Comment éradiquer la violence dans les stades ?

Une des questions les plus posées depuis les incidents de Joinville : comment éradiquer la violence dans les stades ? Si les cas sont difficiles à étudier, ils sont cependant très exposés dans les médias. Y'a-t-il des solutions ? Nous le voyons dans cette chronique.

Comment éradiquer la violence dans les stades ?
Les incidents de Joinville ont fait un mort.
Comment éradiquer la violence dans les stades, c'est la question que se posent les autorités de plusieurs grandes nations de football, surtout après les incidents de Nice / Saint-Etienne, mais surtout beaucoup plus récemment des énormes incidents qui ont eu lieu entre les « fans » de Vasco de Gama, et ceux de l'Atletico Paranaense à Joinville, qui ne font bien évidemment pas de bien au football, qui s'en sort amoindri. 
 
Le mouvement ultra est-il le réel problème ? 
 
Ensuite, la première chose que l'on peut se demander, c'est si le mouvement ultra est le problème. En effet, depuis la dissolution des groupes ultras de Paris (Supras Auteuil, Boulogne Boys, et encore d'autres également), la répression envers les ultras est de plus en plus présente, elle avait même touchée le groupe Brigade Sud Nice 85 en 2010, qui avait été victime d'une dissolution après des incidents à Monaco. L'argument qui ne plaide pas en leur faveur est le fait que Green Angels, comme Magic Fans, comme la Populaire Sud et comme l'Armada Rumpetata Nissa étaient impliqués dans les incidents (jugés désormais comme minimes) du 25 novembre, et l'exclusion du « parkage » stéphanois. 
 
Cependant si le mouvement ultra peut rapidement être pointé du doigt quand il s'agit de certains groupes, quand il s'agit d'autres groupes, c'est plus difficile de chercher la petite bête, car la plupart des groupes ultras Français n'ont pas de problèmes, ou alors très rarement (la Brigade Loire de Nantes, qui malgré son grand nombre, n'est jamais ou presque pointée du doigt). On pourrait également parler de la diabolisation permanente de ce mouvement, qui malgré les tentatives de bienfaisance (les Ultramarines de Bordeaux qui font une collecte de jouets pour que les enfants de leur région qui n'ont pas les moyens aient leur Noël), ils se font quand même rapidement juger comme acteurs dangereux du football. 
 
La sécurité dans les stades est-elle vraiment assurée ? 
 
Autre question également que l'on pourrait se poser : est-ce que la sécurité est assurée dans les stades touchés par cette violence ? Et bien sur que la réponse n'est pas positive, puisque l'on voit bien dans la plupart des stades, où la sécurité est assurée, il ne se passe rien. A Nice, le problème est que les supporters peuvent « naviguer » partout dans le stade sans sécurité ou sans cordon de stadier aucun, ainsi un abonné de la tribune Nord peut aller en tribune Sud sans se faire inquiéter, ce qui a expliqué les (plus ou moins) violents affrontements du 25 novembre. Si le problème était là ? 
 
A Joinville encore, on ne peut pas dire que la sécurité a été assurée. Avec un stade aussi sécurisé que le stade municipal de Melun nord, les autorités se sont exposées à de gros problèmes, quand on connait les antécédents des deux clubs en question (Atletico Paranaense privé de son enceinte à cause des problèmes lors du derby face à Curitba, Vasco qui a été impliqué dans une grosse bagarre avec les Corinthians), et le tweet un peu préventif d'une des personnes connues du groupe annonçant « ne pas vendre de places aux enfants » car « les risques d'affrontement sont grands », et malgré cela, seulement une toute petite barrière pour dissuader les supporteurs de Vasco (si on peut les nommer ainsi), qui a tellement dissuadé les supporteurs de passer outre, qu'un d'entre eux est mort. Sécurité très assurée bien évidemment... Malgré la nouvelle intervention de Dilma Roussef, présidente du Brésil, pour dire que la violence va à l'encontre des principes du pays, avec une sécurité pareille, la Coupe du Monde ne s'annonce pas parfaitement.
 
On oublie dans l'histoire que Vasco est descendu (encore une fois), et que Fluminense également, pour le plus grand bonheur de Flamengo, mais pour le plus grand malheur des amateurs de football brésilien... 
 
Des solutions ?
 
Pour les solutions, c'est plus simple de demander à quelqu'un qui a un passé en tribunes, en l'occurence ici un Parisien, Sylvain de 17 ans, qui a un petit passé en tribunes du Parc des Princes (2 ans) et qui a accepté de répondre aux questions posées sur le thème des tribunes et de la violence dans les stades. 
 
Que pensez-vous de la violence dans les stades ? 
 
