Evian fait boire la tasse aux Merlus et s'offre le Stade de France

Au terme d'une prestation époustouflante, l'ETG FC se qualifie pour la finale de la Coupe de France après avoir étrillé le FC Lorient, pourtant favori. Les Roses noircissent une nouvelle page de leur histoire.

Evian fait boire la tasse aux Merlus et s'offre le Stade de France
Milos Ninkovic montre la voie aux siens en inscrivant le premier but de la rencontre dès la dixième minute de jeu. (photo : etgfc.com)
Evian TG
4 0
FC Lorient
Evian TG: Laquait - Betao, Mongongu, Dja Djédjé, Wass, Sorlin, Tié Bi, Ninkovic (Ehret, 53e), Mbarki (Cambon, 53e), Bérigaud (Baouia, 78e), Sagbo.
FC Lorient : Lecomte - Koné, Ecuele Manga, Lemina, Gassama, Barthelme,Coutadeur, Baca (Corgnet, 46e), Jouffre (Bourillon, 46e), Monnet-Paquet, Alliadière (Sunu, 60e).
SCORE: 1-0, Ninkovic 10' 2-0, Sagbo 20' 3-0, Berigaud 33' 4-0, Baouia 80'
ARBITRE: Monsieur Laurent DUHAMEL
ÈVÉNEMENTS: Demi-finale de Coupe de France. Parc des Sports d'Annecy.

La rencontre n'a pas débuté de la meilleure des façons pour les locaux qui concédent une occasion dès le coup d'envoi à cause d'une perte de balle au milieu de terrain : Monnet-Paquet déborde et trouve Joffre à ras terre, sa reprise passe juste à côté des buts. (1') Lorient tente de prendre les commandes de la rencontre et essaye d'imposer sa cadence en ce début de partie mais va rapidement se faire plomber.

A la dixième minute de jeu, Ninkovic s'offre un festival dans la surface bretonne et fait trembler les filets sur l'une des premières occasions de son équipe. (1-0, 10') La tendance s'inverse et Evian TG commence à prendre le dessus. Betao va buter sur Lecomte après avoir trop tardé pour frapper (19'), mais Sagbo ne se fera pas prier. Sur un corner venu de la gauche, Tie Bi dévie le ballon au second poteau, l'attaquant, seul, propulse le ballon au fond sans se poser de questions. (2-0, 20')
Les Evianais se mettent à l'abri après seulement vingt minutes de jeu, profitant de la fébrilité de la défense adverse.

L'avant-garde lorientaise est pourtant très remuante à l'image d'Aliadière qui parvient souvent à éliminer son vis à vis, le couloir droit est également souvent sollicité par les assauts des visiteurs qui arrivent souvent à prendre de vitesse Dja Djédjé. Le dernier défenseur et le portier restent vigilants. Malheureusement, une énorme erreur de Lecomte va définitivement faire sombrer le FCL, déjà mal en point : sur une passe en profondeur de Sagbo, le gardien de Lorient sort pour s'emparer du cuir mais celui-ci lui échappe et revient dans les pieds de Kevin Berigaud qui avait suivi, celui-ci n'a plus qu'à pousser le ballon dans le but vide. (3-0, 33')

Une première mi-temps tonitruante permet à l'eTG d'être virtuellement en finale. Au retour des vestiaires, les Bretons reviennent avec de meilleures intentions et prennent le contrôle du ballon. Les locaux se replient en défense et opèrent en contre comme le témoigne l'entrée de deux joueurs d'un caractère défensif (Cambon et Ehret) à la place de deux milieux de terrain (Mbarki et Ninkovic), Lorient fait le jeu et multiplie les assauts, mais pèche par un manque de précision. Evian TG se fait parfois peur en concédant beaucoup de fautes dans sa moitié de terrain, mais celles-ci sont mal exploitées. Même si à une reprise, Corgnet va pousser Laquait à la parade suite à une reprise de volée (70'), mais les Merlus n'auront plus rien à se mettre sous la dent.
Alors que les Evianais mènent à bien leurs phases offensives (62', 69', 76'). Le jeune Baouia, 21 ans, habituellement attaquant avec la réserve, va offrir un nouveau but pour parfaire la soirée seulement une minute après son entrée en jeu, son premier parmi l'élite. (4-0, 80')

Les Croix de Savoie réussissent l'exploit et frappent un grand coup face à une équipe de Lorient pas assez appliquée pour pouvoir prétendre à un meilleur résultat. Les Roses n'ont pas volé ce ticket pour Saint Denis et sont allés le chercher avec leurs tripes. Une très belle performance qui contraste énormément avec celles en championnat qui ont été pauvres et décevantes dernièrement comme face à Nancy (défaite 3-1) ou à Troyes (1-0). Avant cette finale, il reste trois matchs pour tenter de perdurer en Ligue 1, et il faudra les jouer à fond, avec le même état d'esprit, le même sérieux, la même application que ce soir, sous peine de quitter l'élite. Une finale historique au Stade de France aurait un gout bien amer si l'ETG quittait la première division.

crédit photo : etgfc.com