Lyon piétine

Après sa lourde défaite de dimanche (4-0) au Parc des Princes, Lyon ne s’est pas vraiment rassuré après son match nul concédé ce jeudi contre Toulouse (1-1). Dominateurs mais toujours très fébriles derrière, les hommes de Remi Garde manquent l’opportunité de revenir dans la première partie de tableau et n’ont plus remporté le moindre match depuis près d’un mois.

Lyon piétine
Lyon piétine

Cela devient problématique. Malgré la réorganisation tactique et le retour de Gomis, Lyon a manqué de tranchant pour retrouver la confiance perdue au Parc des Princes ce dimanche. Et pourtant, les trois points étaient largement à leur portée. Rapidement devant au score, Lyon a par la suite joué petit bras et a manqué de mordant pour réaliser le break face à un Téfécé clairement sur le terrain pour prendre un point.

 

Lacazette se rattrape…

Devant un Gerland loin d'être comble pour la récéption du Téfécé, les hommes de Remi Garde ont mis du temps à rentrer dans leur match. Si l'envie était présente dans les discours d'avant-match, la tension se faisait sentir sur le terrain et les trentes première minutes se sont transformées en un vrai round d'observation entre es deux équipes, offrant un triste spectacle aux supporters présents. Une satistaction est néanmoins à prendre en compte dans cette période : Anthony Lacazette.

Contre le PSG, le jeune attaquant lyonnais avait manqué de lucidité et de réalisme en frappant la barre transversale de Sirigu alors que le score était encore nul et vierge. Ce soir, il a été l’une des rares satisfactions de la soirée. Buteur décisif sur la première occasion lyonnaise, il a par la suite été particulièrement incisif, multipliant les courses et les efforts. Sur son but, Lacazette a parfaitement tenu le coup physiquement devant Chantôme, avant de repiquer dans l'axe et de décrocher une frappe qui a battu Ahamada sur sa gauche.  Dès la reprise du deuxième acte l'attaquant lyonnais s'est à nouveau distingué en offrant une belle passe à Miguel Lopes qui envoyait le cuir juste au-dessus de la transversale d’Ahamada. Cinq minutes plus tard Lacazette n’était pas loin de faire le break après une course côté droit conclue par une frappe des 25 mètres captée difficilement par le gardien toulousain.

Un match complet pour l'attaquant Lyonnais qui a dynamiser l'attaque Lyonnaise et a montré une entente intéréssante avec Bafé Gomis. Si lui a fait un match très sérieux, la
mauvaise nouvelle vient de sa sortie prématuré, touché aux adducteurs...

…pas l’arrière garde

Si Malbranque (70ème) et Fofana (76ème) ont eu l’occasion de tuer le match, c’est bien Toulouse qui a su profiter des errements lyonnais pour reprendre confiance. Alors que les Toulousaisn ne s’étaient pas procuré une occasion en soixante-quinze minutes, Alain Casanova va tout d’abord voir Ben Basat se jouer d’une défense lyonnaise complétement dépassée pour reprendre espoir. L'israélien va successivement effacer Bedimo, Malbranque et Umtiti avant de trop écraser sa frappe (75ème). Sur leur deuxième occasion, les Toulousains vont crucifier les lyonnais. Des 35 mètres, Abdennour adresse un centre dans la surface de Vercoutre. Le ballon est dévié par Ben Basat puis par Bisevac avant de retomber dans les pieds de Braithwaite qui crucifie le portier lyonnais (80ème). Une défense désorientée qui n'a pas semblé remise du déplacement au Parc des Princes et des quatre buts encaissés. Que ce soit sur le but ou sur l'action de Ben Basat, la passivité et le manque de confiance est criante. Bisevac rate totalement son dégagement sur le but toulousain, et Bedimo et Umtiti sont loin d'être de tout reproches sur les perçée de Ben Basat quelques minutes auparavant.

 

La messe était dite, malgré une dernière opportunité pour Fofana qui trouvait une nouvelle fois les gants d’Ahamada. Toulouse réalise une bonne opération après son beau succès contre Sochaux samedi (5-1) et se donne un peu d’air. C’est tout l’inverse de Lyon qui est rejoint au classement par ses adversaires du soir. Il faudra faire plus, et surtout mieux dès dimanche à Bastia pour ne pas offrir un triste présent à ses supporters en guise de cadeau de Noël…