Un mois d'août en Belgique

Six journées et déjà pas mal de rebondissements en Pro League. Des doutes pour Bruges, la crise pour le Standard et la galère pour Mouscron entre autres.

Un mois d'août en Belgique
Bruges 7-1 Liège : crédit photo : RTBF.be

Difficile d'imaginer qu'il y ait des problèmes à Anderlecht quand on regarde le classement. Après six journées, les Mauves occupent la première place avec quatre victoires, un nul et une seule défaite à Ostende. Un revers qui a pourtant laissé des traces dans le vestiaire avec la prise de parole très controversée de Vanden Borre. L'international belge qui s'est ensuite fendu d'une sortie médiatique pour le moins fracassante : "Dans le vestiaire, on doit juste s'asseoir avec des tapettes. La majorité a peur d'être salie dans les journaux. Je n'ai pas de vrai ami dans le vestiaire anderlechtois". De quoi déclencher une mini-tornade dans la capitale alors qu'au niveau du jeu les Anderlechtois ont encore de grands progrès à faire. Pourtant, à l'inverse de la saison passée ce sont bien les coéquipiers de Proto qui occupe le fauteuil de leader.

Anderlecht doute, le Club de Bruges aussi. Déjà deux revers (dont une défaite dès la première journée à Saint-Trond) et un match nul pour les Blauw en Zwart qui ont clairement affiché leurs ambitions pour le titre avant le début du championnat . La victoire éclatante 7 buts à 1 face à un Standard à l'agonie, avant la trêve internationale demande une rapide confirmation.

"On a commencé comme des vedettes"

A Gand, les lendemains de fête sont pour le moins compliqués. Les Buffalos restent sur deux matches nuls et leurs deux succès poussifs (1-0 contre Genk et Saint-Trond) n'ont pour le moment pas de quoi nous rassurer sur le niveau de jeu que propose les Gantois à l'approche de leur entrée en lice en Ligue des Champions. Pour la suite du championnat, on se souviendra tout de fois que l'an passé, les hommes de Vanhaezebrouck ont évolué en sous-marin toute la saison avant de jaillir en play-off.

En bord de Meuse, les doutes ont très vite viré à la crise de nerfs pour le Standard. Slavio Muslin, dernier héritage de l'ère Duchâtelet, a très vite été remercié après une triste élimination en Europa-League face à Molde. En championnat, le bilan n'est guère mieux avec deux victoires pour trois revers et un nul. Même en réalisant une partie convaincante face à Ostende, les Rouches se sont faits punir à la maison (1-2). Pire ils se sont faits véritablement humiliés à Bruges (7-1) face à un ennemi historique. Au nouvel entraineur de trouver la solution. Et ça urge !

Ostende, ça a la côte

Pour le reste, Marc Coucke l'avait annoncé, il est en train de le faire. Avec des succès probants face à Anderlecht et le Standard de Liège, Ostende occupe la deuxième place du classement et s'installe peu à peu au milieu des grands. Tout l'inverse de Charleroi englué à la treizième place. En panne d'inspiration (pire attaque avec 4 buts marqués), les Carolos qui ont perdu Kebano dans les derniers jours du mercato regardent vers le bas. Un  bas de tableau où l'on trouve Mouscron. Les Hennuyers n'ont pris que deux points sur dix-huit possibles. À la ramasse dans le jeu, Dingomé et ses partenaires vont devoir vite trouver la bonne formule pour ne pas sombrer dans les profondeurs d'une Pro League qui devrait, on l'espère, nous offrir plus de spectacles dans les semaines à venir.