Montpellier y est presque

Longtemps menés au score par une bonne équipe Toulousaine, le MHSC de Roland Courbis a su renverser le score pour s'imposer 2 buts à 1 et atteindre le seuil symbolique des 42 points, assurant le maintient du club en Ligue 1. Statistiquement du moins.

Montpellier y est presque
crédit photo : midilibre.fr

Cette semaine c'est nous qui avons su renverser la tendance” a déclaré Benjamin Stambouli au micro de BeIn Sports au terme de la rencontre, rappelant le goût amer qu'avait laissé le match nul concédé sur la pelouse du Stade du Moustoir une semaine auparavant au terme d'un scénario fou (4-4 alors que le MHSC menait 1-4 à la 87ème minute) aux Montpelliérains.

Déterminés à atteindre cette fameuse barre des 42 points si chère à son entraîneur Roland Courbis, la formation Languedocienne a pourtant été surprise dès la 5ème minute par le Téfécé et Oscar Trejo très bien servi par Ninkov.

La suite de la rencontre a ensuite été relativement équilibrée, avec une possession du ballon favorable aux Toulousains mais des occasions Montpelliéraines plus franches, nottament par l'intermédiaire d'un Mbaye Niang qui aura tout tenté pour battre Boucher, le gardien du TFC en état de grâce ce soir.

Aït Fana en sauveur

Entré à la 72ème minute à la place de Deza, il aura fallu 6 minutes au joueur Montpelliérain pour égaliser, juste après que Braithwaite et Trejo aient chacun loupé la balle du KO face à Geoffrey Jourdren.

Sur un long service de Deplagne venu du côté droit, le joueur Franco-Marocain a su habilement passer devant Aurier pour inscrire son premier but de la saison du plat du pied droit.

A peine trois minutes plus tard, il obtient un pénalty logique sur une faute complètement inutile de Veskovac. Remy Cabella ne gâchera pas l'occasion d'offrir à son club formateur une victoire qui fait énormément de bien au MHSC et son entraîneur.

En effet, venu pour sauver le club Héraultais après une première partie de saison catastrophique, il a confirmé ce que beaucoup de personnes pensaient de lui dans le sud de la France. L'homme de la situation, c'était bel et bien lui.