Un OM brouillon mais efficace

Au terme d'une partie plutôt équilibrée et dans laquelle Marseille n'a pas vraiment fait preuve d'une très grosse domination, les hommes d'Elie Baup l'emportent tout de même sur le score de 1-3 grâce à son premier quart d'heure de folie ponctué de trois buts. Malgré tout, des progrès sont à faire, notamment en défense.

Un OM brouillon mais efficace
Guingamp
1 3
Marseille
Guingamp: Samassa; Martins Pereira, Kerbrat, Sorbon, Lemaitre; Sankharé (Atik 69è), Mathis; Langil, Giresse (Diallo 46è); Beauvue, Yatabaré
Marseille: Mandanda; Fanni, N'koulou, Diawara, Mendy; Romao, Imbula; A.Ayew, Valbuena, Payet (Amalfitano 80è); Gignac (J.Ayew 69è)
SCORE: 0-1 (Gignac 2è), 0-2 (Payet 4è), 0-3 (Payet 16è), 1-3 (Yatabaré 74è)
ARBITRE: M. Saïd Enjimi ; Cartons jaunes : Sorbon 75è, Lemaitre 85è / Payet 19è, N'koulou 43è, Romao 73è, A.Ayew 77è
ÈVÉNEMENTS: 1ère journée de Ligue 1 entre l'En Avant Guingamp et l'Olympique de Marseille au suade du Roudourou devant 18 000 spectateurs

 

Quinze minutes pour plier le match

 

Avant le début de cette partie, on s'attendait à tous les scénarios possibles, mais certainement pas à celui-là. Au bout de seize minutes, le tableau d'affichage laissait paraître un score cinglant pour les Guingampais : 0-3. Comme retrouvailles avec la Ligue 1, on peut difficilement faire pire. C'est dommage puisque Guingamp avait beaucoup d'ambitions dans le jeu et n'était pas effrayé par son adversaire. Mais Marseille a rappelé que face au vice-champion de France, il faut être prudent. Sur les deux premières occasions du match, Gignac puis Payet inscrivent deux buts en quatre minutes avant que le Réunionnais ne s'offre un doublé une dizaine de minutes plus tard. Trois occasions et trois buts pour l'OM. C'est une véritable leçon d'efficacité de la part des hommes de Baup.

 

Ce quart d'heure catastrophique, les Bretons pourront s'en souvenir avec amertume puisque sans cela, ils auraient pu espérer beaucoup mieux. A 0-2, Yatabaré rate une occasion en or de réduire la marque alors qu'il était seul face au but. Les multiples appels de Beauvue et Langil sur les côtés notamment mettront souvent en difficulté la défense olympienne. De l'autre côté du terrain, c'est le même scénario avec un festival de permutations entre Payet, Valbuena et Ayew qui déstabilise les Bretons. Surtout, une pression offensive importante est mise en œuvre et étouffe Guingamp. A la réception des centres, ils sont ainsi souvent quatre à être à la lutte. C'est là qu'on voit l'impact d'Imbula. Alors que des joueurs comme Romao, Cheyrou ou Barton la saison passée n'ont pas la capacité de se projeter vers l'avant, le jeune milieu de terrain possède cette caractéristique et apporte une cartouche supplémentaire à l'OM dans la surface de réparation.

 

Les paysans sont valeureux

 

Libérés à 0-3, Marseille va ensuite ralentir son rythme et se créer beaucoup moins de situations. A part la bicyclette venue d'ailleurs de « petit vélo », alias Valbuena, et une ou deux tentatives inoffensives, Mamadou Samassa ne connaîtra plus vraiment de situation dangereuse aux abords de sa cage. C'est même Guingamp qui va mettre en danger l'OM et dominer ce match en seconde période. Comme le disent fièrement les fans du club breton : « Les paysans sont de retour ». Et ils ont montré que de l'envie, ils en ont. Sans ce penalty de Yatabaré repoussé par un arrêt superbe de Mandanda, le match aurait pu prendre une autre tournure. Mais ce ne sera pas le cas. Finalement, les hommes de Jocelyn Gourvennec seront récompensés de leurs efforts par un but de Yatabaré suite à une erreur grossière et inacceptable de N'koulou.

 

Le défenseur camerounais qui est habituellement l'assurance défensive phocéenne tenta de partir en dribbles de sa propre surface face à deux adversaires ! Cette action montra bien la fragilité d'une défense pas des plus sereine. Les attaquants guingampais l'ont mise à mal très souvent et si l'efficacité avait été au rendez-vous côté breton, le résultat aurait été tout autre. Ce match aura été un assez bizarre et plutôt inhabituel pour la Ligue 1 de par son scénario mais aussi et surtout par la perméabilité des deux défenses. Réputé pour être un championnat fermé, cette rencontre a montré que ce n'était pas tout le temps le cas. Si les défenses en sont responsables, les deux attaques y sont aussi pour quelque chose et on attend la suite avec impatience. En attendant, la hiérarchie a été respecté entre les deux clubs ce soir.