Des regrets, encore...

Malgré un excellent début de match au Parc des Princes, l'Olympique de Marseille s'incline 2-0 devant le Paris Saint Germain. Une défaite au gout amer pour une équipe marseillaise largement à la hauteur.

Des regrets, encore...
Source photo : om.net

Au delà de la rivalité habituelle entre Parisiens et Marseillais, entre la capitale et la province, ce clasico-là a une odeur particulière. C'est seulement la troisième fois de l'histoire que ces deux clubs s'affrontent en occupant les deux premières places du classement. A grand match, grande couverture, ce choc de la 13ème journée de ligue 1 dépasse les frontières de l'hexagone. Il est diffusé dans plus de 160 pays du monde.

UN MANQUE CRUEL D'EFFICACITÉ 

Sur le terrain, l'opposition tient toutes ses promesses. Il faut attendre seulement la cinquième minute pour voir la première occasion marseillaise. Sur corner, Gignac trouve le poteau d'un Sirigu battu. Et deux minutes plus tard l'OM remet ça sur une superbe action collective qui voit la frappe d'Alessandrini fleurter avec le poteau droit de Sirigu. Paris est totalement dépassé dans ce début de rencontre, à l'image du match difficillement gagné à Lorient la semaine dernière. Mais les hommes de Bielsa, qui excellent dans le pressing et l'annimation manquent cruellement d'efficacité. Et ils vont le payer très cher... Lucas ouvre le score sur une belle action parisienne, qui voit surtout Mendy lacher totalement le marquage de l'internationnal brésilien au second poteau. Le premier tournant du match. L'OM se fait punir à la 38ème minute de jeu. 

A quelques minutes de la mi-temps, Payet rate l'occasion de relancer le match au meilleur des moments. Le meneur olympien tergiverse trop avant de se faire contrer. A la pause, la confiance n'est plus de mise. Le spectre de la défaite à Lyon fait son apparition. L'OM a clairement laisser passer sa chance dans cette rencontre. Le symptome des deuxièmes périodes, rarement aussi intense que les premières pour les Marseillais, va encore se confirmer au retour des vestiaires. L'OM s'éteint au fil des minutes et laisse les coéquipiers de Matuidi gérer le score. A la 78ème minute, la messe est dite. L'arbitre de la rencontre, Clément Turpin, scelle la victoire parisienne douze minutes plus tôt que prévu. Imbula se voit exclure directement à la suite d'un petit contact avec Cabaye. Une ènieme erreur d'arbitrage dans notre championnat qui vient ternir une rencontre pourtant très bien gérée par monsieur Turpin. Le deuxième but du PSG inscrit par Cavani à la 85ème minute restera anecdotique.

MALGRÉ DE TRÉS BONNES CHOSES, L'OM STAGNE

L'OM grandit, l'OM apprend dans ces matchs de prestige. Comme lors du déplacement à Lyon, les Olympiens dominent, se créent les meilleures occasions. Mais à l'arrivée, ce sont à chaque fois trois points de perdus. La gestion des temps forts et des temps faibles va devoir être travaillée par Marcelo Bielsa. Il y a fort à parier qu'avec plus d'efficacité devant le but, l'Olympique de Marseille ne serait pas repartie les mains vides du Parc. L'OM, qui possédait il y a deux semaines sept points d'avance sur le PSG, voit son écart se réduire. Un petit point sépare aujourd'hui les deux formations. Le prochain match face à Bordeaux au stade Vélodrome s'annonce décisif. Une victoire et le club phocéen prouvera qu'il peut s'imposer face au top 5 du championnat. Une étape indispensable avant d'esperer bien mieux. Avec cet OM-là, tout est permis.