Rennes-Lens : Second souffle primordial

Dans le cadre de la 9e journée de Ligue 1, le RC Lens et le Stade Rennais s'affrontent ce soir au Parc des Sports de la Route de Lorient (20h). Tous deux en difficulté comptable depuis quelques matchs, leur envie commune est de se relancer pour ne pas être trop larguer de la première partie de tableau.

Rennes-Lens : Second souffle primordial
Rennes-Lens : Second souffle primordial
Rennes
Lens
Rennes-Lens : Second souffle primordial

Dans une affiche digne d'un classique de la première division française depuis 2003, Rennes et Lens vont s'affronter dans une posture égale en termes de points et de soucis actuels dans le jeu. Huit points et une même problématique chacune qui émane évidemment d'une potentielle clé de match, l'efficacité tant offensive que défensive. L'occupation des côtés sera ainsi déterminante dans l'optique de prendre les gains de la victoire, c'est pour cela que des duos probables comme Ntep-Cavaré ou encore El Jadeyaoui-Danzé seront inéxorablement les détonateurs de cette rencontre.


Enchaînement déstructeur

Quand rien ne va, les dieux du football ne sont jamais en notre faveur, telle est la devise momentanée des Rennais. Si l'un des trois matchs en l'occurence l'unique à domicile contre Toulouse s'est révélé fantomatique dans tous les secteurs (0-3), les deux autres déplacements ont été plus qu'encourageants malgré cette fâcheuse tendance à ne pas fructifier leurs actions. En effet, sans le moindre brin de réussite par rapport à ses occasions dangereuses, le Stade Rennais avait cependant chuté lourdement il y a quinze jours chez le leader au stade Vélodrome sur un score guère représentatif (3-0). Et le sort s'est à nouveau acharné lors de la dernière rencontre face aux hommes de Willy Sagnol qui avaient nettement été bousculé sur leur pelouse. Dominateur pendant la majorité des 90 minutes, Rennes a dû rendre les armes sur une splendide réalisation de Thomas Touré qui enveloppait un tir de la gauche de la zone primordial dans les derniers instants. Une finalité excessivement cruelle pour les Bretons compte tenu du nombre et de la qualité des attaques rapides qui n'ont cessé de déstabilliser le bloc bordelais (2-1). Ainsi, l'heure est venu de dresser un constat vis-à-vis de cette période selon le coriace M'Bengue, « la situation est compliquée mais on essaye de relativiser. Nous avons perdu trois matchs et encaissé beaucoup de buts. Il y a peu importe ce qu'on en dise des choses positives à ressortir. C'est le début de saison, il faut donc rester positif. » Le contenu est la plus part du temps intéressant alors que le résultat n'est néanmoins en aucun cas cher payé,
Philippe Montanier l'a bien cerné tout en déplorant les lacunes du dernier geste de sa formation. « Cette inéfficacité offensive nous pénalise, se créer des occasions est encourageant mais il faut être plus efficace et plus tueur. Car si on ne marque pas, nous ne sommes pas à l'abri d'une faute, d'une glissade, d'une erreur d'arbitrage et du coup d'un résultat en notre défaveur. » En conservant cette mentalité exemplaire, le Stade Rennais est parfaitement en mesure de l'emporter ce samedi mais ce sera sans l'aide d'Habibou, auteur de son premier but en Ligue 1 la semaine dernière en Aquitaine, qui est touché aux adducteurs et est de ce fait contraint à déclarer forfait. On notera également l'indisponnibilité de Armand, suspendu pour motif de trois cartons jaunes reçus en moins de dix matchs.

Le groupe rennais : Costil, Sorin - Danzé, Diagne, Mexer, Moreira, Zakkov, M'Bengue - Prcic, Pajot, Hunou, Henrique, Fernandes, Doucouré - Toivonen, Ntep, Hosiner, Grosicki.


Soulagement d'un point

Deux désillusions puis un nul en l'espace d'une semaine. Un maigre bilan, à peine plus glorieux que son adversaire. Si la défaite contre Évian Thonon-Gaillard était considérée comme plus que logique (2-1), l'échec face à l'AS Saint-Étienne s'était avéré moins évident car les Lensois s'étaient montrés solides dans le domaine défensif et généreux sur le plan offensif mais un but de Lemoine en fin de match grâce à un travail redoutable de Van Wolfswinkel en fin de match venait balayer les ardeurs légitimes de succès côté lensois (0-1). Par la suite, le point du match nul récolté suite à la réception du promu caennais aurait pu se transformer en trois points significatifs si le Racing et plus particulièrement Yoann Touzghar à quatre reprises s'étaient montrés plus prolixes devant la cage de Vercoutre. D'autant que le match était tellement insipide que sans développer un jeu d'un niveau prépondérant, les Nordistes ont profité d'un Caen maladroit en première mi-temps puis ont lors du second acte dominé outragement le Stade Malherbe de Caen mais sans parvenir à inscrire le but libérateur. Lens a pu vivement regretter ses imperfections dans la surface de réparation qui lui aura valu l'enregistrement d'un deuxième résultat nul cette saison. Antoine Kombouaré n'a justement pas manqué de le souligner même avec un certain recul temporaire. « Ce qui nous manque surtout est que l'on n'est pas capable de gagner les matchs quand on est bien. Nous devons être plus efficace dans tous les compartiments du jeu. Après, dans le travail et dans ce que montrent les joueurs pendant les matchs, je suis satisfait. Mais j'attends toujours plus de mes joueurs. Le haut niveau c'est l'efficacité et ce sont les points qui comptent. Si on continue à être solide et à effectuer de bons matchs, on prendra des unités supplémentaires. » Le coach kanak n'est pas le seul à être conscient puisque le jeune rugueux Landre relate également les faits en ajoutant un manque de savoir du haut niveau qui d'après lui fait défaut aux Sang et Or. « C'est vrai que huit points en huits matchs, ce n'est pas énorme. Ceci dit, j'estime que l'on aurait pu largement avoir au moins dix points au classement. Je pense notamment aux matchs face à Guigamp et Saint-Étienne où c'est notre manque d'expérience en Ligue 1 qui nous a empêché d'obtenir au minimum le match nul. Mais petit à petit, on commence tout de même à prendre nos marches. », jugeait le joueur formé au PSG. La tâche sera ardue surtout que le Racing Club de Lens devra faire sans ses cadres de la défense centrale, Ahmed Kantari, et du milieu de terrain, Jérôme Le Moigne, respectivement suspendus. Nous noterons également l'absence d'un des joueurs les plus décisifs du club artésien qu'est le Malgache Nomenjanahary pour cause d'une blessure à la cheville.

Le groupe lensois : Riou, Belon - Ba, Baal, Cavaré, Fradj, Gbamin, Landre, Sylla - Bourigeaud, Cyprien, El Jadeyaoui, Valdivia - Chavarria, Coulibaly, Guillaume, N'Diaye, Touzghar.