L'Italie ne tremble pas en Norvège

Pour son premier match des éliminatoires de l'Euro 2016, l'Italie se rendait à Oslo pour y défier la Norvège. Un piège parfaitement évité pour la Nazionale.

L'Italie ne tremble pas en Norvège
Norvège
0 2
Italie
Norvège: Nyland, Elabdellaoui, Nordtveit, Forren, Flo; Daelhi, Skjelbred (Pedersen, min. 75), Johanesen, Jenssen (Tettey, min. 70), Nielsen (Elyounoussi, min. 50); King.
Italie: Buffon; Astori, Ranocchia, Bonucci; De Sciglio, Darmian (Pasqual, min. 61), Florenzi (Poli, min. 87), De Rossi, Giaccherini; Immobile, Zaza (Destro, min. 83).
SCORE: 0-1, min. 16, Zaza. 0-2, min. 62, Bonucci
ARBITRE: Milorad Mažić (Serbie)
ÈVÉNEMENTS: Éliminatoires du championnat d'Europe de football 2016. Ullevaal Stadion (Oslo)

Après un premier match amical joué le jeudi 4 septembre face aux Néerlandais, troisièmes de la dernière Coupe du Monde qui s’est soldé par une victoire satisfaisante, la sélection menée par Antonio Conte entamait les éliminatoires pour le prochain championnat d'Europe en 2016. Le Mister n’a pas beaucoup changé son onze du dernier amical puisque seul Buffon a remplacé Sirigu dans les cages ainsi que Florenzi à la place de Claudio Marchisio, alors suspendu. Un 3-5-2 sauce Conte avec De Rossi en leader devant la défense et une paire offensive Immobile – Zaza, jeune et percutante.

Pas le temps de s’ennuyer durant les premières minutes. Avec le ballon, les Norvégiens vont de l’avant très rapidement et quand ils ne l’ont pas, un pressing assez intense est mis en place. La Nazionale se précipite, les latéraux très actifs manquent encore de précision. Ce n’est pas ce qui va manquer à Simone Zaza dès la 16e minute. Après une transmission de De Sciglio, Zaza s’emmène le ballon et enchaîne une frappe puissante qui frôle un défenseur Norvégien et qui trompe le gardien Nyland (0-1). Les hommes de Per-Mathias Høgmo pensent égaliser dans la foulée mais la frappe de King échouera juste à côté du but de SuperGigi. A domicile et menée au score, la Norvège prend les commandes et tente de rattraper le coup obligeant les quadruples champions du monde à opérer par contres. Peu d’occasions donc pour les Italiens mais le peu qu’il y a fait tout de même frémir le stade d’Oslo. Ciro Immobile manque son contrôle après une frappe de Giaccherini repoussée par le gardien et ne peut avoir le droit à un face à face. A la fin de la première période, le même Giaccherini loupera une reprise suite à un succulent centre de De Sciglio, avantage Italie.

 Au retour des vestiaires, le match a du mal à se relancer. L’Italie commence à gérer et à confisquer le ballon. Les changements interviennent assez tôt, Nielsen entre en jeu à la 50e, Antonio Conte répond 11 minutes plus tard avec Manuel Pasqual qui remplace Darmian. L’heure de jeu, l’heure du crime. Le second ballon de Pasqual sera un centre tendu pour la tête de Leo Bonucci qui catapulte le cuir dans le but Norvégien, (0-2). Antonio a le nez fin. Les Scandinaves boivent la tasse et ne parviennent pas à faire surface. Simone Zaza aurait pu devenir le Héros de ce match mais sa frappe ira exploser la transversale de Nyland à la 76e. Quelques minutes plus tard, le joueur de Sassuolo ira provoquer un défenseur puis déclenchera son pied gauche mais le ballon est dégagé in-extremis par un rouge. A bout de souffle, la Norvège continue de subir en fin de match sous les irrésistibles mimiques de Conte. Le principal fait de match des dernières minutes sera la faute de Forren, défenseur central, sur Immobile qui sortira sur civière dans le temps additionnel. La partie se terminera quelques instants plus tard, mission accomplie pour la Nazionale.

Le gros travail d'Antonio Conte est à saluer, une nouvelle fois. Avec plusieurs membres importants qui étaient absents de l'équipe, les résultats sont là, la manière aussi. Avec la victoire de la Bulgarie sur l’Azerbaïdjan (2-1) et le succès de la Croatie face à Malte (2-0), les Azzurri prennent la tête du groupe H. Prochain rendez-vous pour l'équipe nationale Italienne : le 10 octobre prochain avec la réception de l'Azerbaïdjan.