Paris sur son petit nuage

Paris continue son ascension vers le sommet dans ce championnat de France. La victime du soir se nomme Valenciennes. Quatre jours avant de se déplacer en Allemagne pour y affronter Leverkusen, les hommes de Laurent Blanc se rassurent.

Paris sur son petit nuage
Paris Saint-Germain
3
0
Valenciennes
Paris Saint-Germain: Sirigu - Van Der Wiel, Marquinhos, Thiago Silva (Cap.), Digne - Thiago Motta (Rabiot 64è), Cabaye, Pastore - Ménez, Lavezzi (Verratti 75è), Ibrahimovic (Lucas 64è).
Valenciennes: Penneteau (Cap.) - Medjani, Kagelmacher, Ciss - Mater, Ducourtioux, Enza-Yamissi (Da Silva 71è), Doumbia, Masuaku - Melikson (Pujol 37è), Waris (Dossevi 80è).
SCORE: Lavezzi (18è), Ibrahimovic (51è), Kagelmacher CSC (52è).
ARBITRE: Sebastien Desiage (FRA).
ÈVÉNEMENTS: 25e journée de Ligue 1.

D'entrée Laurent Blanc annonce la couleur avec une composition d'équipe remaniée en vue du match de Ligue des Champions à Leverkusen qui se déroulera Mardi. Cavani, Matuidi, Alex, Verratti et Maxwell sont laissés au repos. La force du Paris Saint-Germain contrairement aux autres clubs de l'hexagone, reste sa profondeur de banc. Malgré ses absences, le club de la capitale ne perd pas au change et garde un onze de qualité. En face se dresse une équipe de Valenciennes luttant pour son maintien parmi l'élite. La formation Nordiste n'est tout de même pas à prendre à la légère. Capable de coup d'éclat, comme en témoigne leur victoire à Monaco. Les hommes d'Ariel Jacobs n'espèrent pas grand-chose de cette rencontre, si ce n'est un exploit.

L'exploit n'aura pas lieu. Le match démarre tambour battant côté Parisien. Dès la première minute, Ibrahimovic parvient à lober Penneteau, mais en vain. Kagelmacher de manière hasardeuse sauve le ballon sur sa ligne. La délivrance arrive finalement de Lavezzi. Suite à un coup-franc contrée d'Ibrahimovic, l'Argentin tout heureux de voir le ballon atterrir dans ses pieds, trompe parfaitement Penneteau. Deux jours avant, El Pocho a perdu son oncle. Beau clin d'oeil de sa part. La suite de cette première période est une copie conforme de ce que le PSG fait de mieux, frapper sans parvenir à trouver la faille. Juste après son but, Lavezzi loupe la balle de break seul à deux mètres des buts valenciennois. Rebelote dans la foulée avec la frappe de Digne un brin trop croisée qui fleurte avec le montant. Paris maitrîse mais Paris se fait peur. Sur sa seule opportunité, Valenciennes n'est pas loin du hold-up. La mauvaise relance de Thiago Silva est reprise par Ducourtioux qui enchaîne par une frappe. De peu à côté. Les hommes de Laurent Blanc installent alors un faux rythme tout en contrôlant le cuir. Au retour des vestiaires, Valenciennes explose en plein vol. Deux minutes de folies auront suffit aux Parisiens pour anéantir tout espoir Nordiste. Tout d'abord, Zlatan Ibrahimovic y va de son but. Ensuite c'est Kagelmacher qui marque contre son camp. L'Uruguayen, héros de la première minute se transforme en boulet. Lavezzi est à nouveau à l'origine du but. La suite du match est un récital, Paris endort le match. Valenciennes essaye tant bien que mal de sauver l'honneur mais rien n'y fait. La pauvreté offensive aura eu raison des ambitions.

Autre bonne nouvelle pour les Franciliens, la prestation de Menez. L'international Français retrouve de l'envie et des sensations. Il prouve qu'on peut également compter sur lui, aussi en bien en championnat qu'en Ligue des Champions. Belle soirée pour le Paris Saint-Germain qui engrange un maximum de confiance avant son déplacement en Allemagne. De bon augure.