Le PSG loupe sa rentrée

Le Paris Saint-Germain s'est incliné aujourd'hui 3-1 face au Sturm Graz, c'était également le premier match de Laurent Blanc à la tête du PSG qui se solde par une première défaite.

Le PSG loupe sa rentrée
À l'image de Pastore, le PSG a été impuissant pour sa rentrée aujourd'hui face au Sturm Graz. (photo: léquipe.fr)

Le PSG disputait aujourd'hui son premier match de la saison 2013/2014 pour préparer le début de saison. Le club de la capitale était opposé au Sturm Graz (Autriche), qui lui terminait sa préparation. C'est à l'inverse du PSG, le club de la capitale a repris le début de l'entraînement il y a une semaine. Privé de ses principaux internationaux en vacances, Paris a aligné une équipe moins époustouflante qu'à son habitude. Douchez était le portier titulaire au début de la rencontre, soutenu par la charnière centrale Alex avec Antoine Conte, qui a récemment signé son premier contrat pro avec le PSG. Des latéraux titulaires à l'habitude, en effet Maxwell ainsi que Van der Wiel étaient alignés dès le début. Au milieu, Thiago Motta, qui n'a pas été retenu pour la Coupe des Confédérations par l'Italie, était titulaire au côté de Clément Chantôme annoncé comme partant sur ce mercato. Javier Pastore et Neeskens Kebano étaient les milieux latéraux afin de distribuer les ballons pour Kévin Gameiro et le grand Kalifa Coulibaly. Une équipe alignée par défaut, afin de disputer son premier match de préparation, qui donnait l'occasion aux jeunes de se montrer comme Conte ou Kebano prêté l'année passé et donnait la possibilité à Gameiro ou encore Chantôme de se mettre en valeur.

 

Une première mi-temps difficile

 

Pour une équipe, c'était un match de gala. En effet dès la 2ème minute, le défenseur emblématique du club de Sturm Graz, Ferdinand Feldhofer était remplacé par Michael Madl , afin de mettre un terme à sa carrière. Pour l'autre équipe, c'était un «entraînement avancé » selon Laurent Blanc et cela s'est ressenti, on a pu observer dans le premier quart d'heure que les joueurs du PSG peinaient à se trouver sur le terrain avec des passes peu précises,des pertes de balle dangereuses ou encore des erreurs de marquage. Ces erreurs ont payé à la 26ème minute puisque Beric est lancé dans la profondeur et trompe Douchez (1-0). Un contrôle de la main pour Beric mais non sifflé par l'arbitre sans doute pour l'absence d'un enjeu quelconque. Les Parisiens concèdent un second but, deux minutes après. Effectivement Djuricin est décalé sur le côté et décroche une frappe croisée qui trompe une seconde fois Nicolas Douchez (2-0). Le coup est dur pour le Paris Saint-Germain, impuissant avec des joueurs que l'on sent émoussés par la reprise. Kebano tente de se montrer à plusieurs reprises avec des dribbles mais se fait régulièrement stopper, Antony Conte est à la peine défensivement et les milieux ont des difficultés à trouver les attaquants. De plus la pelouse n'étant pas arrosée, cela ralenti les tentatives d'accélération parisiennes. Une mi-temps difficile pour Paris face à une équipe en fin de préparation.

 

Du changement en deuxième mi-temps.

 

Au retour des joueurs sur la pelouse, Laurent Blanc fait entrer 7 joueurs frais afin d'expérimenter et de donner du temps de jeu à tout le monde. Zoumana Camara, Bodmer, Jallet entrent pour apporter de l'expérience sur le terrain; Rabiot, Ongenda, Traoré et Bourdin, purs produits du centre de formation parisien, sont là pour fournir leur fraîcheur et pour se montrer auprès du coach. Les cadres comme Maxwell, Alex, Motta, Van der Wiel ou Chantôme sont remplacés ainsi que Conte en difficulté en première mi-temps et Kebano.

Un nouveau souffle est clairement apporté au PSG, Kevin Gameiro aurait pu réduire le score à la 49ème minute mais il trouve le poteau après une jolie percée. Il y a du mieux en deuxième période, notamment au milieu de terrain où Adrien Rabiot apporte de la propreté dans les interventions et effectue de bonnes passes. Mais cela est insuffisant puisque l'attaque parisienne se retrouve confrontée à une défense autrichienne bien en place, à l'image des tirs contrés de Gameiro et Pastore à la 61ème. Ongenda de son côté se montre très actif également, c'est son premier match en tant que pro malgré le fait qu'il avait joué lors de la Coupe de France la saison dernière. Le nouveau coach parisien semble déterminé à tester d'autres jeunes, en effet il sort Pastore, Coulibaly et Douchez malheureux sur les buts autrichiens. Ce sont des petits jeunes prometteurs qui font leur entrée à l'image de Kingsley Coman, N'Komb et Maignan. C'est à partir de ce moment que le Paris Saint-Germain va aller mieux, en effet Bodmer et Rabiot orientent le jeu avec des passes un peu plus précises qu'au début. Sur son côté gauche, Coman démontre ses talents de dribbleurs et apparaît comme très convaincant. La jeunesse du PSG est bien décidée à se montrer. Mais le club de Sturm Graz ajoute un troisième but à la 79ème signé Vujadinovic qui reprend un coup franc avec beaucoup de chance. Arrondel sera le dernier entrant côté parisien, Gameiro peu inspiré sur le peu d'occasions parisiennes n'a pas trouvé le chemin des filets. Les Parisiens, fatigués, sont décidés à sauver l'honneur pour ce match. C'est chose faite à la 85ème, Kingsley Coman effectue une très belle passe pour son coéquipier Ongenda qui lobe le portier du Sturm Graz, un bijou signé par le tout jeune parisien. Le PSG sauve l'honneur dans une rencontre très compliquée.

 

Le PSG s'incline logiquement 3 à 1 face au Sturm Graz dans ce match de reprise. Une défaite pas du tout alarmante, puisque le PSG a repris l'entraînement il y a une semaine, contrairement aux Autrichiens qui terminaient cette préparation. De plus, le PSG était privé de beaucoup de ses joueurs, et Laurent Blanc en a profité pour expérimenter. Il est certain sur les supporters auraient préféré une victoire pour la rentrée du PSG, mais aucune raison de s'inquiéter de ce score qui n'est qu'un «match d'entraînement» pour reprendre les automatismes, se remettre en forme et tester des joueurs. Bien sûr, il y a de la satisfaction tout de même côté Parisien pour cette rencontre, Rabiot, Ongenda et Coman ont montré qu'ils pouvaient être décisifs et apporter beaucoup.Le coach parisien a tout de même avoué que les joueurs n'étaient pas encore prêt physiquement : "On a été très moyens en première mi-temps. On a joué une équipe qui est en train de se préparer pour le début du championnat, qui est dans une dizaine de jours. On l'a vu sur le terrain, il n'y a rien à dire. Paradoxalement, si on doit trouver un point positif, c'est la deuxième mi-temps, avec les jeunes qui ont amené de la fraîcheur et se sont révélés. C'est trop peu suffisant. L'équipe d'en face était beaucoup mieux préparée physiquement. C'était logique et on le savait, mais techniquement, on aurait pu mieux faire que ça. A ce niveau-là, il y avait beaucoup trop de déchet et l'équipe a été décevante. En football, si physiquement, on a du retard, ça peut se voir et ça s'est vu." Il faudra tout de même pour le Paris Saint-Germain, élever son niveau de jeu Vendredi face au Rapid Vienne.