FC Lorient, une mobilisation qui porte ses fruits

Le FC Lorient a enfin brisé sa série de mauvaises performances. Si l'équipe sur le terrain a bien réussi son match, avec une belle première mi-temps, la mobilisation des acteurs sur le terrain n'a pas été la seule.

FC Lorient, une mobilisation qui porte ses fruits
Raphaël Guerreiro, l'homme du moment. Crédit : Ouest-France
Lorient
1 0
Lens
Lorient: Lecomte, Kone, Le Goff, Gassama, Wachter, Mostefa, Jouffre, Guerreiro, Mesloub, Ayew, Lavigne
Lens: Riou, Cavare, Kantari, Landre, Baal, Valdivia, Nomenjanahary, Bourigeaud, Chavarria, Guillaume, Cyprien
SCORE: 1-0, min 21, Guerreiro

Si le match ne commençait qu'à 20 heures, quelques centaines de supporters étaient devant le stade bien avant le début des hostilités. En effet, sous l'impulsion des Merlus Ultras 1995 (groupe du FC Lorient), une mobilisation générale s'est organisée, de manière à montrer la solidarité envers les joueurs et envers l'entraîneur, Sylvain Ripoll, acclamé par de nombreux chants. Alors que le cortège ne faisait que débuter, le bus des lensois est tout d'abord arrivé. Loin des amabilités, ce sont des sifflets et quelques insultes qui ont été constatées, avant l'explosion.

A l'arrivée du bus lorientais, le groupe de plus ou moins 300 personnes a commencé à craquer de nombreux fumigènes (photographies ci-dessous), encourageant les joueurs à ne rien lâcher, et soutenant Sylvain Ripoll. Sur une bâche, une petite phrase de soutien, dans les bouches, des chants incitant à continuer, et que quoi qu'il arrive, les supporters seront toujours là. Belle initiative donc, avec aucun incident à déplorer, tout s'étant déroulé dans le calme, et la passion. 

Après cette belle manifestation, les hostilités ont commencé. Dans un match de bas de tableau, on pouvait imaginer que la qualité de jeu allait être faible, et le tempo très lent. Que nenni, les lorientais ont dès le début, grâce à un Walid Mesloub exceptionnel, à créer des brèches en jouant un football attrayant, trop peu aperçu lors des premières journées de championnat, et si intéressant à voir. Du jeu à une touche de balle, et des redoublements de passes ont permis à Valentin Lavigne, dès le tout début de la rencontre, de buter de la tête sur un Rudy Riou, excellent. 

Ensuite, le malheureux de la rencontre a certainement été Valentin Lavigne. Arrivé à maturité cette saison, Lavigne n'a pas été épargné par le tacle aussi dangereux qu'inutile de Loïk Landre sur le côté droit, avec les pieds décollés. Evidemment, un geste sanctionné d'un carton rouge par M.Delerue, bien conseillé par son assistant, qui était le seul à avoir vu ce tacle très dangereux. Selon certaines informations, le meilleur buteur lorientais souffrirait des ligaments internes du genou. Acclamé par le stade du Moustoir, le "chouchou" du public sera sûrement absent plusieurs mois. 

Dans une première mi-temps pleine de rythme, et où les Lensois n'ont quasiment pas existé, c'est un éclair de génie collectif qui a montré que les maux lorientais commençaient à se guérir. Dans une action collective de toute beauté, une talonnade de Jordan Ayew (peu en vue ce soir), l'inspiration géniale de Walid Mesloub, celle de laisser la balle à Raphaël Guerreiro a été décisive. Le franco-portugais n'a eu ensuite qu'à fusiller un Riou à bout portant qui ne pouvait rien faire. Semaine magique pour Guerreiro, en plus d'avoir connu sa première titularisation avec le Portugal, et un premier but contre l'Argentine de Lionel Messi, il a réussi à offrir à son club le but décisif et salvateur. Probablement un cap franchi par celui qui a toutes les qualités pour devenir l'un des meilleurs à son poste. Espérons seulement pour les fans du FC Lorient qu'ils pourront le voir jouer après janvier. 

En deuxième mi-temps, le match a été un peu plus ennuyeux. Bien que présents à quelques reprises dans la surface lorientaise, les Lensois n'ont jamais été réellement dangereux, Yoann Wachter et Lamine Koné étant impeccables et n'ayant commis aucune erreur. L'attraction de la deuxième mi-temps aura surtout été Jordan Ayew. Acheté cet été en substitut de Vincent Aboubakar, le Ghanéen a été trop peu inspiré et a manqué de spontanéité, surtout dans le dernier geste. Bien que décisif sur le premier but, il a raté tellement d'occasions qu'il a été sifflé par une partie du public lorientais. Son montant, très important pour un club comme le FC Lorient (quatre millions d'euros), est incompris par une poignée de supporters qui a décidé de le siffler, geste évidemment stupide. Pourtant, il avait propulsé le ballon au fond des filets sur une belle passe de Yann Jouffre, mais il était hors-jeu. Les dieux ne semblaient pas aujourd'hui en sa faveur, alors qu'il semblait montrer des signes positifs lors de ses dernières prestations. 

Au final, quand Amaury Delerue a sifflé le coup de sifflet final, les lorientais ont été soulagé, dans une rencontre où malgré 25 tirs tentés, seulement un ballon aura été envoyé dans les buts d'un Riou impeccable. Des Lensois, trop faibles dans l'organisation tactique et vite réduits à dix n'ont pas été très inspirés. Vites passés dans un 4-4-1 laissant peu de place à la maîtrise du ballon, ils ont été mangés par un Walid Mesloub étincelant et exceptionnel. Libérés par un Raphaël Guerreiro très en forme en ce moment, les lorientais sont maintenant sortis de la zone de relégation. Si les maux en terme de qualité de jeu semblent guéris, le remplaçant d'Aboubakar n'est toujours pas présent. Sylvain Ripoll, qui a "remercié les supporters" pour la mobilisation, a dû aussi apprécier celle de ses joueurs, et peut dormir tranquillement ce soir.