Une saga frappée Sang et Or (4/38) : Trois points au bout du suspens

Le Racing Club de Lens affrontait le Stade Lavallois au stade Francis Le Basser lors de la 4ème journée de Ligue 2. Les hommes d'Antoine Kombouaré, en supériorité numérique durant plus de la moitié du match, ont fini par s'imposer sur le score de 2-0 avec des buts de Yahia et de Salli dans les dix dernières minutes.

Une saga frappée Sang et Or (4/38) : Trois points au bout du suspens
La joie d'Alaeddine Yahia après le premier but lensois. (Crédit photo : rclens.fr)
Stade Lavallois
0 2
RC Lens
Stade Lavallois: Vanhamel, Perrot, Belaud, Rippert (Militosyan, min. 87), Couturier, Gonçalves (c) (Baby, min. 59), Adeoti, Alla, Robic, Bekamenga, Diallo (Ben Djemia, min. 39).
RC Lens: Aréola, Gbamin, Yahia, Kantari, Baal, Le Moigne (c), Cyprien (Salli, min. 62), Chavarria, N'Diaye (Nomenjanahary, min. 78), Touzghar (Coulibaly, min. 83), Ljuboja.
SCORE: 0-1, min. 84, Yahia. 0-2, min. 92, Salli.
ARBITRE: M. Florent Batta. Cartons rouges : Couturier (min. 39), Belaud (min. 55). Cartons jaunes : Chavarria (min. 27), Rippert (min. 45), Salli (min. 63), Baal (min. 66), Yahia (min. 72).
ÈVÉNEMENTS: 4ème Journée de Ligue 2 au Stade Francis-Le-Basser.

Le contraste entre le début de championnat du RC Lens et celui du Stade Lavallois est saisissant. Avant ce match, les Sang et Or, toujours invaincus en match officiel cette saison, comptaient 7 points au compteur et étaient classés à la 7ème place après ses deux victoire et son nul à Dijon. Les Lavallois, quant à eux, ont perdu leurs trois premiers match de Ligue 2 cette saison en encaissant systématiquement un but dans le temps additionnel, ce face à des équipes visant la montée. Malheureusement pour le Stade Lavallois c'est également le cas des Lensois qui ne cachent pas leur objectif de remonter en Ligue 1. Si on ajoute à cela cette statistique : le Stade Lavallois n'a jamais remporté un match avec Monsieur Florent Batta à l'arbitrage (5 défaites et 3 nuls en 8 matchs), il est difficile d'imaginer une victoire du Stade Lavallois face au Racing Club de Lens, qui part favori.

Une bonne entame de match lensoise

Les consignes du coach lensois Antoine Kombouaré étaient claires, il ne fallait pas laisser la confiance s’installer chez les Lavallois, les joueurs lensois ont bien répondu à ses consignes en mettant en place un pressing offensif très important durant le premier quart d’heure du match. En effet les premiers coups francs et corners dangereux sont pour le RC Lens et le Stade Lavallois n’arrive pas à rester dans la moitié de terrain lensoise malgré un fort vent en direction des cages lensoises d’Aréola en première mi-temps. La première grosse occasion du match est à mettre à l’actif du serbe Danijel Ljuboja, l’avant-centre du RC Lens trouve la barre transversale alors qu’il avait été superbement bien lancé en profondeur par Yoann Touzghar (14’). Ce dernier s’illustre deux minutes plus tard, cette fois c’est lui qui est bien lancé en profondeur mais qui n’arrive pas à enrouler assez son ballon qui file du mauvais côté du poteau de Vanhamel, le portier lavallois (16'). 

Une fin de première mi-temps qui fait débat

Très rapidement le match devient plus serré entre les deux équipes qui vont d'un but à l'autre avec des lavallois tout aussi dangereux, à l'image de Robic qui après avoir crocheté Gbamin, tente une frappe croisée aux 16 mètres qui passe au ras du poteau et Alphonse Aréola paraissait battu (20'). Quelques minutes plus tard, après un corner bien tiré côté lavallois, le défenseur Malik Couturier remet la balle de la tête pour une déviation de Bekamenga qui voit malheureusement son ballon frapper la barre transversale lensoise (32'). On se dit alors que les Lavallois ont quelque chose à faire dans ce match, qu'ils peuvent ouvrir le score mais c'est sans compter sur le fait de jeu de la 36ème minute : les lensois sont à l'attaque, et Touzghar est bien lancé en profondeur et semble partir au duel avec le gardien lavallois mais le défenseur Malik Couturier le ceinture, pour l'arbitre central Monsieur Florent Batta, il n'y a pas de doute, c'est une occasion de but anéantie et le défenseur lavallois récolte le premier carton rouge de ce match. Les Lavallois, frustrés, ne comprennent pas la décision de l'arbitre et ressentent une certaine injustice vis-à-vis de cette décision. Toujours est-il qu'à la mi-temps, les deux équipes ne se départagent toujours pas.

Yahia libère les Sang et Or

Au retour des vestiaires, les Lavallois sont révoltés et bien plus accrocheurs dans les duels, les Lensois semblent avoir peur de perdre en supériorité numérique et n'arrivent donc pas à produire le jeu prôné par Antoine Kombouaré, et ce même après la deuxième expulsion lavalloise à la 55ème minute. Bellaud reçoit un carton rouge direct après un tacle trop appuyé sur Cyprien les deux pied décollés. Pour les Lavallois et leurs supporters, les décisions de l'arbitre sont dures à digérer mais les joueurs sur le terrain n'ont pas d'autres choix que de garder ce point du match nul et plus les minutes passent, plus les Lensois ont du mal à s'approcher des cages lavalloises. Il faudra attendre les 10 dernière minutes pour voir des Lensois actifs, en mouvement après les entrées de Salli, Nomenjanahary et Coulibaly. Sur un deuxième corner consécutif, les Sang et Or arrivent finalement à trouver la faille avec leur buteur opportuniste Alaeddine Yahia qui se détend au point de penalty et qui marque d'une tête piquée sur laquelle le portier adverse ne peut rien faire (85'). Avant cela, les deux équipes n'osaient plus aller au combat physiquement à la suite des choix douteux de l'arbitre Florent Batta, peu importe envers quelle équipe la faute profitait. Après le but de Yahia, les Lavallois craquent et encaissent un nouveau but dans les arrêts de jeu après un bon centre de Coulibaly que reprend Salli du droit pour tromper Mike Vanhamel, le camerounais profite d'une belle feinte de Ljuboja pour ouvrir son compteur cette saison en Ligue 2. Grâce à cette victoire, le Racing Club de Lens se hisse en tête de la Ligue 2, et ils comptent bien y rester le plus longtemps possible.