Une saison à Pierre - Mauroy, J29

Dans une match décisif pour la course au maintien, Lille pouvait, en cas de faux pas, se faire doubler par Reims, et ainsi continuer à se faire peur. Mais les Dogues ont répondu présent, sans la manière, avec le résultat, au terme d'une rencontre terne du samedi soir, comme la Ligue 1 en a désormais l'habitude. Un succès sur le score de 2-0 qui leur permet de s'éloigner de la zone rouge, et même de se rapprocher des places pour l'Europe, tant les écarts sont minces. Voici les notes des titulaires.

Une saison à Pierre - Mauroy, J29
Source photo : site officiel du LOSC

Lille.

Vincent Enyeama : 14 / 20.

Pour le Nigérian, c'est le même constat après chaque sortie devant son public. Peu de choses à faire, mais que des choses bien faites. Deux frappes soudaines de Conte et Devaux en deuxième période, parfaitement repoussées, qui ont permis au LOSC d'obtenir les 3 points.

Sébastien Corchia : 11 / 20.

Touché au visage dès les cinq premières minutes à la suite d'un choc avec Diego, il a courageusement tenu sa place, sans jamais retrouver ses capacités de débordement, mais en faisant son possible pour museler le Brésilien.

Sorti par précaution à la pause, et remplacé par Pavard, qui, hormis un tacle majestueux sur Bifouma dans la surface, a une nouvelle fois prouvé qu'il était tout sauf un latéral.

Adama Soumaoro : 13 / 20.

Beaucoup plus serein qu'avec Civelli, le retour de Basa lui a fait du bien. Il a semblé plus confiant, plus sûr de lui, et n'a pris aucun risque inutile. En revanche, il souffre d'un manque de vitesse qui l'a parfois mis en difficulté face aux Bifouma et autres De Préville.

Marko Basa : 14 / 20.

L'assurance tous risques du LOSC est de retour ! Une prestation sans fioritures, des relances propres, des interventions impeccables, il n'y a pas grand - chose à dire. Attention tout de même, comme pour son partenaire à sa mobilité quelque peu réduite face à des attaquants aussi vifs que ceux de Reims.

Djibril Sidibé : 12 / 20.

Généreux dans son couloir droit, il n'a jamais réussi à retrouver avec Benzia la complémentarité dont il bénéficie avec le virevoltant Boufal. Ses montées ont rarement été couvertes, mais aucune n'a amené de but adverse. En - dessous de ses standards habituels.

Morgan Amalfitano : 11 / 20.

Quelque peu dépassé par l'entrejeu adverse, il ne s'est toujours pas véritablement fondu dans sa nouvelle équipe, et a même manqué une occasion toute faite, sur un service parfait de Sofiane Boufal. Insuffisant, et ce depuis deux mois.

Ibrahim Amadou : 14 / 20.

Encore impérial, la jeune pousse recrutée l'été dernier ne cesse de s'affirmer. Incisif dans la récupération, tranchant au moment de porter le ballon vers l'avant, il s'impose comme un des piliers de cette équipe de Lille.

Rio Mavuba : 13 / 20.

Positionné en relayeur, soit un cran plus haut que d'habitude, il a fait ce qu'il pouvait pour assumer son statut de capitaine, débordant régulièrement sur le côté gauche, en lieu et place d'un Benzia trop timoré. Quelques absences à la récupération toutefois.

Ronny Lopes : 13,5 / 20.

Peu en vue jusqu'à l'heure de jeu, il est sorti de son mutisme pour ouvrir le score d'un coup - franc sublime, faisant ainsi oublier une prestation moyenne, qui ne suffira pas encore à faire oublier Buathéac.

Remplacé à dix minutes de la fin par un Mounir Obbadi trop discret durant ce court laps de temps.

Yassine Benzia : 9 / 20.

Beaucoup trop timide, l'Algérien n'a jamais donné l'impression de se faire à ce poste d'ailier, qui, à sa décharge, n'est pas le sien. Inexistant sur son côté, il n'a même pas daigné aller au pressing avec ses partenaires.

