Avec un 4-3-3 Lille ne sera plus à l’Ouest

Après avoir presque accompli un miracle (sauver Sochaux), et après avoir enfin fait des Eléphants les champions d’Afrique, Hervé Renard arrive sur le banc de Lille. Pour y réussir, mettre en place un 4-3-3 ne serait pas une mauvaise idée, voici pourquoi…

Avec un 4-3-3 Lille ne sera plus à l’Ouest
Le coach savoyard montera dans le Nord en fin de saison

Rétablir la sérénité en défense centrale

Sous l’ère René Girard, les Lillois ont d’abord encaissé 26 petits buts en Ligue 1 en 2013-2014. Cette saison les Dogues en ont déjà pris 41, à une journée de la fin, soit une augmentation de plus de 50%. Pourtant, les joueurs défensifs sont restés les mêmes. Marco Basa et Simon Kjaer sont restés titulaires en défense centrale. Mais on constate que sur de nombreux buts, l’alignement de la charnière n’était pas parfait. De plus le système de Girard (4-4-2 losange, très axial) obligeait souvent les latéraux à défendre à 1 contre 2. Un défenseur central devait alors se décaler, et le surnombre adverse était déplacé vers l’axe. Le 4-3-3, s’il est installé par Renard, devrait permettre aux centraux de se focaliser sur leur tâche, et de garder leur alignement. Kjaer pourrait être amené à partir mais Rozenhal, expérimenté, et Pavard, talentueux, devraient savoir tenir ce rôle. Adama Soumaoro, prometteur, ne demande lui qu’à confirmer.

Redonner aux latéraux lillois une dimension offensive

Encore une fois le losange de Girard ne permettait pas aux latéraux de monter, car aucun milieu n’était alors assez proche pour les remplacer sur leur côté. Le 4-3-3, avec deux purs ailiers, permettrait aux Lillois de faire participer les défenseurs de couloirs aux tâches offensives. D’autant plus que les joueurs concernés, à savoir Corchia et Sidibé (et Béria dans une moindre mesure), ne manquent absolument pas de qualités offensives, peu exploitées par Girard.

Reconquérir le milieu de terrain

Ne savant pas où se placer, parfois un peu perdus, les milieux de terrain lillois se sont trop souvent marchés sur les pieds cette saison. Si Gueye devrait partir, d’autres joueurs comme Traore, Balmont, Delaplace, ou Lopes (si son prêt est reconduit), pourraient évoluer positivement. Les équipes de Renard, Sochaux puis la Côte-d’Ivoire, ont été métamorphosées en milieu de terrain, au cœur du jeu. Marvin Martin, bientôt de retour de blessure, confirmera peut-être enfin les espoirs placés en lui à son arrivée. Sur les rares matchs qu’il a disputés cette saison, on pouvait déjà noter quelques progrès, et une volonté plus nette de distribuer de bonnes passes et de diriger les actions.

Rapporter de la fougue aux ailiers

Le jeu lillois, sous Rudi Garcia, passait toujours par les ailes. Sofiane Boufal semble parfaitement correspondre au profil d’un ailier. Le système de Girard, sans personne sur les côtés en attaque, ne permettait pas d’étirer le jeu. Le LOSC s’est ainsi souvent cassé les dents sur des petites équipes jouant le nul. Passer par les ailes lui aurait permis de trouver la solution pour contourner des blocs bien en place. Diaby, de retour de prêt en janvier mais très peu utilisé, exprime lui aussi son intention de jouer sur les ailes. Sa vitesse serait alors mise à profit pour la formation lilloise. Avec Boufal de l’autre côté, le danger pourrait venir de partout.

Remettre les attaquants en confiance

Dans un 4-3-3, l’idéal est d’avoir en pointe un attaquant pouvant jouer en pivot. Si le transfert de Jordan Ayew de Lorient à Lille se confirme, ce sera là une excellente recrue pour mettre en place ce 4-3-3. Son jeu dos au but pourrait permettre aux ailiers d’être lancés en profondeur, et à Boufal de partir dans ses dribbles. Comme il l’a montré à Sochaux puis à Lorient, Ayew possède de grandes qualités de finisseur et un excellent jeu de tête. A la réception de centres de Boufal, par exemple, il pourrait devenir un véritable danger devant le but adverse.