforts de poids

       Le 3e tour préliminaire de LDC a été perçu comme une formalité. Que nenni ! Si Zurich avait eu la bonne idée de convertir ses deux montants par des buts, le retour en Suisse aurait été une toute autre histoire et Lyon aurait pu dire d’ores et déjà au revoir à la reine des coupes européennes et ce pour la deuxième saison consécutive. Le jeu produit a laissé perplexes les observateurs et a questionné les ambitions lyonnaises pour la saison à venir. Même si l’état-major lyonnais a réussi à faire prolonger Grenier jusqu’en 2016, il enregistre déjà les départs de Lisandro, Lovren et probablement Gomis. Avec pour arrivées Miguel Lopes (en prêt), Bédimo et Danic. Deux trentenaires qui ont roulé leur bosse sur les pelouses de ligue 1 mais non aguerris pour les joutes européennes pour des joueurs avoisinants la trentaine. Sans oublier que Lyon sera engagé dans quatre compétions cette saison avec un effectif quasiment identique, tant qualitativement que quantitativement. Car quoi qu'il arrive Lyon jouera a minima la Ligue Europa. Et le moins que l'on puisse dire c'est que cette thèse risque de se confirmer dans quelques jours, aprés la cinglante mais méritée defaite à Gerland face à la Réal Sociedad (0-2) en barrage aller de la ligue des champions. Une deuxième saison sans C1 se profile, nous y reviendrons dans notre conclusion.

   c) Un nouveau stade, une nouvelle manne, et un second souffle pour le géant des années 2000.

     Lyon pourrait redevenir champion de France à l’issue de la saison…2015-2016. Celle de l’Euro Français. Et oui ! Car Jean Michel Aulas compte beaucoup sur le néo « Stade des Lumières » qui devrait redonner un second souffle au blason rhodanien. Celui-ci permettrait de s’aligner sur les standards des cadors européens, en générant 80 M d’euros/ saison d’après les estimations de JMA. Car depuis la saison 2007-2008 et le doublé Coupe-Championnat sous la houlette d’Alain Perrin, les saisons lyonnaises connaissent une lente mais pérenne décrépitude avec en point d’orgue une 4e place synonyme d’absence en ligue des champions 2012-2013, une première depuis onze ans. Ce constat amer est le fruit de plusieurs facteurs : tout d’abord une politique économique discutable, avec des recrues payées au prix fort et qui n’ont pas eu le rendement escompté sur la pelouse (Pjanic, Ederson, Cissokho pour ne citer qu’eux). Ajoutez à cela la grave erreur d’avoir favorisé le départ d’un technicien (Alain Perrin pour ne pas le citer) qui a enchainé un doublé Coupe-Championnat en 2008. En nommant Claude Puel, Lyon espérait tenir un manager qui pérenniserait le club aux sommets nationaux et qui permettrait de tutoyer les étoiles européennes. Or, Puel est plus proche d’un profil de bâtisseur que de manager à gros effectif, comme en atteste ses six saisons à Lille qui n’ont fait que poser les jalons du championnat remporté par Rudi Garcia en 2011. Si l’on ajoute à cela sa fantastique 4e place arrachée avec l’OGC Nice qui jouait sa peau pour rester en ligue 1 la saison précédente, la thèse d'un Puel bâtisseur est validée. Même si le castrais a joué la seule ½ finale de C1 de Lyon, force est de constater que la greffe n’a pas prise en ligue 1 tant sur le terrain qu’en coulisses avec des relations plus quetièdes que l’ex joueur de Monaco entretenait avec le boss de l’OL. Les heures de gloire connues entre 2002 et 2008 semblent n’être qu’un songe très ancien pour le club aux 7 championnats consécutifs. Mais la future acquisition du nouveau stade offrirait une indépendance non négligeable aux Gones et qui permettrait de rétablir l’équilibre financier avec les magnats parisiens et monégasques. Si l’on ajoute à cela le fair play financier de Michel Platini, la balance risque fort de se rééquilibrer et qui sait peut-être, verra-t-on le Lyon de nouveau rugir avec l’Hexagoal entre ses griffes.

III/ LA MONDIALISATION DE DEUX GRANDS FANIONS DU FOOTBALL FRANÇAIS, OU QUAND FOOTBALL ET POLITIQUE SE MELANGENT SOUS LE PRISME D’UN FOOTBALL SPECTACLE.