Il a ainsi été remplacé dès la mi - temps, au profit d'un Boufal monstrueux. Non content de provoquer le coup - franc sur lequel Lopes a ouvert le score, il a offert le deuxième but à Eder, et a même vu Amalfitano vendanger l'un de ses caviars.

Eder : 13 / 20.

Globalement muselé par la défense adverse, et ce même dans les airs, il a pourtant été disponible, et généreux au pressing. Une envie récompensée par un joli but de finisseur. Il est peut - être en train de s'imposer comme le nouveau buteur du LOSC.

Reims.

Johan Carrasso : 11 / 20.
Pas exempt de tout reproche sur le premier but, car mal placé, ni sur le deuxième, car trop facilement embarqué par la feinte d'Eder, il a néanmoins maintenu son équipe dans le match pendant une bonne partie de la rencontre. Efficace sur deux tirs d'Amalfitano et d'Obbadi, il n'a pu répondre présent durant 90 minutes.

Hamari Traoré : 14 / 20.
Très actif dans son couloir droit, ce système en 5-3-2 semble taillé pour lui. Il a martyrisé Sidibé sur les contre - attaques, celui - ci n'étant pas aidé par la fainéantise de Benzia. Un match plutôt convaincant de la part du latéral.

Antoine Conte : 13 / 20.
Le défenseur central, formé au Paris Saint - Germain, a tenu la baraque comme il a pu, peu aidé par ses partenaires défensifs. Solide dans les duels, efficace dans la récupération et dans la relance, il lui manque simplement un peu d'expérience du plus haut niveau.

Aïssa Mandi : 12 / 20.
Pas à la hauteur, le capitaine du Stade de Reims n'a pas répondu présent à l'occasion de ce match charnière. Pas assez incisif, trop en retrait par rapport aux obligations du brassard, il se doit de hausser le niveau en vue de la lutte pour le maintien.

Abdelhamid El - Kaoutari : 8 / 20.
Le moins en vue des trois défenseurs centraux. Inutilement agressif, trop imprécis dans les relances, il a été en - dessous de tout. Beaucoup trop juste pour ce genre de rencontres, il ne devrait pas tarder à sortir du 11 titulaire s'il réédite ce genre de prestation.

Diego : 13 / 20.
Utilisé comme latéral gauche pour cette rencontre par Guégan, il s'est d'abord distingué par un mauvais geste sur Corchia, avant d'assumer son rôle de dynamiteur de défenses, sans toutefois en oublier ses tâches défensives.

Antoine Devaux : 11,5 / 20.
Alors qu'il semblait entré dans son match, celui qui fait office de rampe de lancement des offensives rémoises a disjoncté, s'énervant de manière tout à fait inutile, et ce jusqu'à récolter deux jaunes, et laisser son équipe en infériorité numérique pour les dix dernières minutes.

Jaba Kankava : 14 /20.
Déjà indispensable, la recrue estivale s'est spécialisée dans le travail de l'ombre, effectuant toutes les tâches obscures, et donnant du fil à retordre au trio nordiste dans l'entrejeu. Malheureusement insuffisant pour repartir avec les trois points.

Gaëtan Charbonnier : 11 / 20.
Beaucoup trop discret, à la limite de la transparence, le colosse est encore loin de posséder la technique exigée à ce poste de meneur de jeu. De plus, sa fâcheuse tendance à s'exiler sur les côtés n'a fait qu'amplifier le déséquilibre de son équipe.
Remplacé à dix minutes de la fin par Odaïr Fortes, transparent.

Thiévy Bifouma : 14 / 20.
Incroyablement vif, le jeune attquant de pointe a posé beaucoup de problèmes à la défense des Dogues, qui a heureusement pu compter sur les mauavais choix de ses partenaires d'attaque. Frustrant d'être le seul à tenter.

Nicolas De Préville : 10,5 / 20.
En plus de multiplier les pertes de balle stupides et les passes ratées, il n'a cessé de harceler l'arbitre à chaque décision allant à l'encontre de sa volonté. Seule sa disponibiité est à souligner.
Remplacé à vingt minutes de la fin par un Jordan Siebatcheu entré trop tard pour faire la différence.