La Côte d'Ivoire éliminée cruellement par la Grèce

Alors qu'elle tenait le point de la qualification, la Côte d'Ivoire s'est faîte sortir sur un pénalty à la 92ème minute, face à une fringante équipe de Grèce.

La Côte d'Ivoire éliminée cruellement par la Grèce
Andreas Samaris avait montré la voie à ses partenaires, en ouvrant le score. (crédit photo: zimbio.com)
Côte d'Ivoire
1 2
Grèce
Côte d'Ivoire: BARRY - AURIER, K.TOURÉ, BAMBA, BOKA - SEREY DIE, TIOTÉ (BNLY, MIN. 61) - GERVINHO (SIO, MIN. 82), Y.TOURÉ (CAP), KALOU - DROGBA (DIOMANDÉ, MIN. 78).
Grèce: KARNEZIS (OLYKOS, MIN. 24) - TOROSIDIS, PAPASTATHOPOULOS, MANOLAS, CHOLEVAS - MANIATIS, KARAGOUNIS (CAP) (GEKAS, MIN. 77), KONE (SAMARIS, MIN. 12), CHRISTODOULOPOULOS - SALPINGIDIS, SAMARAS.
SCORE: 1-0, MIN. 42, SAMARIS. 1-1, MIN. 74, BONY. 2-1, MIN. 90+2, SAMARAS.
ARBITRE: CARLOS VERA (ÉQUATEUR). AVERTISSEMENT : DROGBA (MIN. 37) , KALOU (MIN. 62) ET DIE (MIN. 70) POUR LA CÔTE D'IVOIRE.
ÈVÉNEMENTS: COUPE DU MONDE 2014. PHASE DE POULES. TROISIÈME JOURNÉE. GROUPE C. ARENA CASTELÃO, FORTALEZA (BRÉSIL). 59 000 spectateurs.

C'est un coup de tonnerre. Alors qu'elle partait favorite avant ce match, la Côte d'Ivoire, qui tenait sa qualification jusqu'à la 92ème minute, s'est finalement inclinée sur le fil contre la Grèce (2-1). Et si la défaite est cruelle, elle paraît plutôt logique au vu de la physionomie du match.

 

Les Eléphants bousculés

La première mi-temps fut en quelque sorte l'annonciateur d'une mauvaise soirée pour la Côte d'Ivoire. Elle fut en effet bousculée, peu inspirée et sans solution offensivement, manquant d'intensité dans les prises de balle et dans les percussions. Les Elephants ne semblaient dangereux que par le bias d'exploits individuels de Yaya Touré, Gervinho ou Kalou. Ces problèmes étaient forcément liés à une équipe Grecque, bien en place, solide défensivement et autoritaire dans les duels. Malgré la perte de Koné et Karnezis, le gardien, dans les 25 premières minutes, les Grecs furent les plus dangereux et frappèrent la barre à la 33ème minute. C'est d'ailleurs logiquement qu'ils ouvrirent le score à la 42è sur une perte de balle de Tioté dans les 30 derniers mètres ivoriens. Samaris en profitait, puis après un une-deux avec Samaras, trompait Barry à bout pourtant. Andreas Samaris, entré en jeu à la place de Koné, inscrivait son premier but en sélection.

Les Eléphants revenaient des vestiaires avec de meilleures attentions, se montrant plus tranchants dans leurs courses et dans leurs mouvements. Mais les partenaires de Karagounis exploitaient les moindres contres et continuèrent de se procurer les meilleures occasions. C'est d'ailleurs ce même Georgios Karagounis, 37 ans, qui frappait la barre à la 70ème d'un missile des 25 mètres. Un coup-franc de Lazaros aux 30 mètres rasait lui la lucarne de Barry quelques secondes plus tard. Ce sont les pourtant Ivoiriens qui égalisaient à la 74ème d'un beau mouvement en triangle. Kalou, réussisant à se retourner face au jeu, servait Gervinho en profondeur qui décalait Bony, entré à la place de Tioté. Le buteur de Swansea ne ratait pas le cadre et envoyait la Côte d'Ivoire en 1/8ème de finale. Jusque dans le temps additionnel.

 

Un pénalty dans les dernières secondes

Sans être flamboyants, les Ivoiriens semblaient avoir réservé leur ticket pour le tour suivant. Mais à la 92ème minute, Giorgios Samaras était fauché dans la surface par Giovani Sio, entré quelques minutes auparavant. Le pénalty était indiscutable. Malgré une tentative d'intimidation de Barry, Samaras ne tremblait pas et se faisait justice lui-même. 2-1 score final. La Grèce décroche la première qualification de son histoire pour les 1/8è de finale de la Coupe du Monde. Une élimination cruelle pour les Ivoiriens, mais pas illogique. Les Grecs auront en effet eu la main mise sur ce match, se crééant les meilleures opportunités. La Côte d'Ivoire échoue sur le fil, et ne peut s'en prendre qu'à elle-même. Les partenaires de Didier Drogba sont passés à côte de leur match. C'était d'ailleurs le dernier match de Coupe du Monde pour la star Ivoirienne, qui gardera sans doute un goût d'inachevé dans la bouche.