Bordeaux revient à hauteur du PSG avant le classico

Après sa victoire (1-2) face au RC Lens, les girondins remontent à la troisième place du classement en dépassant Lyon. L'image du match est la célébration de Diabaté, fêtant son but avec Sagnol. L'entraîneur bordelais restera sur son banc en pleurs pendant de longues minutes.

Bordeaux revient à hauteur du PSG avant le classico
Le stade de la licorne d'Amiens accueille le match entre le RC Lens et les Girondins de Bordeaux.
RC Lens
1 2
FC Bordeaux

Le stade de la Licorne d'Amiens a été le théâtre de toutes les émotions ce soir. Alors que les lensois étaient bien partis dans la rencontre, les deux buts bordelais de la première période ont assommé les jeunes sang et or. La deuxième mi-temps n'aura été qu'une formalité pour les joueurs de Sagnol, en larmes après le but de Diabaté, jusqu'au pénalty et la fin de match folle qui a vu les lensois tout proches d'égaliser (1-2).

Une première-mi temps remplie d'émotion

La première période a eu du mal à se lancer, malgré une première incursion lensoise au tout début du match (3e). Du côté des girondins, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent, si ce n'est des frappes lointaines de Khazri (5e) et Diabaté (6e). Les lensois jouent très haut, les bordelais ayant du mal à passer la moitié de terrain lensoise et à ressortir proprement le ballon (11e).

La première occasion du match est à mettre au compte des sang et or. En effet, Guillaume déborda Yambéré et sa frappe fut repoussée par la main de fer de Carrasso, décisif (14e). La possession à ce moment du match est équilibrée (50%/50%). Du côté bordelais, les joueurs ont toujours du mal à rentrer dans le camp lensois, l'équipe de Kombouaré étant très bien en place, et la frappe de Khazri au niveau des vingt mètres est manquée (21e). 

Deux minutes plus tard, Ludovic Baal manquait de marquer un superbe but sous les jambes de Carrasso. Sur le contre, les girondins marquent par le biais de Khazri sur une frappe petit filet opposé après une passe de Touré contrée, arrivée avec chance (0-1, 24e). Il faut noter que le but des bordelais arrive un peu contre le cours du jeu : l'ouverture du score est surtout due au mauvais repli défensif des joueurs d'Antoine Kombouaré.

Suite au but des marines et blancs, les lensois perdaient leurs moyens et manquaient de concentration à l'image de Chavarria prenant un carton jaune après un tacle par derrière très limite sur Planus (27e). Planus est par ailleurs auteur d'une bonne première période, à l'image de son match face à Toulouse, et réalise notamment de bonnes interventions (30e, 40e). L'autre joueur de Sagnol bien en vue en ce début de match est Diabaté, il s'octroie une roulette (31e) et manque de marquer sur une tête (37e). Quelques minutes plus tôt, Touzghar manquait d'égaliser pour lens : son pied loupant le ballon de peu après un centre (33e)

Le moment fort du match : Sagnol en pleurs

Sur la bonne récupération de Planus, Khazri fait une superbe passe en profondeur passant à travers la défense lensoise, Diabaté n'a plus qu'à dribbler le portier sang et or (41e). Sur ce but, la célébration de Diabaté va faire le tour de la planète football : courant vers son banc et allant enlacer son entraîneur Willy Sagnol, très décrié depuis ses propos sur les joueurs africains lors d'un interview chez Sud Ouest. Ses déclarations ayant eu l'effet d'une bombe. Sagnol tombait en larmes suite à cette célébration, visiblement très touché par toutes les personnes l'ayant décrié.

Après vingt premières minutes plutôt bien engagées par le RC Lens, les sang et or se sont vite retrouvés démunis après le premier but bordelais. Le score à la pause était finalement logique (0-2).

Un pénalty inexistant et une fin de match rythmée

Après un début de deuxième période plutôt timide (pour ne pas dire ennuyeux) de la part des deux équipes, si ce n'est une simulation pas très intelligente de Touré qui essayait d'obtenir un pénalty et a au final seulement obtenu un carton jaune logique, ou encore Diabaté s'essayant aux passements de jambes (52e).

Il faut attendre la 57e minute pour voir une grosse occasion dans cette deuxième mi-temps, Poundjé se précipitant et manquant complètement sa frappe. Sept minutes plus tard, Touré manquait une frappe après un bon centre de Faubert. Les bordelais connaissent encore deux occasions dans le match par Sertic (70e) et Diabaté (82e).

Contrairement à la semaine passée, le coaching n'aura pas été très utile, les remplaçants n'ayant pas eu une grande influence après leurs entrées. La fin de match fut lensoise. Ainsi, Chavarria voit son centre dangereux repoussé par Sertic in-extremis. Sur le corner, Diabaté dégageait le ballon (62e). Les assauts lensois à partir de ce moment se multiplient. Ainsi, Yambéré prend un carton jaune pour une intervention pourtant propre (68e). Sur le coup-franc, Yambéré dégageait en corner. Sur ce dernier, Carrasso captait tranquillement le ballon.

Le tournant du match s'est déroulé à la 72e minute : Sur une action très litigieuse, Planus et Chavarria sont au duel dans les airs et Chavarria semble faire la faute sur le défenseur bordelais. Pourtant,  M. Lesage, l'arbitre du match siffle le pénalty bel et bien inexistant, mettant à l'occasion un carton jaune à Planus. Touzghar transforme de justesse le pénalty, Carrasso ayant plongé du bon côté.

A partir de ce moment-là, le match s'emballe et les lensois multiplient les occasions sur la cage girondine : l'équipe de Sagnol jouant à onze derrière (90e).
Malgré deux énormes occasions de but de la part des sang et or (92e, 93e), les girondins s'imposent dans la douleur, bien que la victoire soit méritée lorsqu'on regarde l'ensemble du match.

Mais l'essentiel est ailleurs, ce soir les joueurs bordelais ont montré à leur entraîneur tout leur soutien, rendant à Sagnol un peu de dignité.