Ben Arfa et Nice font exploser Rennes

Dans le choc des prétendants à l'Europe et au podium, Nice a complètement dominé Rennes (3-0) grâce à un triplé d'Hatem Ben Arfa et passe par la même occasion devant son adversaire du soir au classement. Les Aiglons sont désormais 4ème et peuvent continuer à rêver de Ligue des Champions après le cinglant revers de Monaco à Lille (4-1) en début d'après-midi. Grâce à cette victoire, le Gym revient à seulement deux points du podium. Les Bretons, quant à eux, devront vite se remobiliser après cette déroute, pour ne pas rater le train du podium.

Ben Arfa et Nice font exploser Rennes
Hatem Ben Arfa a nouvelle fois éclaboussé de toute sa classe la rencontre, en inscrivant le premier triplé de sa carrière, permettant aux Aiglons de revenir à deux points du podium. (ogcnice.com)
OGC Nice
3
0
Stade Rennais FC
OGC Nice: Cardinale - Pereira, Baysse, Le Marchand, Pied - Koziello, Mendy (c), Seri (T.Wallyson, 83e) - Ben Arfa (N.Hult, 74e) - Plea (D.Caddy, 91e), Germain.
Stade Rennais FC: Costil – Danzé (c), Diagne, Armand, M'Bengue (L.Baal, 76e) - Fernandes, André - Grosicki (G.Sio, 46e), Dembélé, Gourcuff (P.Henrique, 69e) - Boga.
SCORE: 1-0, H.Ben Arfa (33e sp). 2-0, H.Ben Arfa (41e). 3-0, H.Ben Arfa (56e).
ARBITRE: Clément Turpin (FRA). Cartons jaunes : Aucun avertissements.
ÈVÉNEMENTS: Ligue 1 - 33ème journéee - OGC Nice/Stade Rennais - Allianz Riviera (23622 spectateurs).

On attendait avec impatience ce match des prétendants à l'Europe et au podium et plus particulièrement celui entre Ousmane Dembélé et Hatem Ben Arfa, deux des meilleurs dribbleurs de notre Ligue 1. Il n'a pas eu lieu puisque la performance collective des Niçois et celle individuelle d'Hatem Ben Arfa a éteint très rapidement les ambitions rennaises. Pour ce choc donc, les deux entraîneurs ont fait dans le classique. Côté niçois, Claude Puel aligne son onze type, avec le très important et talentueux trio du milieu de terrain : Mendy, Séri et Koziello. Devant, le trio Pléa, Ben Arfa, Germain est chargé de faire plier la défense rennaise. Côté rennais, Gourcuff est bien présent au milieu, accompagné de Grosicki et Dembélé et c'est Jérémie Boga qui est préféré à Giovanni Sio. Précisons qu'au match aller, les niçois s'étaient aussi aisément imposés sur le score de 1-4 où Ben Arfa avait inscrit un but et offert une passe décisive.

Nice régale en première mi-temps

Le début de match va rapidement montrer la physionomie que va prendre cette rencontre. Plus incisifs, plus enthousiastes, plus inspirés, les Aiglons mettent rapidement leur jeu en place et empêchent les rennais de ressortir de leur camp. Parfaitement lancé par Ben Arfa côté droit, Jérémy Pied, de retour de suspension, adresse un centre, qu iest repoussé par la défense rennaise dans les pieds de Séri aux vingts mètres, son tir étant repoussé difficilement par Costil (10e). Une minute plus tard, c'est Alassane Pléa qui met à contribution le gardien rennais en se jouant de deux défenseurs dans la surface avant de frapper du pied gauche en bout de course, détourné en corner par un Costil encore vigilant (11e). Ce dernier n'est clairement pas aidé par sa défense depuis le début du match. Sur un centre de Ricardo Pereira côté gauche, Danzé dévie le ballon qui termine sa course sur la barre transversale du gardien breton (24e). Complètement asphyxiés par le collectif niçois et plus particulièrement par le trio du milieu de terrain, les rennais ne font que subir et n'arrivent pas à toucher leur pépite devant en la personne de Dembélé, parfaitement muselé par l'arrière garde rouge et noire. Les Aiglons, eux, croient ouvrir le score sur un corner de Ben Arfa et une tête de Pléa mais une faute  est sifflé contre Le Marchand, auteur d'une faute sur Costil, gênant sa sortie (30e). Finalement, les hommes de Claude Puel sont logiquement récompensés de leurs efforts et de leur début de match. Le show Ben Arfa commence alors.

