Marseille offre le Classique au PSG

Alors qu'il menait à dix contre onze, Marseille s'est arrêté de jouer, et a donné les armes au PSG, qui en a profité pour finalement s'adjuger le premier Classique de la saison, son premier en terre ennemie depuis 2008. Du coup, les Parisiens reviennent à hauteur de Monaco, leader grâce à une meilleure différence de but.

Marseille offre le Classique au PSG
Ibrahimovic a donné la victoire à Paris sur penalty (AFP)
OM
1 2
PSG

Ce Classique-là va nourrir d'immenses regrets pour l'Olympique de Marseille. Il avait pourtant parfaitement démarré pour la formation phocéenne. Trente-deuxième minute de cet OM-PSG, et Valbuena s'écroule après un contact rugueux avec Thiago Motta. M.Turpin n'hésite pas : il désigne le point de penalty, avant d'exclure le milieu parisien. André Ayew se charge de la sentence et lance idéalement ce 83e rendez-vous entre Parisiens et Marseillais (1-0, 34e). Et le Vélodrome s'embrase. L'OM est ainsi récompensé de sa très bonne demi-heure, où il aura parfaitement su gérer le rythme très peu élevé donné à la partie. Ce faible tempo dictera toute la rencontre. Et là où les hommes d'Elie Baup aurait certainement dû l'enflammer, s'appuyant sur le soutient d'un public à la hauteur de l'événnement, et mettre la pression sur un adversaire réduit à dix, ils lui ont laissé la possibilité de se remettre dans le match. Une grossière erreur, qu'ils payeront cash.

Sept jaunes et un rouge

Le deuxième but du PSG a assommé l'OM. Les Phocéens ne s'en sont pas remis Juste avant la pause, Maxwell profite d'une sortie hasardeuse de Mandanda pour égaliser suite à un bon centre de Van der Wiel (1-1, 45e). Au meilleur des moments. Les Parisiens ne s'étaient pourtant procurés qu'une seule occasion par l'intermédiaire de Zlatan Ibrahimovic (41e). Le Suédois donnera l'avantage à sa formation en seconde période, à nouveau sur penalty (1-2, 66e). C'est une faute d'André Ayew sur Marquinhos qui poussera Monsieur Turpin a désigner le petit point blanc pour la seconde fois de la partie. Mais à l'inverse de la première sentence, celle-ci paraît beaucoup plus discutable, tout comme l'expulsion de Thiago Motta ou les multiples avertissements qu'a adressé l'arbitre centrale aux acteurs de cette rencontre.

Marseille ne se remettra en tout cas pas de ce coup de poignard, et va rendre les armes, sans même se battre, laissant l'opportunité à Paris de recoller en tête avec Monaco. Le duo comptant désormais sur le club phocéen, quatrième. Une prestation qui laisse des regrets à Matthieu Valbuena, qui l'explique après le coup de sifflet final sur Canal Plus : "C'est toujours pareil, cette saison. Il ne manque pas grand-chose, tout le monde nous dit qu'il ne manque pas grand-chose, mais à la fin on perd. On n'est pas une grande équipe, tout simplement. On s'est peut-être reposé sur nos lauriers après l'ouverture du score. Ils ont une demi-occasion, ils la mettent au fond et ils gagnent. Au moindre relâchement, nous sommes punis. Nous ne sommes pas encore prêts pour affronter ces équipes qui gagnent sur la moindre occasion." explique-t-il. Un Classique, ça ne se joue pas, ça se gagne. L'OM n'a réunit aucune de ses deux conditions. Et il s'est incliné. Comment pouvait-il en être autrement ?