Une saison à Pierre - Mauroy, J25

Vainqueurs face à Caen plus tôt dans la semaine, les Lillois espéraient faire fructifier ce succès en s'imposant de nouveau à l'occasion de la venue de Rennes. Au terme d'un match animé, sur le terrain comme en tribunes, les deux formations se sont quittées sur un score plutôt logique de parité. Peu inspirés offensivement, la sortie sur blessure d'Eder et l'expulsion de Boufal, respectivement buteur et passeur décisif, a porté le coup de grâce aux Dogues, qui ont alors bafouillé leur footbal, jusqu'à se faire rejoindre. Voici les notes.

Une saison à Pierre - Mauroy, J25
Source image : site officiel du LOSC

Lille.

Vincent Enyeama : 13 / 20.

Jamais inquiété, le Nigérian a vécu le scénario habituel, pour ainsi dire, avec un but concédé sur la seule véritable occasion adverse, un penalty en l'occurrence. Un nouveau crève - cœur pour le fidèle portier.

Sébastien Corchia : 15 / 20.

Comme toujours, le jeune latéral originaire d'Italie n'a cessé de se balader dans son couloir, et de tourmenter le pauvre Cheikh M'Bengué, dépassé par la détermination et par la vivacité de son opposant, à tel point que Dembélé aura souvent été forcé de venir lui prêter main - forte.

Renato Civelli : 11 / 20.

L'Argentin, costaud dans les duels, a souffert à chaque incursion de Paul - George N'Tep dans sa surface de réparation. Il aurait d'ailleurs mérité d'être sanctionné pour une semelle sur ce dernier, ignorée par l'arbitre. Une prestation moyenne pour le patron de la défense.

Adama Soumaoro : 10 / 20.

Pas vraiment dans son assiette, le défenseur central n'a cette fois pu se rattraper par un but décisif. Doté d'un physique impressionnant, il a pourtant donné l'impression, par moments, de refuser le contact, et a même concédé un penalty inutile, par un superbe doublé semelle - main.

Djibril Sidibé : 12 / 20.

Moins intimidant qu'à l'accoutumée, il avait pourtant un boulevard sur son côté droit, d'autant que le duo Grosicki - Danzé n'a absolument rien montré. Mais le latéral gauche a cette fois brillé par sa frilosité, et s'est contenté du minimum syndical en défense. Il est cependant passé tout près du but de la victoire, mais c'était sans compter sur Costil.

Rio Mavuba : 13 / 20.

Positionné comme milieu relayeur, soit un cran plus haut que d'habitude, il a semblé prendre son rôle très au sérieux, voire trop. Il a parfois évolué juste derrière son attaquant, et fait office de numéro 10 durant toute la partie, avec un succès correct.

Ibrahim Amadou : 16 / 20.

Colossal à la récupération, il a admirablement allié intervention sereine et relance propre. Encore inexpérimenté, il a perdu deux ou trois ballons chauds, heureusement sans conséquences. Bien plus à l'aise qu'en défense centrale, il possède un potentiel à exploiter au plus vite.

Mounir Obbadi : 13 / 20.

Bien plus expressif avec sa bouche qu'avec ses pieds, il a couru après Mr Hamel durant toute la rencontre afin de contester des décisions très majoritairement logiques. Sur le plan sportif, il a fait ce qu'il fallait, apportant son expérience sans pour autant éblouir dans l'entrejeu.

Eric Bauthéac : 12,5 / 20.

Incroyablement maladroit en première période, il a raté tout ce qu'il a tenté, mais n'a jamais baissé les bras, et a toujours donné tout ce qu'il avait pour l'équipe. Après la pause, il y a du mieux, jusqu'à ce que l'expulsion de Boufal ne semble lui enlever un poids, et lui permette de retrouver un niveau décent durant le dernier quart d'heure.

Sofiane Boufal : 14 / 20.

Tout simplement étincelant durant une heure, il a étalé toute sa panoplie de dynamiteur de défenses, de dribbleur fou, et de passeur décisif. Son amour de centre, du mauvais pied qui plus est, pour Eder, est venu récompenser une prestation magnifique, ponctuée par une fin en eau de boudin, à savoir deux cartons jaunes stupides en cinq minutes.

Eder : 14,5 / 20.

