La fin du système Gourvennec ?

Alors qu'il entame sa quatrième saison dans le club costarmoricain, le plan de jeu proposé par le coach Jocelyn Gourvennec semble de moins en moins efficace. Une remise en cause dans un futur proche devrait se produire pour l'EAG qui est désormais dans la zone rouge après quatre journées de championnat.

La fin du système Gourvennec ?
La fin du système Gourvennec ?

Présent à l'En Avant de Guingamp depuis la saison 2010/2011, Jocelyn Gourvennec a fait des débuts fracassants dans le monde professionnel après une première expérience chez les amateurs à la Roche sur Yon en DH. En récupérant le club costarmoricain en National, il a du rebâtir un effectif en difficulté et qui avait soif de revanche après une saison ratée. Une remontée immédiate dès sa première saison grâce à un jeu offensif plaisant, il a su se mettre le public guingampais dans la poche. Et ce à seulement 38 ans ce qui est chose rare dans le foot français.

La saison suivante il poursuit avec les mêmes intensions de jeu pour son équipe et continue à construire son 11 notamment avec des jeunes provenant de la formation comme l'atteste la valeur montante Giannelli Imbula. Un top 10 pour sa première saison en Ligue 2 démontre la montée en puissance du club costarmoricain. L'année suivante, l'objectif est de poursuivre sur cette voie et donc d'améliorer la performance atteinte la précédente saison. Mais l'appétit vient en mangeant et Guingamp parvient à la surprise générale à accrocher l'un des tickets pour l'élite en continuant à étaler l'étendue du jeu attendu par Gourvennec. Un jeu direct basé sur des passes rapides et qui apportent un lot important de centres dans la surface. Grâce à des joueurs qui possèdent les caractéristiques adéquates pour le type de jeu proposé, le jeu guingampais devient un nouveau modèle du genre comme peut l'être celui du FC Lorient avec à sa tête Christian Gourcuff depuis plusieurs années. Un capitaine leader sur le terrain en la personne de Lionel Mathis, des leaders techniques avec Thibaut Giresse ou Giannelli Imbula et enfin un buteur au top de sa forme avec Mustapha Yatabaré. Ce dernier conclue d'ailleurs l'année de l'accession en Ligue 1 en haut du classement des buteurs avec un total impressionnant de 23 buts.

Cette première année dans l'élite se passe bien puisque le club parvient à se maintenir en prenant la 16è place finale. Malgré tout le type de jeu proposé n'est plus le même. Le jeu direct reste mais il passe bien moins au sol et saute davantage le milieu de terrain. Le départ d'Imbula vers l'Olympique de Marseille y est certainement lié. Mustapha Yatabaré réussit pourtant à inscrire 11 buts alors que le total guingampais reste bloqué seulement à 34 buts soit le dix-neuvième ratio en Ligue 1. Faible pour une équipe qui prône le beau jeu. C'est également l'équipe qui doit se procurer le plus d'occasions avant d'inscrire un but. Heureusement son assise défensive grâce au duo Christophe Kerbrat - Jérémy Sorbon lui permet d'engrenger de nombreux points qui font la différence en fin de saison. Cette saison 2013/2014 est mise grandement en valeur grâce à la victoire acquise en Coupe de France. Deux montées et un titre, voici le palmarès acquis sous l'ère Gourvennec pour cette ville de moins de 9000 habitants en seulement trois saisons.

La saison 2014/2015 est donc une année charnière. Généralement la deuxième saison d'un promu est plus difficile à gérer que la première où l'euphorie de la montée peut permettre de réaliser des exploits. Cette année est chargée puisque le club disputera les poules de l'Europa League et devra donc jouer trois matchs par semaine. Seulement le début de saison n'est pas dans la lignée des résultats de la fin de saison. Battu logiquement lors du Trophée des Champions par le PSG après des matchs de préparation décevants, l'EAG n'affiche que trois petits points après quatre matchs de championnat. Une seule victoire acquise dans les dernières secondes face au RC Lens permet aux guingampais de ne pas être encore fanni. De plus ils n'ont inscrit qu'un seul but en cinq rencontres officielles. Dans un état de grâce depuis son arrivée au club, c'est donc pratiquement la première fois que les choix de l'ancien joueur du Stade Rennais sont remis en cause. Les mouvements du mercato ont été importants au cours de l'été avec notamment l'arrivée de trois danois mais aussi du revenant Sylvain Marveaux ou encore plus récemment avec le prêt du Niçois Jérémy Pied. Un effectif qui parait donc plus étoffé que l'année dernière et qui devrait porter ses fruits rapidement.

Le vrai-faux départ de Mustapha Yatabaré vers les Emirats aura aussi donné le doute à Jocelyn Gourvennec puisqu'il n'a toujours pas la certitude de conserver son buteur pour le reste de la saison alors qu'il ne reste plus que quelques heures avant la fin du mercato. L'effectif guingampais se trouve également démuni au milieu de terrain avec la blessure de son dynamiteur Younousse Sankharé et la grave blessure de sa recrue Julien Cardy victime d'une rupture des ligaments croisés lors du Trophée des Champions qui ouvrait la saison. Il n'y a désormais plus que des n°6 avec Lionel Mathis, Mustapha Diallo et Laurent Dos Santos. Difficile donc de faire le lien entre la défense et l'attaque. La difficulté de créer du jeu par le sol est donc davantage présente cette saison que la saison précédente. De plus les latéraux recrutés (Lars Jacobsen et Maxime Baca) ne démontrent pas encore leurs qualités offensives qu'on leur connait et qui seraient bénéfique au jeu offensif guingampais. Malgré ce début de saison difficile et notamment marqué par la dernière défaite 4-0 à Lorient, l'En Avant se trouvait dans une situation similaire l'an passé avec 3 points en quatre matchs et occupait la 18è place. A l'issue de la onzième journée, Guingamp avait remonté la pente et se trouvait dans le top 5. Le coach Gourvennec a du pain sur la planche et devrait y voir plus clair dès la semaine prochaine avec le mercato fini. A eux de réagir dès la semaine prochaine en recevant le leader actuel* les Girondins de Bordeaux d'un autre jeune entraineur, Willy Sagnol.

*Au moment de l'écriture de l'article, la quatrième journée n'est pas totalement disputée.