Les Canaris s'imposent sans conteste

L'OGC Nice s'est incliné face au FC Nantes à la Beaujoire. Les joueurs de Claude Puel ont été dominés dans tous les compartiments par des Nantais qui remontent en première partie de tableau.

Les Canaris s'imposent sans conteste
FC Nantes
2 0
OGC Nice
FC Nantes: Riou - Alhadur, Djilobodji, Vizcarrondo, Cissokho - Touré, Deaux - Veretout, Bessat (Pancrate, 77e), Gakpé (Trebel, 86e) - Djordjevic (Aristeguieta, 69e)
OGC Nice: Hassen - Kolodziejczak, Bodmer, Pejcniovic, Puel - Mendy (Bosetti, 65e), Digard - Brüls (Amavi, 34e), Bauthéac (Genevois, 75e), Abriel - Cvitanich
SCORE: 1-0, Djordjevic (27e) 2-0, Aristeguieta (88e)
ARBITRE: M. Stéphane LANNOY Avertissements : - Cissokho (2e) pour Nantes - Cvitanich (54e) pour Nice

Suite à leur victoire face à Valenciennes le week-end dernier, le Gym cherche à poursuivre sa remontée en allant défier les Canaris du FC Nantes à la Beaujoire. Michel Der Zakarian veut confirmer la bonne saison de ses protégés à domicile, puisque seul Paris est venu s'imposer dans l'antre jaune et verte.

Une domination nette des Canaris

Les Nantais vont donner le ton d'entrée en mettant d'entrée Mouez Hassen sous pression : hormis un tacle à retardement sur Bauthéac qui vaudra un carton jaune à Cissokho (2e), les Canaris se procurent toutes les occasions dans cette première période, à commencer par un sauvetage in extermis de Bauthéac alors que Serge Gakpé armait déjà sa reprise de volée (5e). Cependant, si les Nicois n'existent pas, la domination de Nantes est pour le moment stérile : la première vraie frappe est à mettre au crédit de Jordan Veretout, qui voit son ballon s'envloer en tribunes.

Le Gym se contente de centres qui n'aboutissent pas et semblent impuissants. Ce qui leur coûte cher quelques minutes après lorsque Cissokho lance Veretout côté droit. Ce dernier centre en direction de Gakpé qui met le portier azuréen à contribution. Il ne peut que repousser et Filip Djordjevic n'a plus qu'a pousser le ballon au fond (27e).  Il a même l'occasion d'aller au duel face au gardien, mais l'arbitre signale un hors-jeu totalement inexistant.

Vincent Bessat voit ensuite sa frappe fuir le cadre de peu (33e) alors que son équipe domine outrageusement son adversaire du soir. Hassen a de plus en plus de travail puisqu'il doit boxer une frappe de Veretout (42e), puis détourner de justesse une bonne tête de Cissokho (43e). La Beaujoire chante de plus en plus fort alors que son équipe mène logiquement au score à la mi-temps

Bonne affaire nantaise tandis que le Gym perd un cadre

Le second acte n'est pas vraiment différent du premier. Les Canaris posent le pied sur le ballon et maintiennent leur emprise sur la rencontre. Jordan Veretout oblige Hassen à sortir un arrêt de grande classe (50e). Le Gym quant à lui joue mieux, mais cela ne dure que dix minutes et une frappe de Bessat qui frôle le poteau d'Hassen (66e). Il verra ensuite sa frappe contré par Pejcinovic (68e). La situation est évidente : Nantes pousse et si les Aiglons continuent à jouer de la sorte, le deuxième but serait justifié.

La fin du match est cependant crispante et Der Zakarian le sait : ses joueurs auraient pu, auraient du marquer plus d'un but ce soir avec toutes les occasions crées (13 tirs à 1 sur toute la rencontre). La libération vient juste avant le temps additionnel, lorsque Cissokho débarque sur le flanc droit. Il élimine sans soucis Kolodziejczak puis envoie un centre parfait que vient couper Aristeguieta pour inscrire le deuxième but (88e). Le Vénézuélien inscrit son premier but en Ligue 1 et permet au FCNA d'assurer une victoire logique et amplement méritée.

Valdemar Kita est sans doute satisfait de ce succès. Son équipe remonte à la neuvième place du championnat et totalise 10 points. Coup d'arrêt cependant pour le Gym qui a été fantômatique durant ces 90 minutes et qui en plus perd Eric Bauthéac, sorti blessé en voulant changer d'appui. Double désillusion pour Claude Puel qui remontera sûrement les bretelles de son équipe.