Interview : Projet "Des Socios au PSG"

Engagé dans son projet "new look", le PSG voit ses supporters prêts à s'engager dans l'avenir du club rouge et bleu, comme nous le montre cette interview accordée à VAVEL.

Interview : Projet "Des Socios au PSG"

Bonjour à vous, tout d'abord, qui a créé ce projet de socios ? 

 Bonjour ! Il s'agit de Stéphane et Baptiste, 2 abonnés de longue date en tribune Paris. On s'est connu lorsque la fan page [sur Facebook] a été créée, début décembre 2009, on a longuement échangé puis on a redéfini un projet ensemble.

Cette idée est venue après le plan Leproux ?

Absolument pas, notre site web a été crée un mois avant le plan Leproux. Ce qu'il s'est passé avec la mort de Yann [Lorence, 37 ans, décédé sous les coups des supporters du Kop Boulogne NDLR], puis avec le plan Leproux, nous a beaucoup freiné, on a mis plus d'un an avant de rencontrer Colony, alors actionnaire majoriaire du club. Vous pouvez d'ailleurs consulter ici l'historique du projet.

3) Dans le fond, ce projet veut surtout ramener une ambiance au Parc, puisque les finances parisiennes sont plutôt au beau fixe, ce n'est pas une aide financière que vous souhaitez apporter..

Le fond du projet c'est de remettre en place un système de Socios à Paris, comme c'était le cas au début des années 80. L'ambiance est un sujet distinct, les socios n'ont pas vocation à être une association de tribunes. Pour autant, nous sommes persuadés qu'avec des socios, le plan Leproux n'aurait jamais pu être mis en place.

Nous sommes persuadés qu'avec des socios, le plan Leproux n'aurait jamais pu être mis en place.

Les finances parisiennes ne sont pas à proprement parler au beau fixe, les revenus du club restent assez bas, et les Qataris ont clairement dit et montré qu'ils cherchaient de nouvelles sources de revenus. Le club vit sous perfusion d'un investisseur no limit, il a encore beaucoup de chemin à parcourir pour rattraper les grands clubs en terme de merchandising, actionnariat populaire, dérivés... Il dépense beaucoup plus facilement qu'il ne gagne, d'ailleurs, cela a toujours été comme ça à Paris.

4) Ne craignez vous pas une gestion approximative financière des socios ? L'exemple le plus poignant est le Real Madrid, qui est endetté lourdement..

Il n'est pas question que la gestion financière soit une responsabilité des socios, cela ne fait pas partie du périmètre décisionnel que nous pourrions négocier. En revanche, il y a déjà parmi nos "partisans" des gens très compétents dans ce domaine. Qu'ils aient un droit de regard permettrait de préserver le club de certains dérapages observés par le passé (caisse noire, double billeterie, fraude sur les charges..)

Les socios, définissent dans les grandes largeurs la vie intrinsèque du club, à quoi vous destinez-vous ?

Notre ambition reste mesurée car l'essentiel est d'entrer dans le capital. Une fois dans le capital, nous pourrons toujours accroitre ou décroitre notre valorisation, et négocier certains points. Dans un premier temps, il serait appréciable que les socios soient consultés pour le nouveau maillot et pour valider certaines évolutions infrastructurelles du club. Le but est aussi de rapprocher le club de ses supporters les plus éloignés... (pour Baptiste, l'idée lui est venue lors de son expatriation à Madrid). 

Les socios ne font pas partie de l'univers footballistique français, ils sont bien présents dans les pays latins comme Espagne ou Portugal.. Ne craignez vous pas un souci d'importation culturelle ?

C'était vrai il y a 5 ans au lancement du projet, aujourd'hui l'idée a fait des petits : Nantes, Metz, Nancy, Rouen, Bordeaux, Lens, Saint-Etienne... Tout le monde s'y met. Le rapport Glavany pour un football durable soutient cette forme d'investissement dans les clubs français, le Ministère des Sports également. Finalement, les Français sont, avec les Anglais, les plus actifs dans ce domaine (là où les systèmes latins sont bien rodés et n'évoluent plus).

Votre projet fait de plus en plus de bruit, comment communiquez vous, et combien de "partisans" comptez-vous ? 

Nous sommes soutenus par des journalistes (France Bleu notamment) ce qui aide parfois, nous communiquons principalement sur Facebook, Twitter ou en émissions de radio. Il y a environ 96 000 fans sur Facebook, nous évitons d'augmenter ce chiffre car

Le PSG a récemment absorbé illégalement toutes les fans page parlant du PSG et ayant plus de 100 000 fans...

Nous avons plus de 5 500 followers sur Twitter et environ 3 500 inscrits sur le site web, lesquels se sont engagés pour une somme totale d'environ 3,2 millions d'euros. Nous avons un peu délaissé le site, notre prochaine étape est de lancer un financement "réel" par crowdfunding.

Avez-vous déjà pris contact avec la direction parisienne ?

Nous avions rencontré Robin Leproux en mai 2010, quelques jours après l'annonce de son plan, sans grand intérêt. Puis Alain Cayzac en novembre 2010, qui a toujours été favorable à notre projet. Nous avions ensuite présenté le projet à Colony Capital en mars 2011, quelques mois avant que le club ne soit vendu à QSI. Dommage que Colony Capital n'ait pas pu nous revendre une partie de ses parts...

Dommage que Colony Capital n'ait pas pu nous revendre une partie de ses parts...

Nous avons remis le projet en mains propres à Nasser Al Khelaifi fin février 2012, au hasard d'une rencontre dans un restaurant. Nous n'avons eu aucun retour. Enfin, nous venons donc d'adresser une lettre ouverte au Président du PSG, dans l'espoir d'établir enfin un contact sérieux.