Lyon 3 - 0 Dinamo Zagreb : La victoire et les (sous)rires

Lyon 3 - 0 Dinamo Zagreb : La victoire et les (sous)rires
Lyon 2 - 0 Dinamo Zagreb : La victoire et les (sous)rires

ON Y EST ! La musique de la Ligue des Champions retentit dans le nouvel écrin de l’OL. Les gones reçoivent Zagreb dont ils gardent un excellent souvenir. En effet, lors du dernier affrontement, ils l’avaient emporté 7 buts à 1 grâce notamment à un quadruplé de Gomis, qui avait alors rejoint dans la légende des joueurs à sa mesure comme Van Basten, Shevchenko, Messi ou encore… Dado Prso.

Le Parc OL s’est paré de ses plus beaux habits et les tissus et écharpes sont de sortis pour cette première dans un stade où 43000 personnes ont fait le déplacement.

Et pour laver l’affront des derniers matchs européens à Gerland, l’OL se devait de réagir. Génésio opte alors pour un 3-5-1-1 avec Rybus/Rafael en pistons et Tolisso dans une position avancée en soutien de Cornet, comme cela avait déjà été le cas avec les Espoirs.

Le terrain

Force est de reconnaitre qu’il n’y a eu qu’une équipe sur le terrain pendant 70 minutes, les lyonnais baissant le pied par la suite, par fatigue, déconcentration ou du fait de l’entrée de joueurs en manque de rythme comme Kalulu et Ghezzal. Une domination concrétisée par des changements tactiques payants. Rafael en position plus avancée qu’à l’accoutumée délivre une passe décisive pour Tolisso qui, lui, évoluait donc en position de meneur. 1-0 pour l’OL dès la 13ème minute et un but qui n’est pas pour déplaire à Bruno Sanchez qu’on a surpris à aller entonner des « TUT TUT les rageux » envers le Kop Twittos situé aux 4 coins du stade.

Par la suite Zagreb a sorti la tête de l’eau et commencé à mettre la pression sur un OL subissant vagues et… non je déconne. C’était infâme. Alors les partenaires de Gonalons pouvaient sereinement continuer à avoir l’emprise sur ce match en faisant allégrement tourner la balle ou bien en cherchant la profondeur avec Cornet. C’est d’ailleurs celui-ci qui est à l’origine du 2ème but en envoyant au nirvana Ferri qui n’en demandait pas tant et s’en alla crucifier Semper d’un petit piqué bien senti. 2-0 à la 50ème et double ration à la cantine pour Jordan.

Là on se dit que ça y est c’est la révolte des croates, qu’on va encore claquer des fesses après les traumatismes Dijon et Bordeaux. Mais que nenni, et c’est 8 minutes plus tard que Cornet chipe le ballon dans les pieds d’un défenseur croate (qui nous rappelle les plus grandes heures de Lovren), initie un une-deux avec MVP Tolisso dont la passe en profondeur est parfaitement dosée et ça fait 3-0. Pas compliqué le football quand il y a du mouvement et de l’envie (hein t’y aimes ça Bruno).

3-0 l’OL, pense-t-on, va fermer boutique et gérer tranquillement la fin de match mais Zagreb profite alors du relâchement coupable des lyonnais qui doivent s’en remettre alternativement aux montants et à Antho Lopes, dont le chant sur l’air de Gala a fait sensation dans les travées du Parc OL.

3-0 qui sera le score final et 1.5M€ dans les poches de Jean-Mich, ce cru 2016-2017 commence idéalement contrairement à celui imbuvable de la dernière campagne (PTDRRR La Gantoise).

Le conseil de classe:

Lopes (7) : décisif à plusieurs reprises, rassurant après sa prestation contre Bordeaux. Ne relâche pas tes efforts Anthony !

Mapou (5) : Costaud sans plus, un positionnement haut en fin de match qui aura mis l’OL en difficulté défensivement. Des efforts sont encore à faire !

Nkoulou (4) : Un ton en dessous de ses compères de la défense centrale. S’il est un défenseur élégant, ses sautes de concentration sont inquiétantes. Peut mieux faire.

Morel (6) : La résurrection dans un système bielsista qui lui sied à merveille. Sauve 2 énormes occasions en fin de match. A confirmer.

Rafael (7) : Son meilleur match depuis le début de saison et ce schéma tactique n'y est pas étranger. Très actif et protégé défensivement, il s’est épanoui et a délivré une passe décisive pour Tolisso. Encourageant !

Rybus (6) : Son match international avec la Pologne ne l’avait pas rassuré sur son état de forme. Coupable sur les 2 buts encaissés par son équipe contre le Kazakhstan, il s’était même exprimé publiquement pour s’excuser. Ce soir, il a démontré les qualités qu’on nous avait décrites : activité, bon pied gauche et à l’aise offensivement. Son entente avec Darder a d’ailleurs été remarquable durant la totalité de la partie. Encore !

Gonalons (non noté) : Quelques ballons récupérés avant un K-O technique lors d’un duel aérien qui l’amènera à quitter la pelouse quelques minutes plus tard. Remplacé par Tousart (5) dont la prestation a été sobre. Copie à revoir.

Ferri (7) : Il court, il court notreeeeuh Ferri d’amour. Mais pas que ! A souvent joué juste et exercé un gros pressing sur le (faible) milieu de terrain croate. Buteur et capitaine à la sortie de Gonalons. Chouchou va !

Darder (6) : Belle vision du jeu comme à l’accoutumé. Maintenant on va demander à ce que tu garnisses la ligne de stats Sergi. Tu peux mieux faire !

Tolisso (8): Who’s the real MVP? Cherchez plus, il est là. Il a occupé 6 positions depuis son arrivée dans le groupe pro de l’OL et à chaque fois le boulot a été fait, bien fait ou très fait. 1 but et 1 passe décisive ce soir. Crack et félicitations ! Remplacé par Ghezzal (78ème) qui a souvent essayé de faire la différence mais en ne faisant pas toujours les bons choix.

Cornet (8) : Axial en l’absence de Lacazette, il a comblé le vide à la perfection en soignant lui aussi ses stats. 1 but où il va lui-même gratter le ballon au défenseur, 1 passe décisive pour capitaine Ferri, des courses en veux-tu en voilà et de l’énergie à revendre. De bon augure pour la suite. Remplacé par Kalulu (72ème) que je n’ai personnellement pas vu, et vous ?

Et maintenant, c’est quoi le programme ?

Marseille, dimanche 18/09, 21h au Stade Vélodrome. On a en mémoire la confrontation la saison dernière avec les épisodes de la poupée Valbuena, des Heineken jetés (au mieux) sur la pelouse, etc. Le climat avait été délétère et les déclarations de fins de match de JMA avaient été savoureuses.

Cependant la rivalité le sera aussi sur le terrain où chaque équipe va retrouver certaines de ses ex : Morel/Nkoulou côté OL (Valbuena probable forfait) et Bedimo/Gomis/Njie côté OM. Show must go on !