Paris fait le minimum

Sous les yeux d’un Zlatan en tribune et toujours blessé, le PSG recevait l’APOEL Nicosie avec comme ambition la victoire et, avec un concours de circonstances favorables, la qualification.

Paris fait le minimum
Cavani fête son but
PSG
1 0
APOEL Nicosie

Si à l’aller les Parisiens avaient dû attendre la fin de match et la 87eme minute, cette fois-ci, preuve que ce PSG est vraiment déconcertant, ils ont ouvert le score après 57 secondes de jeu. Et logiquement après l'ouverture du score de Cavani, le PSG monopolise le ballon, conserve le cuire sans réellement forcer ou accélérer le rythme.

Hormis une frayeur à la 11eme sur un corner et un cafouillage dans la surface de réparation, le PSG est dans l’ensemble solide. Cavani, brouillon mais comme à l’accoutumée très volontaire, s’est procuré quelques occasions. Le poteau à la 17eme et une tête à la 26eme. Lucas, très en jambe, s’est procuré lui aussi deux belles occasions ( 27eme, 32eme).

Paris à l'économie

La deuxième mi-temps est très pauvre en occasion, et gérant tranquillement, le PSG ne s’est montré dangereux que trop peu souvent. David Luiz sur coup-franc (58eme) ou Pastore face à Pardo (59eme), Paris n’a pas eu la réussite escomptée. Cavani rate. Beaucoup trop. Paris touche plus aisément le ballon, la récupération se fait également plus facilement. Elle doit néanmoins être mis en parallèle avec la baisse physique des Chypriotes au cours de la seconde mi-temps.

Le PSG n’est pas brillant mais Nicosie ne se crée aucune occasion. Paris a fait le métier et gagne petitement. Dans le même temps le Barça gagne 2-0 face à l’Ajax d’Amsterdam et avec 10 points le PSG est sûr de ne pas se faire rattraper par les 2 points des Néerlandais. La qualification est donc actée. Ce soir c’était peut-être là l’essentiel…