OM : et l'investisseur, c'est pour quand ?

Le club de la cité phocéenne doit, pour redevenir un club dans la lutte pour le titre, attirer des investisseurs. Mais que manque-t-il à l'OM pour le faire ? Décryptage sur Vavel.

OM : et l'investisseur, c'est pour quand ?
Pour Margarita Louis-Dreyfus, il serait peut être temps de passer le flambeau à un investisseur..
Trois investissements majeurs en France, Monaco, Paris et...Lens. Alors que Marseille semblerait être une terre idéale de rachat pour quelque investisseur étranger que ce soit, beaucoup de facteurs font reculer ceux-ci, malgré toutes les qualités possibles du club des Bouches-du-Rhône. Mais voilà, qu'est-ce qui cloche à l'Olympique de Marseille, que freine un investisseur, que lui manque-t-il pour débarquer à Marseille, et donc en (re)faire un grand club français ? 
 
Les supporters, un réel problème ? 
 
Les supporters marseillais sont maîtres du jeu à Marseille. Que ce soient les South Winners, les Yankees, ou les autres groupes de supporters, ils ont beaucoup de pouvoir, peut être trop pour un potentiel investisseur, qui aurait "peur" de la pression des groupes ultras. On se rappelle que Nasser-el-Khelaïfi est arrivé par miracle seulement un an après la dissolution des groupes ultras parisiens. Les ultras sont donc peut être un frein, même s'ils sont très importants dans les stades Français, et encore plus à Marseille. 
 
A Marseille, ils gèrent également leurs abonnements, dans "leurs" tribunes (Virage Sud et Virage Nord), de quoi également faire reculer un Qatari, un Azéri ou un autre richissime investisseur. Quand on connait l'importance que tout soit clair pour qu'un club soit repris, on comprend mieux certains aspects de ce réel problème. Les banderoles égalements sont explicites, les groupes ultras semblent ne pas vouloir d'un rachat, à la manière d'un Paris Saint-Germain (voir banderole ci-contre, démontrant "l'hostilité" des supporters envers l'argent). Mais qui cracherait réellement dessus en cas de rachat ? 
 
 
On ne peut pas dire que les supporters soient un si gros poids pour ce club, d'autant plus qu'ils sont très importants dans l'image du club du sud-est. 
 
L'insécurité marseillaise, mythe ou réalité ?
 
Les joueurs tétanisés au Vélodrôme, ayant peur de la pression subie ensuite, est-ce une réalité ? On se souvient de Vitorino Hilton, ayant quitté Marseille pour avoir été cambriolé,  ou alors beaucoup d'autres joueurs dans son cas. Mais l'insécurité marseillaise peut-elle réellement freiner un investisseur étranger ? Les règlements de compte à la Canebière ces temps-ci (tags sur la famille Anigo ci-dessous), la mauvaise réputation de la ville marseillaise à travers le monde, ou alors simplement une peur d'un quelconque investisseur ? 
 
Un investisseur peut-il réellement avoir peur pour son image de reprendre une ville considérée comme dangereuse ? Cela dépend de la personne en question, et si cela ne semble pas forcément pénaliser l'Olympique de Marseille, entre une ville paisible et une ville (trop) agitée, un Qatari fera vite son choix (Lens, Monaco). A bonne équipe, bonne ville ? Nul doute que Marseille est une belle ville, il ne faudra juste pas trop traîner dans les quartiers nords...
 
La stabilité marseillaise, un problème
 
Quand on parle de l'Olympique de Marseille, on pense tout de suite à l'instabilité chronique de l'équipe de la cité phocéenne. Pour attirer un investisseur, il faut un projet clair, et le projet marseillais semble tout, sauf stable et précis. Vincent Labrune a encore changé de cap cet été en décidant de se muer en Borussia Dortmund français. En soi ce n'est pas forcément une mauvaise idée, mais qui demanderait à être approfondie (l'arrivée de Mario Lemina, Florian Thauvin, Gianelli Imbula tous d'excellents joueurs le prouve).
 
Quand on connait le nombre de changements de cap de Vincent Labrune, cette bonne idée de recruter Made in France (de quoi faire plaisir à Arnaud Montebourg) et surtout très jeune, pourrait vite disparaître en cas de mauvais résultats. La pression marseillaise n'aide pas du tout, dans le sens où le long terme à l'OM, c'est comme le pacifisme en Corée du Nord, c'est inimaginable. Si le club arrive à se trouver un projet concret, nul doute qu'un investisseur ne tardera pas à arriver. 
 
 
Pour conclure, si le club phocéen n'arrive pas à attirer quelconque investisseur, c'est un mélange de facteurs qui est à mettre en cause. Les supporters peuvent faire peur à certains investisseurs frileux, mais ils ne sont pas à blâmer pour autant. Certains imbéciles qui cambriolent des joueurs ou taguent des messages sur les murs de la Canebière, mais des cas isolés ne semblent pas à mettre en cause. 
 
Le projet marseillais par contre est un énorme frein pour le développement de cette équipe, quand on voit le nombre de changements de cap de la part du président Vincent Labrune. Un projet clair, et l'arrivée d'un investisseur ne saurait tarder. Il faudrait au moins ça pour que l'Olympique de Marseille redevienne ce qu'il doit être : un grand club français.