OM - OL : Un choc sous tension qui se conclue par un match nul

L'olympique de Marseille accueillait ce soir, l'olympique lyonnais pour ce choc des olympiques. Un match qui s'annonçait sous haute tension tant en terme de rivalité que de résultat. Valbuena revenait au Vélodrome, Paris et Monaco avaient réalisés une contre performance, les nombreuses prises de becs des présidents. Le match était au delà de nos espérances, du moins en tribunes.

OM - OL : Un choc sous tension qui se conclue par un match nul
Les supporters marseillais répondent à Valbuena - @TotalFoot_
Olympique de Marseille
1 1
Olympique Lyonnais
Olympique de Marseille: Mandanda (c) - Manquillo, Nkoulou, Rekik, Mendy - Diarra - SIlva, Barrada - Alessandrini, Batshuayi, Cabella
Olympique Lyonnais: Lopes, Jallet, Bisevac, Umtiti, Bedimo, Gonalons, Darder, Tolisso, Valbuena, Lacazette, Beauvue
SCORE: 0-1 (Lacazette, 24'), 1-1 (Rekik, 68')
ARBITRE: Ruddy Buquet, Carton rouge pour Alessandrini (44')
ÈVÉNEMENTS: Ligue 1

L'olympique de Marseille, auteur d'un début de saison cauchemardesque, a su relever la tête depuis ce début de mois de septembre et affiche une bonne forme et un état d'esprit irréprochable. A l'inverse de l'équipe lyonnaise qui a du mal à enchaîner en ce moment. Elle reste sur deux matchs nuls en une semaine. Le choc s'annonçait donc tendu! 

Hubert Fournier avait décidé de titulariser Sergi Darder le nouveau milieu de terrain de l'Ol à la place de Jordan Ferri, il connaissait ce soir sa première titularisation en Ligue 1. Bisevac et Umtiti étaient alignés en défense centrale pour combler l'absence de Mapou Yanga M'Biwa. C'est le trio Valbuena, Beauvue, Lacazette qui était aligné en attaque. 

Du côté de l'olympique de Marseille, O'campos était absent, Alessandrini, Batshuayi et Cabella étaient titularisés par Michel comme lors des dernières rencontres. En défense centrale N'koulou et Rekik était associés. Au milieu de terrain Lass ou encore Silva étaient de la partie, une équipe de Marseille remaniée qui a su faire face aux nombreux départs.

Un retour mouvementé pour Mathieu Valbuena

L'ancien marseillais qui a passé huit saison du côté de la Canebière, s'est engagé cet été à l'olympique lyonnais après un passage éclair d'une saison dans le championnat russe.

Auteur de belles saisons et d'un des joueurs les plus constants, l'ancien marseillais pensait recevoir le retour qu'il méritait à Marseille, c'était sans compter sur des supporters rancuniens. Le joueur avait déclaré recemment qu'il n'estimait pas être un traître car il avait tout donné pour le club marseillais, l'avait respecté même s'il s'était engagé pour un autre club français. Un autre club français n'est pas un problème en soi sauf quand il s'agit d'un rival. Même si les grands rivaux sont Paris et Marseille, les marseillais et les lyonnais ne s'apprécient pas non plus, et sont souvent en rivalité notamment en terme de classement, ce choc s'annonce toujours chaud bouillant et très attendu.

Valbuena avait même déclaré en conférence de presse, qu'il était persuadé que les vrais Marseillais ne le siffleront pas a donc connu des retrouvailles difficiles puisque banderoles, chants, sifflets projectiles ou encore poupée vaudou à son efigie étaient présents au vélodrome pour l'accueillir. Une banderole était claire : "Les vrais marseillais ne jouent qu'à l'OM, tu n'es qu'un traître". Le nouveau joueur lyonnais a eu la force mentale pour passer outre et déployer son jeu comme à son habitude.

Une première mi-temps à l'avantage de l'OL

Le début de match était mal parti pour les lyonnais, les marseillais conservait le ballon et surtout, Bedimo se claque et doit céder sa place dès la 18ème minute, remplacé par Morel. C'est le 8eme blessé pour l'OL actuellement à linfirmerie ce qui commence à faire lourd pour une équipe qui dispute des matchs tous les trois jours.
 

L'OM avait pourtant bien débuté son match en posant le pied sur le ballon mais les marseillais ont vite perdus le fil et ont commis des fautes assassines sur Valbuena. A la 20ème minute, Rekik commet une grosse faute sur le lyonnais, il écope d'un jaune orangé, les marseillais sont très agressifs.

Lacazette qui n'avait pas encore marqué en Ligue 1 avait un point sur le dos, les critiques fusaient surtout depuis mercredi où il a raté un pénalty en Ligue des Champions face à la Gantoise. Le lyonnais devait donc inverser la tendance et ouvrir son compteur but pour officiellement lancer sa saison! C'est à la 24ème minute qu'il obtient un pénalty face à Mandanda qui sort dans ses pieds, bien que le pénalty est discutable il y'a bel et bien contact entre le joueur et le gardien marseillais. C'est donc Lacazette qui se présente pour tirer ce pénalty ô combien important ! Il ne bronche pas et le tire parfaitement, l'attaquant est rela^ché et célèbre ce but avec son banc sans oublier une poignée de mains avec son entraineur. Le score est donc de 0-1 pour l'OL à la 25ème minute.

A la 44ème minute, c'est Alessandrini qui fait les frais de l'agressivité marseillaise puisqu'il est exclu pour un gros tacle sur Valbuena. Le 3ème sur cette première mi-temps. Les joueurs de Michel devront donc passer les 45 prochaines minutes à 10 contre 11, menés 1-0 et dominés, une mission qui s'annonce difficile. Mais cétait sans compter sur l'équipe d'Hubert Fournier qui a du mal à tenur un score surtout en supériorité numérique. Les lyonnais en ont fait les frais mercredi, ils arrivent même mieux à jouer à 11 - 11. 