Servi par ce dernier, Séri réalise une feinte de corps avant sa prise de balle sur Armand, qui fauche le milieu de terrain dans la surface. Le penalty est sifflé et c'est évidemment Ben Arfa qui s'en charge, ouvrant parfaitement son pied gauche malgré la bonne anticipation de Costil (32e). L'international français inscrit donc son quatrième penalty en autant de tentatives cette saison en L1. Les Aiglons ouvrent donc le score mais ne comptent pas en rester là, continuant de malmener des rennais, totalement absents des débats. À nouveau côté droit, Pied repique dans l'axe avant de servir Germain, qui adresse un centre fort devant le but où Pléa est gêné in extremis par Diagne et ne peut reprendre dans le but vide (36e). Les rouges et noirs poussent encore pour tenter de faire le break avant la mi-temps et ils vont être une nouvelle fois récompensé cinq minutes plus tard. Sur un contre, Germain renverse pour Pléa dans la surface, qui remet de la tête pour Koziello à l'entrée des 16 mètres, qui lui adresse une magnifique passe en profondeur pour Ben Arfa, qui conclut d'une frappe croisée du pied droit, bien aidé par le poteau rentrant (41e). Les niçois offrent alors du grand spectacle à leur public de l'Allianz Riviera et rentrent au vestiaire avec l'avantage de 2 buts face à des rennais, passifs et dépassés collectivement et surtout défensivement par la furia niçoise.

Premier triplé pour Ben Arfa

En seconde période, on prend les mêmes et on recommence, à l'exception de Giovanni Sio qui remplace Grosicki. Le déroulement du match est toujours à l'avantage des niçois, qui continuent de s'installer dans le camp rennais, pour définitivement sceller le sort de cette rencontre. Et ce n'est pas Ousmane Dembélé qui va calmer les ardeurs niçoises, après une frappe complètement ratée et improbable du pied gauche (55e). Pire, une minute plus tard, les Bretons sont à nouveau punis. Après un ballon perdu par André au milieu de terrain, Ben Arfa récupère et progresse vers la cage rennaise sans être attaqué, il se décale alors sur son pied gauche et asséne une puissante frappe croisée, hors de portée de Benoît Costil (56e). L'international français inscrit là le premier triplé de sa carrière et son 16ème but de la saison en Ligue 1, rejoignant donc le lyonnais Alexandre Lacazette. Le match est alors définitivement plié et les hommes de Claude Puel rentrent alors dans une phase de gestion, laissant un peu plus le ballon à des rennais, qui ont toujours autant de mal à se montrer dangereux.

En effet la seule véritable occasion rennaise intervient peut après le troisième but. Côté droit, Dembélé d'appuie sur Sio dans l'axe, qui prolonge vers Boga, absolument seul dans la surface, qui reprend du pied droit mais Cardinale sort parfaitement et repousse le ballon d'une main, privant les Bretons de se relancer quelque peu dans ce match (62e). À partir de ce moment là, les occasions se font plus rare, Nice contrôlant aisément la rencontre. Juste avant sa sortie, Ben Arfa n'est pas loin du quadruplé sur un coup-franc aux vingts mètres mais le ballon termine sa course dans le petit filet gauche de Costil (73e). Les Aiglons ne sont pas loin d'inscrire un quatrième but en fin de match par Pléa, qui voit sa frappe repoussée par le gardien rennais (85e) et par Hult, qui voit sa double tentative, d'abord sauvé sur la ligne puis s'envolé dans les tribunes (87e). Rennes aura l'occasion de l'honneur sur un coup-franc de Boga mais Cardinal s'envole magnifiquement et claque le ballon en corner (88e).

