Une saison à Pierre-Mauroy: les notes de Lille-PSG (J1)

Avec un effectif renouvelé à tous les étages, le LOSC débutait sa saison face au triple champion en titre, l'inusable et intouchable Paris Saint - Germain. Toutefois, bien que le club de la capitale soit reparti avec trois points de ce déplacement, tout ne s'est pas passé comme prévu, les Parisiens ayant évolué durant plus d'une heure en infériorité numérique, la faute à un Rabiot maladroit. Voici donc les notes attribuées aux titulaires de cette rencontre, des inefficaces locaux aux courageux visiteurs.

Une saison à Pierre-Mauroy: les notes de Lille-PSG (J1)
Duel accroché entre Civelli et Pastore, à l'image d'une rencontre tendue
Lille
0 1
PSG

Lille:

Vincent Enyeama : 6 / 10.

Rassurant dans ses prises de balle aériennes, sur les centres d'Aurier ou les corners de Lucas, il n'a cependant rien pu faire sur le but de ce dernier, lancé en profondeur, et qui aurait même pu transmettre à un Cavani lâché par la défense. Frustrant.

Benjamin Pavard : 6 / 10.

Pas vraiment à son avantage offensivement, il a compensé par une présence défensive intéressante au devant de Maxwell, avant d'être replacé en défense centrale, où il n'a pas fait le poids, mais tout de même empêché un second but en toute fin de rencontre en contrant une frappe de Cavani.

Renato Civelli : 5,5 / 10.

Pataud, maladroit, il a trop souvent été pris de vitesse dans le dos, ses adversaires profitant de ses quelques montées hasardeuses au niveau du rond central. Il a tout de même sauvé son équipe de certaines situations difficiles grâce à un impact physique fort utile pour faire face à Cavani.

Ibrahim Amadou : 6 / 10.

Pour sa première rencontre officielle avec le LOC, il avait pour mission de contrer les courses intérieures de Lucas, rien que ça. Et c'est ce qu'il a fait, s'interposant avec justesse à plusieurs reprises, et usant de sa détente pour écarter de nombreuses transversales axiales.

Remplacé à la pause par un Mendes entreprenant sur son aile droite, mais limité face à un Maxwell aussi présent.

Djibril Sidibé : 4 / 10.

Une prestation trop faible à ce niveau, en particulier face à un Serge Aurier survolté, auquel il a laissé beaucoup trop d'espace, surtout en première période. Sa naturelle puissance ne lui aura été que d'une faible utilité, du fait qu'il ait négligé l'intervention au profit de la relance.

Florent Balmont : 6,5 / 10.

Toujours aussi coriace, l'expérimenté milieu a donné du fil à retordre au trio adverse de l'entrejeu. Sa capacité à frapper de loin aurait pu être mise à profit s'il avait fait preuve d'un peu moins de timidité en certaines occasions.

Rio Mavuba : 6,5 / 10.

L'insubmersible capitaine des Dogues a tenu la baraque, soulageant sa défense d'un fardeau qui aurait pu être bien plus lourd, et obligeant ainsi ses opposants à passer par les ailes.

Remplacé à vingt minutes de la fin par un Mounir Obbadi soucieux de bien faire, mais encore à court physiquement.

Sébastien Corchia, 6,5 / 10.

Trop discret avant la pause, trop sollicité après celle - ci, il a vécu une rencontre à deux visages. Auteur de multiples centres durant le dernier quart d'heure, l'omniprésence de Maxwell ne lui aura malheureusement pas facilité la tâche.

Sofiane Boufal : 5,5 / 10.

Habituel dynamiteur, ses percées auront, une fois n'est pas coutume, été vaines, tant la charnière Silva - Luiz aura usé de sa complémentarité afin de déjouer ses plans, en jouant énormément sur l'impact physique, qui n'est pas le point fort de Boufal.

Eric Bauthéac : 7 / 10.

Désireux de se montrer pour sa première à Pierre - Mauroy, il a rayonné tant offensivement que défensivement, donnant du fil à retordre à un Pastore inhabituellement terne, mais n'étant pas en mesure de prendre le dessus de manière permanente sur Serge Aurier.

Sehrou Guirassy : 5,5 / 10.

Sans complexe face à l'une des meilleures charnières de la planète, il a fait de son mieux pour peser dans les duels, tout en pressant sans relâche. Toutefois, quasiment rien à se mettre sous la dent, et une première globalement insignifiante car trop peu fournie.

