Une saison à Pierre - Mauroy, J11

Une nouvelle prestation navrante, et voilà le LOSC qui sombre peu à peu dans les méandres du classement. Un résumé très bref, mais tellement révélateur de cette rencontre. Et pourtant, cette équipe de Marseille était prenable, mais, comme d'habitude, les Lillois n'ont rien su faire dans le camp adverse, alors que l'OM a puni chaque faute d'inattention adverse. Un piètre spectacle dans l'ensemble, mais une victoire méritée pour les visiteurs. Voici les notes.

Une saison à Pierre - Mauroy, J11
Une saison à Pierre - Mauroy, J11

Lille.

Vincent Enyeama : 6 / 10.

Une performance assez frustrante pour le dernier rempart local, impuissant sur les deux buts encaissés, mais pas forcément aussi serein qu'à l'accoutumée sur les rares ballons qui lui sont parvenus en dehors de celles - ci.

Sébastien Corchia : 7 / 10.

Sans aucun doute le meilleur joueur de sa formation. Il a fermé son couloir à double tour, parvenant à éteindre le fougueux N'Koudou, tout en amenant toujours une solution supplémentaire en attaque. une activité récompensée par un but venant conclure un petit numéro de jongles entre plusieurs adversaires.

Renato Civelli : 5 / 10.

Vivement le retour de Marko Basa ! Si les Nordistes ont pris deux bits, ne cherchez pas plus loin le coupable, il est ici. L'Argentin, même dans les airs, ne s'est jamais montré à son avantage, multipliant les relances approximatives et les contrôles ratés.

Adama Soumaoro : 6,5 / 10.

Le complément idéal de Marko Basa. Adroit balle au pied, puissant, rapide, il apporte une première relance qui semble faire défaut au LOSC. Au lieu d'envoyer de longs ballons à l'aveugle, il serait temps de s'appuyer surs des joueurs qui, comme lui, sont en mesure de se trouver au départ d'une action bien construite, et ce par une simple passe.

Djibril Sidibé : 6 / 10.

Encore une fois disponible sur son couloir gauche, il a en revanche souffert face au duo Cabella - Alessandrini, sans bénéficier d'une aide suffisante, cependant. Il a même failli arracher le nul sur un superbe coup franc direct vicieux à souhait, mais bien détourné par Mandanda.

Florent Balmont : 5,5 / 10.

Très discret pour l'une de ses premières titularisations de la saison, le roublard de cette équipe de Lille n'a rien pu faire face à l'intenable doublette Diarra - Silva. Dépassé dans l'entrejeu, il 'a récupéré que quelques maigres ballons, sans jamais donner l'impression de pouvoir se ressaisir.

Remplacé à un quart d'heure du terme par un Yeboah noyé dans une fin de match débridée.

Rio Mavuba : 6,5 / 10.

Le capitaine, lui, a tout fait pour montrer l'exemple, mais a également pris le bouillon durant la majeure partie de l'affrontement, sans pour autant baisser les bras. On l'a d'ailleurs souvent vu au milieu de la charnière centrale, afin de rassurer Civelli et Soumaoro, sans grand succès pour le premier.

Sofiane Boufal : 6 / 10.

Si Boufal ne va pas, le LOSC ne va pas. Il va sans dire qu'il aura encore beaucoup tenté, mais les Olympiens avaient ciblé l'arme première, voire unique, de Lille. Il a donc collectionné les pertes de balle, réussissant toutefois à passer en quelques occasions, sans aller bien loin pour autant.

Marvin Martin : 6,5 / 10.

Lui aussi très actif sur le front de l'attaque, il n'a pas hésité à descendre chercher les ballons à la source, avant de les remonter lui - même avec justesse et vitesse. Il s'est dépensé sans compter, vainement malgré tout.

Remplacé à l'heure de jeu par un Meïté peu en vue à la mène, la faute à une insuffisance criante de technique.

Baptiste Guillaume : 5 / 10.

Le jeune attaquant a vécu une soirée cauchemardesque, malgré une envie débordante et un impact physique à ne pas négliger. En effet, Renard avait décidé de le mettre sur une aile, un comble pour ce jeune colosse dont la rapidité est loin d'être glorifiée.

Yassine Benzia : 5 / 10.

Contrairement à Guillaume, il a vécu une soirée cauchemardesque alors qu'il était à son poste de prédilection, à savoir en pointe. Une agressivité laissée aux vestiaires, une technique absente, une envie à retrouver, les points noirs de cette soirée sont légion pour la jeune recrue.

Remplacé à l'heure de jeu par un Guirassy admirable de transparence.

 

Marseille.

Steve Mandanda : 6,5 / 10.

Le capitaine et pilier du club aura réussi son match, avec un total de quatre tirs stoppés. En revanche, il ne peut pas grand - chose sur le but de Corchia.

Javier Manquillo : 6 / 10.

Discret, mais efficace, l'Espagnol a fait le job, sans briller pour autant. Des montées régulières, des interventions efficaces, et le tour est joué. Au revoir Sofiane !

Nicolas N'Koulou : 6 / 10.

À l'image de son latéral, il a fait sa rencontre, sans éclat ni paillettes, mais à coup d'épaules et de tâches bien sentis. Le discret patron de la défense de Marseille.

Rolando : 7 / 10.

Le défenseur prêté par Porto est en train de justifier les espoirs placés en lui. Un physique impressionnant, une vitesse surprenante, un sens de l'anticipation précieux et une âme de leader. Il y a vraiment de quoi faire.

Benjamin Mendy : 6,5 / 10.

À chaque sortie, le jeune latéral continue de prouver qu'il aura bientôt sa chance en équipe de France s'il continue à un tel niveau. Des centres précis, une activité débordante, et une rage admirable.

Lassana Diarra : 6,5 / 10.

C'est bien connu, Lassana Diarra n'est jamais fatigué. C'est pourtant évident, il suffit de regarder ses performances, et leur régularité depuis le début de la saison. Le revenant est véritablement le gros coup de ce mercato.

Lucas Silva : 6,5 / 10.

Une louche sublime qui amène le premier but, et une activité permanente dans l'attente du second. Silva n'aura pas traîné, ni chômé, ce dimanche à Lille.

Remplacé dans le temps additionnel par un Sparagna précieux dans la conservation de la victoire.

Romain Alessandrini : 6,5 / 10.

Une partition solide, rythmée par des permutations permanentes avec Cabella, puis conclue par une enroulée divine dans la lucarne opposée, histoire de bien aire les choses.

Remplacé à cinq minutes de la fin par Mauricio Isla, qui a fait parler son expérience en faveur des trois points de la victoire.

Rémy Cabella : 6,5 / 10.

Il n'aura eu de cesse d'orienter le jeu, de demander des solutions, d'en proposer,  jusqu'à faire craquer cette teigneuse défense du Nord. Des combinaisons rapides et instinctives avec Alessandrini ont pimenté le tout.

George - Kévin N'Koudou : 6 / 10.

Un match peu ébouriffant, la faute en grande partie à ce diable de Corchia, toujours au bon endroit et au bon moment, ou presque. N'Koudou est toujours à la lutte avec Sarr et Ocampos pour la place d'ailier gauche. Remplacé à dix minutes de la fin par Romao, qui n'aura mis que quelques secondes avant de s'illustrer par une faute, comme habitude.

Michy Batshuayi : 8 / 10.

Meilleur joueur incontesté de la rencontre, le Belge a ouvert le score; avant de décaler à merveille Alessandrini pour le second but. Une performance à souligner, pour celui qui n'a pas relâché son pressing une seule fois, mouillant le maillot avec une rage superbe.