Une saison à Pierre - Mauroy, J4

Après trois journées vierges de buts, mais pas de points, avec deux unités récoltées, les Dogues se devaient de profiter de la venue du petit poucet qu'est le GFC Ajaccio afin de se rassurer, et de lancer leur saison pour de bon. Et c'est désormais chose faite, grâce à une simple réalisation de l'excellent Boufal. Retour sur les prestations individuelles des acteurs de cette rencontre, entre Lillois timorés et Ajacciens inefficaces.

Une saison à Pierre - Mauroy, J4
Crédits: Goal
Lille
1 0
Gazélec Ajaccio

Lille

Vincent Enyeama : 8 / 10

Six arrêts, dont un venu d'ailleurs, le quota du Nigérian est rempli. Encore une fois, il s'est affirmé comme le sauveur permanent des Nordistes, encore un peu tendres par instants dans les phases défensives.

Sébastien Corchia : 6,5 / 10

Encore une prestation solide du latéral, qui a multiplié les débordements et les centres, tous plus précis les uns que les autres, sans y laisser sa part défensive, qu'il a remplie avec un soupçon de réussite en moins.

Renato Civelli : 6, 5 / 10

Les attaquants défilent, mais le laissent de marbre, ou presque. L'Argentin est un véritable roc, une très bonne pioche des Dogues, et un léger gain de mobilité suffirait à le placer parmi les meilleurs défenseurs centraux du championnat.

Marko Basa : 6 / 10

De retour de blessure, il a une nouvelle fois montré qu'il n'était pas encore à 100 %, ce qui ne l'a pas empêché de remplir son rôle, malgré certaines appréhensions du contact physique avec des visiteurs agressifs.

Djibril Sidibé : 6,5 / 10

Puissant, rapide et incisif, il n'a eu que faire des rares tentatives de débordement sur son aile, obligeant Mayi à se replier au centre ou à se déporter sur l'aile opposée. Offensivement, il a répondu présent, et même délivré une superbe offrande à Boufal pour le seul but de la rencontre.

Florent Balmont : 6 / 10

Très discret, peut - être même trop, il n'a globalement pas su contenir les quelques offensives adverses, ne pouvant répondre présent par sa hargne et sa ténacité habituelles, qui semblaient avoir disparues le temps de la rencontre.

Rio Mavuba : 6 / 10

Comme souvent, sa prestation correspond fidèlement à celle de son compère du milieu, ou inversement. Capitaine peu impliqué hier soir, il peut s'estimer heureux du 4 - 4 - 2 à plat des opposants, qui lui évité milieu relayeur(s) et meneur à contenir.

Ronny Rodelin : 6 / 10

Positionné en milieu relayeur, il est vite apparu que l'expérience ne serait pas concluante, la faute à un manque évident de vitesse et d'impact défensif de cet attaquant de pointe de métier.

Remplacé à vingt minutes de la fin par un Mounir Obbadi bien plus impliqué, et précieux dans l'entrejeu.  

Eric Bauthéac : 6 / 10

Il s'est beaucoup dépensé, peut - être même trop par rapport à la quantité d'occasions qui a résulté de cette débauche d'énergie. Courir, c'est bien, mais quand ce n'est pas dans le vide, c'est mieux. Des intentions louables à saluer malgré tout.

Remplacé à un quart d'heure de la fin par un Ryan Mendes entreprenant, mais peu sollicité, la faute à un retranchement de son équipe dans les derniers instants de la rencontre.

Sofiane Boufal : 7,5 / 10

Un dynamiteur pur, dribbleur hors du commun, qui a une nouvelle fois sauvé la face en faveur de Lille, avec, à la clé, la première réalisation du club cette saison.

Remplacé à cinq minutes de la fin par Ibrahim Amadou, qui a fait ce qu'il fallait pour conserver l'avantage.

Baptiste Guillaume : 6,5 / 10

Il a beaucoup tenté, beaucoup provoqué, mais malheureusement sans succès. Son impact physique aura tout de même été précieux, au même titre que son jeu dos au but, aussi intelligent qu'inefficace, la faute à une défense vigilante.

GFC Ajaccio

Clément Maury : 7 / 10

Quatre parades, un style pas forcément des plus académiques, mais un caractère bien trempé. Cette rencontre vous dresse le portrait du gardien d'Ajaccio, qui a longtemps maintenu son équipe à flots, dans l'espoir vain d'une égalisation.

David Ducourtioux : 6 / 10

Le vétéran de cette équipe a vécu une soirée difficile, confronté à un poison nommé Sofiane Boufal. N'ayant plus sa vitesse d'antan, ni sa fougue d'autrefois, il n'a pu s'opposer sur la durée à ce virevoltant spécimen.

Remplacé à dix minutes du terme par Issiar Dia, qui a fait parler la poudre, mais s'est heurté à une défense bien en place en fin de rencontre.

Rodéric Filippi : 6 / 10

Alors qu'il devait servir d'appui à Ducourtioux afin de contenir Boufal, il a également semblé dépassé par l'ailier adverse, n'intervenant que par des tacles rugueux et souvent peu utiles. Pas très inspiré non plus dans la relance, son marquage sur Guillaume est tout de même à souligner.

Kader Mangane : 6,5 / 10

Le nouvel élément du Gazélec a su faire parler sa puissance naturelle afin de contrecarrer les plans du jeune Guillaume, lui aussi doté d'un physique assez colossal. Leur duel aura animé la surface des visiteurs.

Pablo Martinez : 6,5 / 10

Tout proche d'égaliser en fin de rencontre, le latéral gauche a su contenir Bauthéac, faisant parler sa qualité d'anticipation ainsi que sa pointe de vitesse, et se permettant même d'aider Mangane face à Guillaume.

Issiaga Sylla : 6,5 / 10

Très présent à la récupération, dangereux aux abords de la surface adverse, Sylla est un pilier de cette équipe d'Ajaccio, qui peut se reposer sur son endurance, ainsi que sur son impact physique.

Jérôme Le Moigne : 6 / 10

Beaucoup trop discret, c'est normalement dans ce genre d'affrontement que les Corses auront besoin de son expérience et de sa grinta. Débordé par les offensives adverses, qui n'étaient pourtant pas des plus féroces, il a trop souvent abandonné sa défense.

Kévin Mayi : 6,5 / 10

Une boule d'énergie, une pile électrique, les métaphores manquent pour ce jeune joueur explosif. Il n'a eu de cesse de provoquer sur les ailes, se heurtant souvent à un Sidibé présent, ou à un duo Corchia - Civelli intransigeant.

Remplacé à vingt minutes de la fin par Mohamed Larbi, trop encercé pour faire quoi que ce soit durant ce laps de temps.

Damjan Djokovic : 6 / 10

Entre puissance et rapidité, le Croate semble avoir fait son choix. Souvent à la limite dans ses interventions, peu précis dans ses centres, il doit impérativement travailler son explosivité, car le poste d'ailier ne semble pas être taillé pour lui pour le moement.

Grégory Pujol : 6 / 10

Une prestation bien trop juste pour un buteur de sa trempe. Muselé par le duo Civelli - Basa, il n'a eu que peu de ballons à se mettre sous a dent, et les a vendangé pour la plupart. Il serait temps qu'il montre le chemin des filets à son équipe.

Jacques Zoua : 6,5 / 10

Pour sa première avec les Corses, il a montré de belles choses, amenant vitesse et audace, mais a souvent été trop seul. Son explosivité aura finalement été annihilée par la solide charnière de Lille.