Remplacé à l'heure de jeu par Junior Tallo, qui n'a su faire mieux que son coéquipier, malgré un physique tout aussi avantageux.

Paris:

Kevin Trapp : 6,5 / 10.

Comment noter un gardien dont la seule prise de balle notable intervient sur un tir désespéré et manquant cruellement de puissance ? Voyons le verre à moitié plein, et considérons que cette seule occasion de se montrer restera comme une réussite.

Serge Aurier : 8 / 10.

Meilleur joueur de cette rencontre, le latéral droit est en train de s'affirmer à son poste, et d'écraser la concurrence que représentent Van der Wiel et Marquinhos. Toujours dans les bons coups, souvent pris pour cible par ses adversaires (touché au genou droit, puis à la tête), il a tenu sa place et fait parler sa puissance, combinée à une vitesse de pointe affolante.

Thiago Silva : 7 / 10.

"Le Monstre" est bel et bien de retour. Solide comme un roc, incisif dans ses interventions, aussi bien au sol que dans les airs, il a tenu la baraque face aux nombreux centres adverses, en particulier en toute fin de rencontre, alors que les Lillois poussaient pour égaliser.

David Luiz : 6,5 / 10.

Permutant souvent avec Rabiot entre défenseur central et sentinelle, jusqu'à l'expulsion de son coéquipier, il  su mettre de côté ses velléités offensives afin de protéger l'avantage de son équipe.

Maxwell : 7 / 10.

Lucas Digne peut se faire du souci, car Maxwell n'est pas prêt de raccrocher les crampons. Encore sur une autre planète face à Lille, il a démontré qu'il savait toujours se hisser au niveau demandé. Coupant les trajectoires avec discipline et attention, il a éteint Corchia, avant de faire en sorte d'éclipser Mendes après la pause.

Adrien Rabiot : 3 / 10.

La saison risque d'être longue pour le jeune espoir du PSG, expulsé après avoir reçu deux cartons jaunes en moins d'une demi - heure, et contraint de quitter ses partenaires. Deux erreurs stupide, qui seront désormais impardonnables s'il veut gagner du temps de jeu.

 Marco Verratti : 6,5 / 10.

Toujours aussi spectaculaire, incroyablement à l'aise sur le terrain, infatigable à la récupération, Verratti semblait en avoir encore sous le pied, mais son entraîneur en a décidé autrement.

En effet, Blanc le fit sortir au profit de Benjamin Stambouli, à un quart d'heure de la fin. Celui - ci a donné tout ce qu'il avait, afin de préserver l'avantage de son équipe.

Blaise Matuidi : 7 / 10.

Trois poumons, peut - être quatre. Voici la conclusion qui correspondrait à la prestation de Matuidi, capable de courir de part et d'autre du terrain, de répéter ses efforts, de récupérer, relancer, lancer une contre - attaque, et toutes sortes de choses qui ne peuvent être, en temps normal, accomplies dans le même temps.

Lucas : 7 / 10.

Unique buteur de cette rencontre, le Brésilien n'a eu de cesse de harceler ses pendants durant toute la rencontre, afin de s'imposer sur son aile. Toujours prêt à lancer un sprint soudain et imprévisible, à participer à la récupération ou délivrer une passe dans la profondeur, il a rempli son rôle de créateur d'espaces.

Remplacé par Jean - Kévin Augustin dans le temps additionnel. Celui - ci a failli trouver le temps d'ouvrir son compteur, mais a été repris par la patrouille.

Javier Pastore : 5,5 / 10.

Transparent, l'Argentin n'a su trouver la formule pour faire craquer la défense locale, et a semblé bien loin de son niveau de l'an passé. Imprécis dans ses transmissions, il n'a pu accélérer le rythme, ce qui a contraint son entraîneur à le sortir à la pause, au profit de Motta.

Celui - ci a humilié les Lillois à plusieurs reprises, répétant des successions de dribbles parfaitement exécutés, le tout en marchant.

Edinson Cavani : 7 / 10.

Toujours aussi généreux dans l'effort, Cavani n'a su marquer en l'absence d'Ibrahimovic, mais a tout de même témoigné d'une véritable volonté de poursuivre l'aventure avec le club de la capitale. Très disponible, ses coéquipiers ont malheureusement eu du mal à le trouver.