Le Gym s'impose alors tranquillement 3-0 dans ce choc pour le podium et l'Europe et mettent la pression sur leur rival Monaco et sur l'Olympique Lyonnais, prochain adversaire des hommes de Claude Puel, en revenant à deux points du podium et dépassant par la même occasion les hommes de Rolland Courbis. C'est un coup d'arrêt pour ces derniers, après avoir gagné 4 de leurs 5 derniers matchs de championnat.

Pour se remobiliser, les rennais pourront se satisfaire de recevoir deux fois de suite au Roazhon Park, avec la réception du voisin Guingampais, dimanche prochain à la même heure, puis d'un concurrent pour l'Europe et le podium : Monaco, le 24 avril.

Nice aura donc droit à un match explosif, vendredi prochain face à l'Olympique Lyonnais, au Parc OL, où les Lyonnais y sont irrésistibles et invaincus (7 matchs, 6 victoires, 1 nul). Le gagnant de ce match se rapprochera un peu plus de la place de dauphin du PSG tant convoité pour sa qualification directe en phases de poules de Ligue des Champions.

Le joueur du match : Hatem Ben Arfa

Une nouvelle fois intenable sur le front de l'attaque, Ben Arfa a illuminé de sa classe la rencontre, provoquant sans cesse ces adversaires et créant sur chaque action des décalages importants. De plus, il a inscrit le premier triplé de sa carrière, faisant de lui le deuxième meilleur buteur de Ligue 1, à égalité avec Alexandre Lacazette (16 buts). Adoré du public niçois, ne se privant pas de scander le tube de l'année à l'Allianz Riviera "Hatem on t'aime, Hatem on t'adore", il est à l'origine de tous les bons coups des Aiglons avant sa sortie peu avant le dernier quart d'heure de jeu, préservé par Claude Puel, pour le choc de la prochaine journée face à l'OL. Avec son triplé (33e, 41e, 56e), l'international français est désormais impliqué dans 7 des 8 derniers buts de son équipe, et 5 des 6 derniers buts de Nice face à Rennes. Par ailleurs, il prouve une fois plus que sa place à l'Euro est toujours possible, rendant la décision de Didier Deschamps encore plus difficile, le 12 mai prochain.

Claude Puel (Nice) : «Une belle opération»

L'entraîneur niçois ne cache évidemment pas son plaisir, après la démonstration de son équipe : «Une première mi-temps superbe avec une grosse prestation collective sublimée par Hatem Ben Arfa. Bien dans le jeu et dans les aspects défensifs, nous n'avons pas concédé d'occasions. La seconde période a été un peu plus difficile eu égard aux efforts fournis auparavant. C'est une belle opération devant Rennes qui était dans une bonne dynamique. Nous avons été à la hauteur et nous avons réalisé le match qu'il fallait.

Ce succès nous permet de rester placés [4es]. Mais tout est tenu dans ce classement. Il y a beaucoup de postulants dont Rennes qui n'est que deux longueurs derrière. Certains considèrent que notre calendrier est difficile. Je suis persuadé que les affrontements avec des adversaires directs nous permettent de rester maîtres de notre destin. Vendredi, nous irons à Lyon qui retrouve son football avec un effectif de très grande qualité.»

Rolland Courbis (Rennes) «félicite Nice et Hatem»

L'entraîneur rennais, conscient de la faiblesse de son équipe dans ce match, assume aussi personnellement la déroute de son équipe : «Nous avons raté notre match. Tous, moi y compris. Nice et Hatem l'ont en revanche réussi. Nous verrons vite s'il s'agit d'un accident ou pas. Mais Nice a joué à un niveau élevé. C'est une déception. Nous regarderons tranquillement le classement, mais nous sommes à deux longueurs de Nice et il reste quinze points en jeu. Il y aura un match important vendredi entre Lyon et Nice. Je crois que nous nous mêlerons encore à la lutte. Nous ferons tout pour, en tous cas. Je félicite Nice et Hatem qui a été de tous les tournants de la rencontre. Le deuxième but niçois nous fait très mal. Il survient alors que nous avons presque l'occasion de revenir à la marque. Le troisième n'arrange pas notre différence de buts».