La Gantoise à court de carburant

Défaite samedi à Bruges, La Gantoise marque le pat. A court de forme, les Buffalos piochent dans une période où ils s'étaient envolés l'an passé.

La Gantoise à court de carburant
A l'image de Sven Kums, ici en ligue des champions, La Gantoise est dans le dur.crédit photo : 7sur7.be

Le choc de la deuxième journée des play-offs 1, en Pro League, entre Bruges et La Gantoise a donc tourné en faveur des locaux. Victoire 2-0 méritée au regard des 90 minutes, même si l'ouverture du score intervient sur un but malheureux mais difficilement évitable de Mitrovic contre son camp (80ème minute). Plus que la défaite, c'est les difficultés rencontrées par La Gantoise qui interpellent. Jamais, les Buffalos n'ont réussi à mettre la pression sur le but de Ludovic Butelle, le gardien brugeois.

Pendant 80 minutes, les coéquipiers de Sven Kums ont subit, reculé jusqu'à céder donc. Le capitaine du champion en titre à pourtant eu une opportunité (miraculeuse) de ramener un point du Jan Breydel. Mais le petit milieu de terrain a vu son pénalty, trop lisible, repoussé par un Butelle encore une fois décisif (86ème minute). L'autre joueur qui a porté les Buffalos pendant des mois, Laurent Depoitre, à lui aussi déçus. Pris dans les duels aériens par la défense centrale brugeoise, le robuste attaquant a été transparent dans la surface de réparation adversaise. Depoitre n'a plus marqué depuis six journées en championnat et le déplacement à Ostende (défaite 5-2).

Une mauvaise série qui se poursuit

Conséquence directe de la méforme collective et individuelle des cadres de l'équipe, les résultats ne suivent plus. Les hommes de Vein Vanhaezebrouck n'ont plus gagné depuis cinq matchs toutes compétitions confondus. Depuis le début du mois de février, La Gantoise a disputé 11 matchs pour seulement deux victoires face à de modestes adversaires que son Mouscron et Lokeren. Le reste, six défaites et trois matchs nuls. Il est loin le mois de janvier, conlu avec quatre victoires dont trois succès probants contre Anderlecht, Bruges et à Liége.

Trop gourmand ?

Alors qu'arrive t-il aux hommes de Hein Vanhaezebrouck ? D'abord, l'entraineur belge n'a pas réussi à se réinventer au moment d'aborder le sprint final. Ce qui avait fait sa force l'an passé. Et forcément les adversaires se sont adaptés. Et puis il y a forcément ce parcours européen, des plus honorable certes, mais qui a couté énorment d'énergie. Avec un groupe réduit qui repose réellement que sur douze et treize joueurs, difficile de tenir. D'autant plus, que les Buffalos ont aussi atteint les demi-finales de la coupe de Belgique.

Il faut parfois faire des choix, les Gantois n'en ont pas fait, ils en payent les conséquences. L'an passé, c'est Bruges qui avait fait cette erreur. Les Blauw en Zwart avaient remporté la coupe de Belgique, disputés un quart de final d'Europa League avant de s'éffondrer en play-off. Offrant le titre aux Buffalos. Nul doute, que Bruges signerait bien pour un scenario contraire cette année.