Des incidents et deux arrêts de match temporaires

La deuxième mi-temps avait repris, N'koudou avait remplacé cabella peu en vue, les marseillais remettaient le pied sur le ballon, avec des occasions franches. Mais tout a basculé à la 60ème minute de cet Olympico. Les supporters marseillais qui avaient déjà fait parler d'eux en déplacement jeudi en Europa League après avoir saccagé un bar ont récidivé cette fois-ci en tribune et à la maison. Des jets de projectiles ont atteint la surface de réparation lyonnaise, le portier lyonnais Anthony Lopes a reçu des bouteilles en verre. L'arbitre de la rencontre Ruddy Buquet décide donc d'interrompre le match et de renvoyer les 22 acteurs au vestaire.

Le match a finalement repris après une longue coupure de 23 minutes. Il restait donc une bonne treintaine de minutes à disputer dans cette rencontre sous haute tension. Mais cette longue pause a déboussoulé les lyonnais, plus du tout dans le match, spectateurs et manquant cruellement d'envie. Les marseillais dominaient totalement le ballon et se crééaient des occasions. C'est donc sans surprise que Rekik a égalisé de la tête suite à un corner de Barrada à la 6!ème minute de la rencontre. 

C'est Valbuena qui aurait pu plier cette rencontre en fin de match à plusieurs reprises, mais le lyonnais n'a pas réussi à trouver le cadre. le score en restera donc là et les deux olympiques empochent chacune un point ne profitant pas du match nul du PSG ou encore de la défaite de Monaco face à Lorient. Les lyonnais sont 7ème au classement alors que les marseillais remontent à la 12ème place. Les deux équipes rejoueront dès mercredi lors d'une nouvelle journée de Ligue 1. 

L'OL affrontera Bastia à domicile, mercredi à 19h alors que Marseille se déplacera à Toulouse à 21h. 

Les présidents se lancent des pics aux micros de Canal +

La guerre Aulas - Labrune est toujours d'actualité, les présidents ne se font jamais de cadeaux, ce soir encore devant les caméras, le show d'après match était assuré.

Dès l'interruption du match, Vincent Labrune s'était plaint aux micros de Canal+ sur l'arbitrage du match à l'avantage des lyonnais. Il estimait l'ambiance au Vélodrome fantastique et les jets de projectiles presque normal et avec le sourire.

" Il y a des situations des fois dans la vie, on sait pas si on doit en rire ou en pleurer. Il y a un stade formidable, une ambiance formidable. Et il y a eu malheureusement des faits de jeu qui ont conduit à un ou deux dérapages, c'est vrai, pour deux, trois bouteilles de bière". L'OM prendra ses reponsabilités, Tout le monde doit prendre ses responsabilités. La fédération, la direction de l'arbitrage et l'OL aussi."

Le président lyonnais lui, pensait que le match n'allait pas reprendre et que le score était acquis. Car en cas de match arrêté c'est l'OL qui empochait les 3 points puisque l'équipe rhodanienne menait 1-0. Le président apparaissait déçu et énervé:  "On est dans un exercice de non-droit du football, il faut vite y mettre un terme, ou alors c'est pas la peine d'investir autant qu'on le fait dans les stades et dans les joueurs, parce qu'ici, c'est injouable."

Les deux présidents qui s'étaient déjà chauffés ont récidivés en fin de rencontre aux micros de Paganelli. Vincent Labrune s'est exprimé en premier, il en a profité pour critiqué l'arbitrage et taclé l'OL et régler ses comptes.

Labrune : "L'OM a une équipe de gladiateurs. Je veux féliciter mon coach et tous mes joueurs. On n'est pas aidé par les circonstances arbitrales. Factuellement c'est toujours dans le même sens il va falloir prendre des décisions. Il y a des équipes qui jouent plus souvent à 11 contre 10 et qui ont plus de penalty que d'autres. C'est le cas de Lyon! Ce soir il y'a encore un pénalty imaginaire. L'année dernière, on finit 4e, on n'a toujours pas compris pourquoi. Mais brao à Lyon.. Non je rigole ! "

Le président lyonnais lui a donc répondu dans la foulée : 

Aulas : "On sait tous que Labrune est un jeune dans le monde du football, il est arrivé il y'a pas longtemps avec aucune objectivité. «Les conditions de match ont été insupportables et les déclarations du président de Marseille à côté de la plaque. J’ai dit à Vincent Labrune que c’était un guignol et qu’il ne durera pas aussi longtemps qu’il le croit dans le monde du football. Les dirigeants de l’OM n’ont pas été responsables, ils ont propagé voire organisé une vendetta à l’égard de Mathieu Valbuena. Je regrette aussi la pression qui a entouré ce match, notamment pour un garçon comme Mathieu qui ne pouvait même pas tirer un corner. Et il y a eu des incidents avant la rencontre aussi. Si le dixième de ce qui est arrivé ce soir (hier) se passait à Bastia ou à Ajaccio, le match serait arrêté avec des sanctions inouïes. Ça fait des années que ça dure parce que le président Labrune veut grandir plus vite qu’il ne peut le faire. Il a été insulté depuis l’arrivée à l’hôtel et les trois premières agressions sur lui méritaient le rouge." Et dire qu'il n'a pas encore tweeté.

Une guerre qui ne connait pas d'armistice et qui est loin d'être finie. Reste à savoir si les dirigeants seront sanctionnés, en tout cas ils se quittent sur un score nul et empochent chacun un point ce soir malgré les différends les comptes sont égaux et plutôt logiques.

infos et déclarations : lequipe.fr 

Angélique Bernard