Les Bleus sont sur la bonne voie

Suite à deux victoires comptant pour du beurre, obtenues face à un géant en grande difficulté (les Pays - Bas) et une équipe solide mais sans plus (la Russie), Deschamps en sait plus sur l'effectif qu'il aura à l'Euro. Mais, entre une attaque fantastique et une défense très moyenne, entre un milieu dominateur et des gardiens pas assez décisifs, il reste encore quelques problèmes à régler. Voici le bilan, poste par poste, de ces rencontres.

Les Bleus sont sur la bonne voie
Les Bleus sont sur la bonne voie

Gardien de But.

Hugo Lloris, titulaire indiscutable et capitaine de ces Bleus, ne devrait pas être inquiété. Mais les dernières performances de Steve Mandanda montrent que tout est encore possible, et il a l'avantage d'être un joueur de caractère, un véritable leader, ce qui ne sera probablement jamais le cas de Lloris, timide hors du terrain, et pas assez expressif sur la pelouse.                                                                                                                                                                                                                                                                          Ils ont joué un match chacun, encaissé deux buts chacun, mais la titularisation de Mandanda était plus une récompense qu'un message de la part de Deschamps, qui n'enlèvera pas Lloris des buts. Logique ? Pas tant que ça.

Défenseurs Centraux.

Incontournable depuis ses débuts en Bleu, Raphaël Varane donne pourtant l'impression de ne plus progresser, et d'avoir déjà atteint ses limites. Remplaçant au Real Madrid, il a été le seul défenseur central à jouer les deux matches amicaux, et a donc encaissé quatre buts. Coupable sur le deuxième but de la Russie, il a également perdu des ballons inutiles et dangereux, comme sur cette tentative de râteau à 30 mètres de son but, seul face à deux adversaires ! Le sortir du 11 de départ serait un message fort, audacieux, mais pas si risqué que ça.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Laurent Koscielny et Mamadou Sakho, qui se disputent la place à ses côtés, mériteraient d'être alignés ensemble. Le premier s'impose comme le meilleur défenseur central de Premier League selon de nombreux spécialistes, alors que le deuxième est aujourd'hui un titulaire indiscutable à Liverpool.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Aymeric Laporte, ignoré par Deschamps, Kurt Zouma, blessé, et Jérémy Mathieu, touché au genou contre la Russie, seront très probablement absents cet été. C'est donc Eliaquim Mangala et Samuel Umtiti qui se disputeront probablement la dernière place.

Latéraux.

Sur le côté droit, la disparition progressive de Debuchy et le manque de régularité de Jallet ont permis à Sagna, indiscutable à Manchester City, de s'imposer comme l'intouchable titulaire à ce poste. Souvent moqué pour sa prétendue "mauvaise qualité de centre", il a répondu aux critiques en poussant Zabaleta, finaliste de la dernière Coupe du Monde, sur le banc de Manchester City.                                                                                                                                                                                                                                      Quatrième dans la hiérarchie de Deschamps, Sébastien Corchia, encore jamais appelé, ne le sera pas pour l'Euro, bien que ses prestations soient de plus en plus solides. Un départ dans un grand club cet été lui ouvrira peut - être les portes de la sélection, mais pas avant la rentrée.                                                                                        

Sur le côté gauche, Patrice Évra fait la loi, alors que Lucas Digne est encore trop tendre (coupable d'une erreur de marquage sur le premier but de la Russie). Jérémy Mathieu vient de se blesser, mais partait de toute façon avec plusieurs longueurs de retard, tandis que Layvin Kurzawa n'est que remplaçant au PSG.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Gaël Clichy, qui revient bien avec Manchester City, et Benoît Trémoulinas, incontournable à Séville, n'entrent plus dans les plans de Deschamps.

Milieu Défensif.

Une seule place à prendre, et un homme qui ne la laissera à personne : Lassana Diarra. Monstrueux avec l'OM, il écrase la concurrence avec les Bleus, profitant du faible temps de jeu en club du solide Morgan Schneiderlin, sous - utilisé par Louis van Gaal, et de l'incapacité de Cabaye et de Kanté à remplir tous les critères du poste, eux qui sont des purs relayeurs, et non des numéros 6.                                                                                                                                                                                                                            Cette saison, un joueur s'est également montré sous son meilleur jour, mais Deschamps ne lui a jamais donné sa chance : Francis Coquelin. Impérial à Arsenal, il y est titulaire, et enchaîne les belles performances. Insuffisant pour entrer dans les plans du sélectionneur.

Milieux Relayeurs.

Parfaitement complémentaires, titulaires indiscutables et essentiels de deux des plus grands clubs d'Europe, Paul Pogba et Blaise Matuidi n'ont rien à craindre quant à leur place de titulaire. Derrière eux, N'Golo Kanté a quasiment assuré sa place en sortant un gros match contre la Russie, alors que Moussa Sissoko et Yohan Cabaye se disputent la dernière place.                                                                                                                                                                                                                                                                Difficile de dire qui part favori, mais ils ne sont plus sous la menace de Clément Grenier, qui a disparu des radars, de Geoffrey Kondogbia, qui tarde à confirmer, et d'Adrien Rabiot, ignoré par le sélectionneur.

Ailiers.

Un problème de riche. Il n'y a pas d'autre terme pour désigner le casse - tête auquel Deschamps devra faire face pour composer son 11 de départ. En revanche, il est clair que ceux qui iront à l'Euro sont connus, et présentent tous un profil différent, et une polyvalence précieuse. Antoine Griezmann, nouveau leader offensif des Bleus, peut jouer des deux côtés, et même en pointe ; Dimitri Payet, qui a fait un retour fracassant, évolue principalement à gauche si le système ne comporte pas de numéro 10 ; Anthony Martial, titulaire indiscutable à Manchester United, est dans le même cas de figure que Griezmann ; et Kingsley Coman, révélation de la saison en Bundesliga, est un véritable ailier de débordement, pouvant jouer des deux côtés.                                                         Les seuls qui ont encore une minuscule chance d'inquiéter les trois derniers (Griezmann étant absolument intouchable) sont Mathieu Valbuena, qui, malgré sa saison catastrophique, a du vécu en sélection, Clément Grenier, qui peut également jouer sur les côtés, mais qui reste beaucoup trop irrégulier, et Franck Ribéry, qui est revenu de blessure, et qui a laissé entendre qu'il ne serait pas contre un retour en Bleu (une déclaration que Deschamps n'a pas semblé prendre au sérieux).

Attaquant de Pointe.

Alors qu'il ne s'était jamais imposé comme le leader offensif que les Bleus attendaient depuis plusieurs années, Karim Benzema a trouvé le moyen d'écorner un peu plus son image, de se rendre non - sélectionnable, et de donner une bonne raison à Deschamps d'installer Olivier Giroud comme le titulaire du poste. Le joueur d'Arsenal réalise une saison honnête à Londres, et a encore marqué contre les Pays - Bas. Sa doublure sera très probablement Gignac, bouillant depuis son départ au Mexique, et étincelant depuis son retour en sélection (buteur face à l'Allemagne en novembre, puis face à la Russie).                                                                                                                                                                                                                                                                                           Alexandre Lacazette, qui a connu 6 mois très compliqués, a pris un retard qu'il sera difficile de rattraper, alors que Kévin Gameiro, très performant avec Séville, n'est pas encore au niveau de Gignac selon Deschamps.