     a) Qatar : Pétrole, Paris et 2022

   Ah… le Qatar… ses pétrodollars, ses milliardaires et sa malice. Ne vous y méprenez pas : Nasser Al-Khelaifi et les siens n’investissent pas des sommes astronomiques pour voir les bouilles des « vrais » supporters parisiens heureuses. C’est surtout sur la prochaine décennie que l’Etat Qatari planche pour séduire le monde du football. En effet, Paris, ville lumière sans la chaleur, fait office de vitrine parfaite pour mener l’opération séduction envers les amoureux de football et les instances majeures (FIFA pour ne pas la citer). Il ne faut pas oublier que le 2 Décembre 2010, le Qatar a été déclaré  pays hôte de la coupe du monde 2022. En effectuant un recrutement « cinq étoiles » (Ibrahimovic, Cavani, Thiago Silva, Lavezzi, Lucas), il n’y a pas meilleure manière pour acquérir le silence de supporters et d’une France du football preneuse de talents, de strass et paillettes, surtout au vu de la déliquescence actuelle d’une France qui dégringole au classement de l’indice UEFA. Et comme on dit, le silence est d’argent. Nous le savons déjà mais il est important de le rappeler, le PSG remplit les stades, permet l’envolée des audiences et de l’acquisition des droits TV. Avec comme aboutissement souhaité la céremonie de remise du titre de champion au Trocadéro en Mai dernier avec comme décor de carte postale la Tour Eiffel en toile de fond. Peine perdue suite aux violences et débordements de ce triste jour. Voici la partie sportive, sûrement la moins importante. Car c’est sur la scène politico-économique que le Qatar fait office de champion. Investissements dans les PME françaises à hauteur de 50 millions d’euros, rachat de grandes places de la capitale (Champs Elysées, hôtels de luxe etc…). Sans oublier les connivences avec la sphère politique, le chekik Al Thani a été reçu par Nicolas Sarkozy et récemment François Hollande. Donc les intérêts sont loin d’être uniquement sportifs mais bien stratégiques, voire géopolitiques. Le pays du Golfe achète doucement mais sûrement sa tranquillité vis-à-vis de la planète football, en vue d’une coupe du Monde 2022 qui risque de se dérouler en hiver au vu des températures  estivales dans un pays au climat aride. Telle une partie de poker, le Qatar dispache ses cartes un peu partout (PSG, PSG Handball, et mainteant PSG Futsal) pour nous offrir une partie de bluff qui risque de prendre fin après la Coupe Du Monde, qui couronnera une mainmise qatarie sur le ballon rond. "Think bigger" donc, car l’onirisme n’occupe qu’une faible place chez les rois du pétrole pour qui rien n’est laissé au hasard.

    b) Russie : Monaco ,son paradis fiscal à milliardaires et 2018

Nous allons faire plus bref pour Monaco et ses propriétaires venus du froid car la leçon deviendrait redondante.

     Toutefois voici quelques éléments d’analyse qu’il convient d’inscrire sur notre cahier de cours : les intentions russes sont sûrement identiques à celle des Qataris : il y a une volonté de brier pour l’ex pays du bloc soviétiques car les évènements sportifs ne manquent pas : JO d’Hiver de Sotchi l’année prochaine mais surtout la Coupe Du Monde 2018. Le football russe adopte une stratégie totalement dépravée qui se résume à un adage pas très académique mais qui vous permettra, cher(e) écolier(e), de retenir un pan important de notre lecon : « investissons massivement, avec des noms qui claquent, quitte à manquer de cohérence » et les exemples ne manquent pas : Zenit St Petersburg et surtout l’Anzhi Makachkala dont le propriétaire a exprimé de rendre les clés du camion remettant ainsi sur le marché toutes les recrues phares (ou pas) sur le marché : Eto’o, Boussoufa, Samba etc. Toutefois la politique économique de ces dernières années dans le (nom du championnat russe) aura eu le mérite d’attirer les presses et caméras du monde entier, ce qui était l’effet escompté. S’offrir un champ de visibilité et montrer que même aux limites géographiques de l’Europe, la Russie du football s'active. Pour revenir  à l'étude de cas monégasque, si l'on ajoute à cela les conditions fiscales plus que favorables inhérentes à la principauté de Monaco, pourquoi quand on est russe et riche, se priver de :

     1) Faire fructifier son argent

     2) Le planquer au soleil et sur les bordures de la côte d’Azur

     3) Et sûrement offrir l’une des plus belles pubs à son pays à moins de 5 ans de « leur » mondial

     4) Et s’offrir à coups de millions du plaisir en tribune VIP à Louis II en recrutant l’un des meilleurs artificiers au monde.

CONCLUSION

Belle et exhaustive revue d’effectif, l’heure est donc au bilan

- Si nous devions resumer les mercatos des clubs évoqués, trois tactiques de recrutement se dégagent : aux 4-2-4 flamboyants de Paris et Monaco succèdent un 4-4-2 équilibré côté marseillais et un 4-5-1 lyonnais qui va s’efforcer de durcir le jeu autour du cœur du terrain, le centre de formation.

- Paris et Monaco seront les mieux armés pour jouer le temps règlementaire ( la Ligue 1 ) et les prolongations (coupes et Ligue des Champions pour le PSG). Malgré un retard à l’allumage ( 2 nuls), le PSG risque fort de mener la danse en ligue 1, surtout lorsque l’on sait que le club de la capitale est coûtumier de ce fait (démarrages poussifs). Monaco sera placé dans le quinté final, cela apparaît comme une certitude, la question est de savoir où

- Marseille fera sûrement une très belle saison et sera compétitif sur 90 minutes et le temps additionnel européen quitte à laisser les coupes nationales de côté.  Le recrutement intelligent et un vélodrome en fin de travaux et plus propice à accueillir la furia de massilia corrobore cette idée

-Le plus inquiétant est sans nul Lyon : comme le laissait apparaître notre paragraphe, Lyon est en gros danger sur le court terme, comme en atteste cette humiliante défaite à domicile (0-2) face à la Réal Sociédad en barrage aller de la Ligue des Champions. Une deuxième saison sans Ligue des Champions se profile et comme en économie, le cercle vicieux s’actionne :

Pas de Ligue Des Champions → Pas de nouvelles liquidités disponibles (environ 25M) → Fuite des cadres Compétitivité entravée pour les saisons à venir → Ecart accentué avec des gros « toujours plus gros »

Pour répondre à notre question : le constat est amer mais reflète notre époque : malgré les velléités protectionnistes voire autarciques en comptant sur les ressources nationales ou les forces en présence, c’est le jeu de la concurrence exacerbée qui l’emporte en amenant les meilleurs produits du marché, avec la même rentabilité finale, mais à des échelles démesurément différentes et bien plus élevées.

Pour la prochaine leçon :

-Bien apprendre la précédente bien sûr et garder un œil avisé sur l’actu foot car le meilleur cours est celui où toute la classe participe.

Walid Kachour