N'ayant passé que 45 minutes sur la pelouse, difficile de lui donner plus. En attendant, il a tout de même réalisé une mi - temps pleine, illuminée par des déviations impeccables, un but de renard des surfaces, et une domination aérienne sans partage.

Remplacé à la pause par Benzia, qui se sera tout de même rappelé au bon souvenir du public de Pierre - Mauroy par quelques belles percées, et une envie débordante de bien faire.

Rennes.

Benoît Costil : 14 / 20.

Jamais inquiété en première période, il a été lâché par sa défense sur le but d'Eder. Après la pause, il a maintenu son équipe en vie, en mettant fin à un joli slalom de Benzia ponctué d'une frappe à ras de terre, puis sauvé le point du nul, en repoussant un plat du pied croisé de Sidibé dans les arrêts de jeu.

Romain Danzé : 9 / 20.

Une rencontre à oublier pour le pilier du Stade Rennais. Complètement largué sur chaque prise de balle de Boufal, il n'a jamais trouvé la solution, et s'est souvent reposé sur Mexer pour stopper le virevoltant lillois. Offensivement, un néant total.

Remplacé à l'heure de jeu par Zeffane, un peu plus entreprenant, mais averti pour un geste d'humeur stupide.

Mexer : 15 / 20.

Impérial en défense, il a été le seul à inquiéter Eder dans les airs, grâce à une détente fantastique. Très costaud dans les duels, il a tenu la baraque, et assuré des relances sans fioritures. Il sera difficile de le déloger de la défense centrale.

Remplacé à la mi - temps par un Sio volontaire, mais globalement inefficace malgré de bonnes prises de balle.

Sylvain Armand : 12 / 20.

Correct, mais sans plus, il a tenu sa place aux côtés de Mexer, mais souffre assurément de la comparaison avec ce dernier. Propre dans les relances, il a un peu plus souffert dans les duels, face à Eder ou Bauthéac, qui l'ont bien secoué.

Cheikh M'Bengué : 11 / 20.

Dépassé par les accélérations débordantes d'envie de Corchia, il n'a pas fait le poids sur son côté gauche. Il a concédé quelques corners, et a laissé passer certains centres qui auraient pu, sans la vigilance de ses partenaires, servir de passes décisives. Offensivement, quelques courses très intéressantes, mais encore trop peu nombreuses.

Gelson Fernandes : 13 / 20.

Une nouvelle fois précieux dans l'entrejeu, le baroudeur suisse a répondu présent dans les duels, et mené la vie dure à Obbadi. En revanche, il a manqué de jus en seconde période, au point de s'éteindre à petit feu alors que sa formation dominait.

Pedro Mendes : 13,5 / 20.

Efficace devant la défense, il a récupéré des ballons chauds, et s'est interposé sur des actions dangereuses. Mais sa relance est encore très perfectible. En revanche, il a su provoquer es deux cartons jaunes de Boufal, et ainsi permis à son équipe d'évoluer en supériorité numérique.

Benjamin André : 11,5 / 20.

Un peu trop discret, il aurait pu se faire dévorer de bout en bout par Mavuba si celui - ci avait évolué à son poste de prédilection. En revanche, Amadou lui a donné du fil à retordre, sortant vainqueur e la majorité de leurs duels. Insuffisant.

Kamil Grosicki : 10 / 20.

Dans le dur de bout en bout, le Polonais n'a pas trouvé la solution face à un Sidibé pourtant en - dessous de ses standards habituels, et fait preuve d'une lenteur surprenante à chaque tentative de débordement. Incroyablement décevant.

Remplacé à un quart d'heure de la fin par Jérémie Boga, entré trop tard pour faire la différence.

Ousmane Dembélé : 15 / 20.

Très actif sur son côté gauche, la jeune pépite bretonne a une nouvelle fois montré l'étendue de son talent, en ne cessant de tourmenter un Corchia pourtant inspiré. Il a également pris ses responsabilités en marquant sur penalty malgré les huées du stade.

Paul - George N'Tep : 14,5 / 20.

Après une première période mitigée en tant que faux numéro 9, l'entrée de Sio l'a libéré, et lui a permis de retrouver son côté droit, et de se balader sur le front de l'attaque. Il a ainsi provoqué un penalty, alors qu'il aurait mérité d'en obtenir un autre dix minutes plus tôt. Décisif.