 Y'a-t-il une solution contre la violence dans les stades... Il faudrait déjà que la violence y soit réellement présente j'ai envie de dire... Dans notre pays (enfin la France, si jamais des Francophones non Français nous lisent), la violence dans les stades est loin d'être un sujet. A part quelques petites bagarres pas vraiment dangereuses à l'occasion, les enceintes sportives Française sont réellement épargnés par ce genre d'incidents. Je préfère par contre m'abstenir de parler de la situation dans d'autres pays, puisque je n'y connais pas grand chose, ni en termes d’événement, ni de législation. 
 
Donc, pour s'attaquer au sujet en lui-même, je dirai que, premièrement, je ne pense pas qu'il y est une solution que l'on pourrait qualifier "d'absolue" (dans le sens où elle serait bénéfique à tout le monde, supporter fervents -les ultras par exemple- et moins démonstratifs, du spectateur au simple supporter), car, si c'était le cas, 'elle aurait sûrement déjà été trouvée.
Il est en revanche sûr que des solutions existent. En France, la Section d'Intervention Rapide (SIR pour les intimes) a fait son apparition très récemment dans les stades. Une de leurs principales tâches : filmer les tribunes afin de faciliter l'identification d'éventuels fauteurs de trouble. Les résultats peuvent s'avérer probants, la méthode l'est évidemment moins : elle ne permet plus de gérer sa propre image, et laisse libre cours à de potentielles poursuites pour des faits d'une gravité discutable (on pense notamment à l'utilisation d'engins pyrotechniques tels que les fumigènes, toujours sujet à controverse bien qu'elle soit désormais légalement interdite, à de petites embrouilles telles que quelques provocations physiques et verbales ou encore à l'usage de cigarettes ou de cannabis).
Il n'est en effet, aux vues de l'acharnement que peuvent parfois subir les supporters (ultras ou "lambdas") de la part des forces de l'ordre ou de la justice (on verra par exemple les Stéphanois se faire voler des affaires par les policiers lors de leur dernier déplacement à Monaco ou être condamnés à de la prison et à des amandes considérables pour l'utilisation de fumigène), pas insensé d'être craintif quant à l'utilisation future de ces preuves.
 
Cette mesure, accompagnée de tout un arsenal d'autres dispositions répressives et parfois liberticides telles que les Interdictions Administratives de Stade, décidées, à l'inverse des IDS, sans qu'il n'y ait de procès (ce qui est tout de même un droit fondamental du citoyen en terme de justice) ou les interdictions de déplacement, décrétées par le préfet, interdisant à "tout supporter de ***** ou toute personne se prévalant en tant que telle" de se déplacer dans telle ou telle ville (et même parfois aux alentours) les jours de matchs, ressemble en effet plus à un peu de poudre jetée aux yeux de l'opinion publique et des médias l'air de dire "regardez on s'occupe des personnes dangereuses, on est en sécurité en France" qu'à une véritable lutte contre le hooligansime, lutte pour laquelle une unité spéciale a d'ailleurs été créée en 2009 (la DNLH) et dont le niveau de connaissance du sujet est très inquiétant (on les voit souvent faire l'amalgame entre ultras voire supporters "potentiellement à risques" et hooligans).
Je finirai par insister sur le fait qu'en France les violences dans les stades sont très très rares et souvent assez inoffensives, et qu'il me semblerai plus percutant de débattre sur la légitimité des réactions auxquelles on a pu assister que sur la nécessité de nouvelles mesures.
 
Quel point de vue avez-vous sur les incidents de Joinville et ceux du 25 novembre (Nice/Saint-Etienne) ? 
 
J'ai bien évidemment un point de vue sur ces deux incidents, même si celui sur les affrontements au Brésil sera beaucoup plus prudents puisqu'on ne sait pas tout et que, de manière plus générale, je ne m'y suis pas vraiment penché. Il paraît cependant inacceptable que de telles rixes puissent avoir lieu dans un stade de foot, entre autant de personnes sans que personne ne fasse rien. L'acharnement qu'ont subi quelques supporter (à 4 contre des dizaines) et lui aussi inexcusable dans le monde des tribunes, celui-ci allant à l'encontre des valeurs de ce dernier.
Pour l'incident ayant opposé Stéphanois et Niçois, je pense que l’abattage médiatique auquel nous avons pu assister a été en totale démesure par rapport aux événements. Ce ne sont que quelques coups échangés entre personnes faisant parti du même milieu, sans qu'aucun lamba ne soit impliqué. Des gens se battent tous les jours, et bien souvent plus durement que cela, sans qu'ils soient pour autant inquiétés. Alors quand on sait qu'un avion a été affrété pour juger ces supporters (la dernière fois que cela s'est fait, c'était pour le jugement d'un criminel ayant commis un délit grave du type terrorisme), on rentre dans le grand n'importe quoi.
 
Conclusion 

La violence dans les stades est vue différemment selon les points de vue. Les médias ont tendance à beaucoup médiatiser ces événements (peut être un peu trop d'ailleurs). La passion entraîne la violence, et c'est peut être la raison pour laquelle la violence sera toujours présente (ou presque) dans les stades.