Le PSG d'aujourd'hui est-il plus fort que l'OL d'hier ?

En pleine trêve internationale, nous avons eu envie de penser à notre chère Ligue 1 dont on se plaît à détester mais que l'on aime pourtant tellement. Et une question nous est venue à l'esprit. Ce PSG, version qatari, est-il plus fort que l'OL des années 2000 ?

Le PSG d'aujourd'hui est-il plus fort que l'OL d'hier ?
montage photo: Maxime Trouleau

Trop forts pour la France

Sept titres de Champion de France consécutifs, c'est ce que l'Olympique Lyonnais a réalisé au début des années 2000. On se demandait alors quelle équipe pourrait un jour battre ce record que l'on pensait durable. Aujourd'hui la réponse est très claire. Le Paris Saint Germain semble taillé pour réaliser cet exploit. Oui car l'une comme l'autre, ces deux équipes qui se partagent dix des quatorze derniers titres de Ligue 1, n'ont, au temps de leur hégémonie, jamais eu de souci sur la scène nationale. Si Lyon a marché sur le football français pendant sept ans, il est aujourd'hui presque impossible de concurrencer Paris à qui le titre semble promis avant même que les saisons commencent. Aussi, sur le plan national, Paris est entré dans l'histoire. Avec le quadruplé (Ligue 1, Coupe de France, Coupe de la Ligue et Trophée des Champions) réalisé l'année dernière, le club de la Capitale a réussi ce qu'aucune autre équipe n'avait fait, pas même le grand Lyon.

Un jour sur le toit de l'Europe ?

Pourtant comme l'expliquait Juninho en 2014, gagner était peut-être plus facile pour l'OL que pour le PSG « parce ce que [Lyon] rêv[ait] de gagner tandis que Paris en a l'obligation. » L'autre différence entre ces deux clubs pourrait, à plus ou moins court terme, se faire à l'échelle continentale. Là où Lyon n'a jamais dépassé les quarts de finale en Ligue des Champions (ndlr : Lyon est allé en ½ finale mais en 2010 soit après sa domination nationale), le club de la Capitale espère bien remporter la Coupe aux grandes oreilles. Mais pour l'instant, Paris bloque sur l'obstacle des quarts de finale. Pourtant l'équipe n'a rien à envier aux autres cadors européens.

Des configurations différentes

Le club a un groupe capable de battre n'importe quelle équipe, avec des joueurs tels que Di Maria, Thiago Motta, Ibrahimovic, Verratti ou Thiago Silva. Et c'est justement à ce niveau que le bât blesse. Paris a recruté des stars, des joueurs habitués aux plus grands rendez-vous et dont le talent était déjà confirmé. À son époque, Lyon était allé chercher des inconnus, inexpérimentés, à l'image de Juninho, Thiago ou Cris qui ont su, petit à petit et collectivement surtout jouer des coudes en Europe. Alors évidemment, Paris ne passe jamais loin, à l'image des confrontations contre Barcelone en 2013 et 2015 ou contre Chelsea en 2014. Mais en son temps, Lyon avait aussi été tout près de franchir cette étape (ndlr : PSV en 2005 et Milan en 2006). Seulement, il ne fait aucun doute que les stars parisiennes vont, grâce au retour d'une certaine stabilité, apprendre à jouer ensembles. Avec le temps aussi. Et pour l'heure rien ne presse. Chelsea aura mis dix ans à gagner la Ligue des Champions tandis que Manchester City attend toujours son heure.

Un jour, qui sait, l'OL reprendra le dessus sur le PSG, avec un nouveau stade dont il sera entièrement propriétaire, le club a de belles perspectives d'avenir. Mais nous ne faisons pas de la science fiction et pour l'instant en tout cas, Paris semble bel et bien en route vers son quatrième titre national consécutif avec peut-être Lyon comme dauphin. Comme l'année dernière. Et peut-être comme l'année prochaine, et celle d'après et encore...