Une saga frappée Sang et Or (5/38) : Une victoire pour rebondir

Le Racing Club de Lens s'offre une quatrième victoire en cinq matchs face à Troyes (1-0) et conserve son fauteuil de leader. Adamo Coulibaly à joué le rôle du libérateur.

Une saga frappée Sang et Or (5/38) : Une victoire pour rebondir
RC Lens
1 0
ESTAC Troyes
RC Lens: Aréola; Landre, Kantari, Yahia, Baal; Le Moigne, Cyprien, Chavarria, Nomenjanahary (N'Diaye, 65e); Coulibaly (Gbamin, 71e), Ljuboja (Salli, 89e)
ESTAC Troyes: Petric; Lacour (Camara, 77e), Colin, Jarjat, N'Diaye; Carole, Darbion, Nivet, Othon; Gimbert (Jean, 65e), Court (Cabot, 69e)
SCORE: 1-0, Coulibaly (58e)
ARBITRE: M. Alexandre CASTRO Cartons jaunes : Yahia, Le Moigne pour Lens ; N'Diaye, Darbion pour Troyes

Bollaert a fait la moue ce mercredi. Battus quatre buts à trois par le promu, l'US Créteil, au deuxième tour de la Coupe de la Ligue, le public et les joueurs comptent rebondir dès ce vendredi en accueillant l'ESTAC, situé à trois points de la position de leader détenue par l'équipe d'Antoine Kombouaré.

Une première mi-temps équilibrée

Ce sont les joueurs de l'Aube qui vont se montrer les plus dangereux dans ce début de partie. Benjamin Nivet botte un coup franc capté par Aréola qui effectue une belle parade (5e). Les Troyens comptent bien poser leur jeu et donnent du fil à retordre aux Sang et Or. Ces derniers qui vont attendre le quart d'heure de jeu avant de se créer une première occasion. Wylan Cyprien déclenche un frappe de 25 mètres détournée par Petric. Lalaina Nomenjanahary reprend et voit sa frappe déviée par le gardien de l'ESTAC avant que l'arbitre ne signale une position de hors-jeu (16e).

La suite du premier acte voit les deux équipes proposer du beau football et aucun temps mort n'est à constater. Pablo Chavarria profite d'une talonnade de Couliably mais emmène trop loin son ballon (20e). Puis vient la grosse action Lensois de la période. Danijel Ljuboja est en duel avec un défenseur troyen. Il se défait du marquage et envoie un missile qui vient s'écraser sur la barre transversale (24e). L'arbitre siffle cependant une faute de l'attaquant serbe alors qu'au ralenti, aucun contact n'est à déplorer.

Les joueurs de Jean-Marc Furlan auront leurs occasions d'ouvrir le score : deux duels, un de Guillaume Lacour qui se voit contrer par Alaeddine Yahia, un second signé Quentin Othon perdu à nouveau. L'entraîneur troyen s'en mord les doigts et espère ne pas le regretter.

L'arbitre siffle la mi-temps et renvoie deux équipes joueuses et qui offrent du beau jeu. Une seule chose manque : les buts.

Ljuboja, l'homme providentiel

Le deuxième mi-temps est beaucoup moins plaisante que la première : les imprécisions se font sentir d'un côté comme de l'autre. Jusqu'a la 58ème minute. Danijel Ljuboja récupère un ballon puis se joue de son défenseur direct. Il envoie un centre deposé au millimètre sur la tête d'Adamo Coulibaly, qui trompe Slovan Petric et réveille Bollaert. Le meilleur buteur du championnat hongrois la saison passée inscrit son premier but sous ses nouvelles couleurs et profite d'un super service du Serbe.

La suite du match verra le bloc Sang et Or contenir tous les efforts troyens, imprécis pendant toute la seconde période mis à part en fin de match. Stéphane Darbion tout d'abord s'inflitre dans la surface et glisse un ballon taclé par Yahia pour soulager sa défense (91e). Puis Benjamin Nivet oblige Alphonser Aréola à se détendre une nouvelle fois sur un coup-franc qui cherchait la lucarne (94e). Le dernier corner ne donnera rien et Lens s'impose pour la troisième fois en trois matchs à Bolleart.

Cette victoire garantit aux Lensois la première place du championnat à égalité avec Angers (13 points). La seule mauvaise nouvelle est cependant la blessure de Lalaina Nomenjanahary, touché au genou et remplacé tout de suite par Démé N'Diaye. Quoi qu'il en soit, le Racing a vité oublié la défaite subie face à Créteil et reste dans un fauteuil de leader qui semble lui convenir.