Une répétition générale comme dernier acte

Qui aurait pu prédire en début de saison, que la dernière levée de championnat sera l'affiche exacte de la finale de la Coupe de France qui se jouera cinq jours plus tard ? A 21h, pour le compte de la 38ème et dernière journée de Ligue 1, les Girondins de Bordeaux reçoivent Evian Thonon Gaillard.

Une répétition générale comme dernier acte
Ca avait été le coup d'envoi de la saison 2012-13. Les Roses s'étaient alors inclinés 3-2 à Annecy, et ne démarraient alors pas au mieux le championnat. (photo : girondins.com)
Girondins de Bordeaux
Evian TG | 21h
Ca avait été le coup d'envoi de la saison 2012-13. Les Roses s'étaient alors inclinés 3-2 à Annecy, et ne démarraient alors pas au mieux le championnat. (photo : girondins.com)

Depuis la victoire des Girondins en terre haut-savoyarde, beaucoup de choses se sont déroulées. Les Croix de Savoie ont ardemment combattu pour arracher leur maintien la semaine passée (victoire 2-0 face à Valenciennes), du moins pas officiellement mais les conditions requises pour que Troyes se sauve sont titanesques (défaite de l'eTG, victoire de l'ESTAC, et une différence de 11 buts entre les deux clubs à rattraper). Ce soir, Evian est 15ème avec 40 unités au compteur.

De son côté Bordeaux s'est installé dans le ventre mou de la Ligue 1 : actuellement 9ème avec 52 points. On aurait pu imaginer les Bordelais titiller les places européennes comme l'an passé (ils avaient alors terminé 5è, synonyme de barrage en Europa League). Mais les hommes de Francis Gillot n'ont pas tenu le rythme imposé par les clubs phares de cette année : Paris, Marseille, Lyon, Saint Etienne, Lille ou encore Nice.
Malgré cela, les Marine et Blanc ont réalisé une bonne campagne européenne et ont été sortis en 8ème de finale par Benfica, qui terminera d'ailleurs finaliste de la compétition.

Ce match n'a donc pas de réel enjeu, mais les deux formations auront à coeur de bien terminer la saison et de se mettre dans de bonnes conditions pour aborder cette finale qui se profile à l'horizon.
Les locaux n'ont perdu que trois fois à Chaban-Delmas (en 18 rencontres) mais leur différence de but est assez faible... Ils ont scoré à 20 reprises mais ont encaissé 18 buts.
Evian ne fait guère mieux à l'extérieur, seulement sept matchs sans défaite extra-muros. Ils sont la deuxième moins bonne attaque du championnat avec seulement 14 buts (juste devant Reims qui en compte 13) mais tiennent la huitième meilleure défense du championnat en ayant encaissé 26 fois.

L'eTG reste malgré ces statistiques sur une très bonne dynamique : trois victoires consécutives avec dix buts marqués et cela sans prendre de but.
De l'autre côté, sur le même nombre de match, Bordeaux est à la peine : seulement quatre points récoltés. Ils se sont neutralisés avec l'ASSE (0-0), ont peiné face à Nancy, futur relegué (3-2) et se sont inclinés à Troyes (0-1). Les Girondins peinent en ce moment face à des mal-classés, et cela pourrait se reproduire ce soir.

Il est possible que les deux entraîneurs décident de faire tourner un petit peu leur effectif afin de préserver certains joueurs de la finale à venir. Mais les groupes convoqués sont sensiblement les mêmes.
On retrouve Planus, Henrique, Obraniak, Diabaté ou encore Saivet pour le FCGB. Faubert et Trémoulinas sont suspendus et Rolan est blessé.
Chez les visiteurs, Diogo Gomez et Baouia ont du rejoindre l'équipe réserve au dernier moment, c'est donc un groupe de 18 joueurs qui arrivent en terre bordelaise. L'infirmerie est vide, Koné manque à l'appel car il est en phase de reprise mais pourrait être apte vendredi prochain. Mais Dupraz pourra malgré tout compter sur Barbosa, Khlifa, Wass, ou encore Mongongu, tout juste revenu de blessure.

Les Hauts-Savoyards sont dans une spirale positive et vont se heurter à des Girondins fébriles dernièrement. Si les Roses font exploser leur compteur de but en ce moment, on ne peut pas en dire de même de Bordeaux qui peine à faire trembler les filets. Malgré tout, rien est joué dans ce match, les esprits sont légers, dénués de toute pression extérieure. Il faut juste se rassurer et aborder avec sérieux et sérénité le Stade de France qui n'attend qu'eux.